Métropole européenne : tentative d’opération séduction pour Collomb et Mercier

Métropole européenne : tentative d’opération séduction pour Collomb et Mercier
Michel Mercier et Gérard Collomb vendredi soir - LyonMag.com

Gérard Collomb, Danielle Chuzeville et Michel Mercier ont présenté vendredi soir aux différents élus le projet de métropole européenne.

Un sujet encore très sensible au sein du département du Rhône et du Grand Lyon. Le ton était d’ailleurs donné devant les portes extérieures de l’Auditorium de Lyon où avait lieu la présentation. En effet, les syndicats CGT et le parti Ouvrier Indépendant du Rhône s’étaient donné rendez-vous pour une distribution de tracts.

C’est donc finalement devant près de 800 élus que la présentation a pu commencer avec les traditionnels discours qui se présentaient comme des justifications ou encore comme un moyen de rassurer les élus. Danielle Chuzeville a évoqué "un projet gagnant-gagnant autant pour le département du Rhône que le Grand Lyon". De son côté, Michel Mercier a parlé d’une communauté urbaine "qui n’était plus celle de 1966" et qui était "mûre" pour se transformer en métropole. "Ce qui compte c’est demain et ce que nous sommes capables de construire". Enfin, Gérard Collomb est également revenu sur le passé. "Les temps ont changé. Avant le Grand Lyon repoussait, aujourd’hui il attire".

Mais ces belles paroles n’ont pas suffi à convaincre les élus qui étaient nombreux à s’interroger sur le projet, notamment sur l’équité territoriale, le devenir des communes ou encore le calendrier. Martial Passi, Philippe Cochet, Michel Forissier ou encore Jean-Paul Bret ont pris la parole chacun à leur tour non pas pour poser une question mais pour faire part de leur inquiétude. Et parmi les réponses données, on retiendra le fait que la métropole européenne ne prévoit pas de supprimer les arrondissements de Lyon ou encore que des commissions, composées d’élus des différentes vagues politiques, seront chargées de réfléchir sur la mise en place de la métropole européenne autant au Grand Lyon qu’au sein du département du Rhône.

On retiendra également ces pics échangés entre Danielle Chuzeville et Gérard Collomb lorsque le maire de Lyon a déclaré : "Aujourd’hui, la page est blanche, c’est à nous de l’écrire". Réponse de la présidente du Conseil général du Rhône : "Non, la page n’est pas blanche. Il nous a fallu beaucoup de temps pour construire le département que nous connaissons aujourd’hui". Rectificatif dans un sourire du sénateur de la ville : "Elle est blanche pour nous. Il faut s’approprier une culture qui n’est pas la nôtre".
Une chose est sûre : il faudra encore du temps aux élus pour s’habituer à cette idée de métropole européenne, première du genre en France.

X
5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
tintin le 05/03/2013 à 13:04

le changement décidément fait peur aux francais si nous voulons demain que la ville de lyon soit une grande ville il faut du courage et de l'ambition ceux qui sont réticents aujourd'hui ont simplement peur pour leur petites places d'élus et ne tiennent pas compte de l'opinion des lyonnais qui veulent que leur ville soit une grande villle une grande métropole!! en incluant bien sur les villes populaires comme venissieux décines st fons vaulx en velin etc,, alors medames et messieurs les élus arretez de penser a vos carrières et au boulot!!

Signaler Répondre

avatar
citoyen69 le 03/02/2013 à 09:36

Ce n'est pas qu'un débat d'élu et les citoyens, ils donnent leur avis comment ?
Par Lyon Mag ?

Signaler Répondre

avatar
Synergie le 02/02/2013 à 21:33

Nous les Maires on est ecoeure par le changement de position de Gérard Collomb. Il nous a pris pour des cons....mais c 'est vrai qu au fond il est un socialiste

Signaler Répondre

avatar
jm le 02/02/2013 à 20:52

Le roi se meurt...

Signaler Répondre

avatar
vraigauche le 02/02/2013 à 19:47

Regardez c'est les deux mêmes tout pareil ! Deux tontons la Magouille

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.