Coup dur pour les salariés de Kem One

Coup dur pour les salariés de Kem One

La direction de l'entreprise pétrochimique vient de confirmer le dépôt d'une demande de procédure de redressement judiciaire.

La décision a été prise lors d'un comité d'entreprise extraordinaire qui s'est tenu ce lundi au siège du groupe à Lyon. L'industriel va se déclarer en cessation de paiement dès mardi matin devant le tribunal de commerce de Lyon. Au total, 5 usines en France sont concernées, dont celle de St Fons dans le Rhône et de Balan dans l'Ain, où Kem One emploie 1300 personnes.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
affolant le 26/03/2013 à 08:20
voireuil a écrit le 26/03/2013 à 07h32

Pas surprenant! Cherchez bien, vous allez certainement trouver un fond de pension ou d'investissement.
Au fait, qui a autorisé la reprise de Kem One?
Maintenant, il faut dire que reprendre des usines où l'employeur est le syndicat...qui a généré le plus de chômage en moins d'un an... on comprend que l'investisseur souhaite la liquider rapidement pour ne pas verser trop d'argent dans des puits sans fond (syndicalistes, politiques, etc.)

certains manquent de notions de bases d'économies

Signaler Répondre

avatar
voireuil le 26/03/2013 à 07:32

Pas surprenant! Cherchez bien, vous allez certainement trouver un fond de pension ou d'investissement.
Au fait, qui a autorisé la reprise de Kem One?
Maintenant, il faut dire que reprendre des usines où l'employeur est le syndicat...qui a généré le plus de chômage en moins d'un an... on comprend que l'investisseur souhaite la liquider rapidement pour ne pas verser trop d'argent dans des puits sans fond (syndicalistes, politiques, etc.)

Signaler Répondre

avatar
Stop au finansocialisme le 25/03/2013 à 17:54

Travailleurs, rejoignez la mobilisation du Printemps français.
Face au Régime, ses trahisons, ses mensonges et manipulations, nous devons résister.
Nous ne reculerons plus.
Hollande et sa milice sont les laquais de la Finance.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.