Gravats radioactifs du Bugey : le procès s'ouvre ce mercredi

Gravats radioactifs du Bugey : le procès s'ouvre ce mercredi

EDF et le directeur de la centrale nucléaire située à 35 kilomètres de Lyon comparaissent à partir de mercredi devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse dans l'Ain.

Ils doivent répondre d'infractions à la législation relative aux installations nucléaires et entorses au Code du travail après une plainte déposée le 26 juin 2012 par le Réseau "Sortir du nucléaire".
Ce dernier s'insurge contre une erreur imputable selon lui à l'entreprise énergétique et au directeur du Bugey. Le 9 août 2011, un camion transportant des gravats radioactifs provenant du démantèlement du réacteur numéro 1 avait déchargé accidentellement dans une carrière faisant office de décharge de déchets conventionnels.

D'après le Réseau, ce déchargement a engendré sur le site une radioactivité trois fois supérieure au niveau naturel qui y est habituellement observé, d'où des risques de diffusion de radioéléments dans l'environnement, ou sanitaires pour les personnels employés sur place.
Le plaignant pointe en réalité du doigt des négligences qui ont conduit à cette erreur. La benne de gravats radioactifs a été contrôlée à sa sortie de la centrale mais les détecteurs censés signaler la radioactivité et actionner une barrière n'étaient pas en état de marche.

Du coup la direction de la centrale s'est aperçue trop tard de sa mégarde et n'a pas pu prévenir le conducteur du camion avant que celui-ci ne laisse son dangereux chargement dans la carrière.
Pire, "Sortir du nucléaire" affirme que des inspecteurs de l'Autorité de sûreté nucléaire ont constaté que, sur le site de démantèlement du réacteur, le local dans lequel étaient stockés ces gravats présentait deux sources de contamination radioactive : une cuve et des matériels ainsi qu'un regard de collectes des eaux perdues.
Et le Réseau de conclure : "Il est intolérable que les travailleurs du site et la population subissent les conséquences de telles négligences. Une centrale nucléaire, ce n'est pas une confiserie !"

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.