Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Mois de mai : le chômage se stabilise dans le Rhône

Le taux de chômage a augmenté de 0,1% au mois de mai dans le département du Rhône.

La hausse mensuelle s’est poursuivie à un rythme moins soutenu qu’en avril (+1,3%). La barre des 90 000 demandeurs d’emploi n’est pas encore franchie. Le département compte aujourd’hui 89 927 chômeurs, alors que la France recense désormais 3 264 500 demandeurs d’emploi. Au niveau national, le chômage stagne également. Au vu de cette stabilisation, le préfet de région, Jean-François Carenco, "réaffirme que la courbe du chômage sera inversée d’ici la fin de l’année dans la région Rhône-Alpes". Il s’appuie notamment sur "l’effondrement des demandes de chômage partiel, sur la reprise de l’emploi intérimaire, sur la bonne tenue des recettes fiscales en mai et sur les contacts avec le système bancaire". De son côté, le ministère du Travail nuance ces données qui "s'inscrivent dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir". Pour le gouvernement, cela représente tout de même "un encouragement à poursuivre les efforts en vue de l'inversion durable de la courbe du chômage". 33 000 jeunes ont été embauchés fin juin en emploi d'avenir. Ils étaient 2 315 dans le Rhône.



Tags : chomage |

Commentaires 4

Déposé le 27/06/2013 à 17h26  
Par bert Citer

are you kidding me ? a écrit le 27/06/2013 à 10h52

Et la manipulation de vos trois neurones restants aussi ? Les chiffres sont recoupés et sourcés via des organismes indépendants.

Et les médias ne parlent jamais de ceux qui perdent leur job, vous rigolez ? sérieusement ? Vous allumez la télé ou lisez la paperasse parfois ou vous vivez encore dans une grotte ? On est matraqué par les fermetures d'usines, les plans économiques, les délocalisations, les dépôts de bilan, alors je pense que les français sont globalement au courant de tout ça, tristement.

Oui on parle des fermetures des grosses boites, mais après, on parle de ceux qui doivent vendre a perte leur logement, leur voiture faute de revenus, ce n'est pas avec le RSA que vous pouvez payer un crédit immobilier de 1000 euros par mois.
Au delà de la perte de l’emploi, c'est tout un pan de votre vie qui s'effondre et vous êtes très vite déclassé socialement.
Quant je vois des jeunes prendre des crédits sur 30 ans, alors que les 10 premières années il ne remboursent que les intérêts, cela ma fait très peur.

Déposé le 27/06/2013 à 10h52  
Par are you kidding me ? Citer

RB a écrit le 26/06/2013 à 19h48

Stabilisation due seulement à la manipulation des chiffres !!

Dans le monde réel, c'est l'augmentation du nombre de personnes sans emploi et précaires !

Et la manipulation de vos trois neurones restants aussi ? Les chiffres sont recoupés et sourcés via des organismes indépendants.

Et les médias ne parlent jamais de ceux qui perdent leur job, vous rigolez ? sérieusement ? Vous allumez la télé ou lisez la paperasse parfois ou vous vivez encore dans une grotte ? On est matraqué par les fermetures d'usines, les plans économiques, les délocalisations, les dépôts de bilan, alors je pense que les français sont globalement au courant de tout ça, tristement.

Déposé le 27/06/2013 à 06h50  
Par fat Citer

Ce qui ne freine pas les ménages d'acheter des appartements hors de prix a crédit sur 30 ans et prier tous les soirs pour ne pas perdre son emploi.
Quel inconscience et les médias on l'art et la manière de ne jamais parler de tous ceux qui perdent leur job et les drames familiaux et financier que cela engendre.

Déposé le 26/06/2013 à 19h48  
Par RB Citer

Stabilisation due seulement à la manipulation des chiffres !!

Dans le monde réel, c'est l'augmentation du nombre de personnes sans emploi et précaires !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.