Mort du petit Valentin : Moitoiret "surjoue, c'est la Soupe aux Choux !"

Mort du petit Valentin : Moitoiret "surjoue, c'est la Soupe aux Choux !"
DR

Ce mardi, la cour d'assises d'appel du Rhône rejugeait le couple Moitoiret-Hégo, condamné en 2011 à la réclusion criminelle à perpétuité et à 18 ans de prison.

Et les deux marginaux accusés du meurtre du petit Valentin, 10 ans, à Lagnieu dans l'Ain en 2008, ont servi au jury un numéro étonnant.

Stéphane Moitoiret, particulièrement replié sur lui-même lors du procès de 2011, est apparu en forme ce mardi, "un peu plus frais" selon ses dires. Et l'homme de 44 ans n'en a pas fini avec ses explications mystiques où se mêlent "vies antérieurs", "boîtes à voeux" et "clones".
La défense, qui cherche à démontrer son irresponsabilité pénale, lui a fait évoquer ses "obligations divines" qui l'auraient poussé à poignarder Valentin de 44 coups de couteau.

Ces divagations auront eu le mérite de faire sortir Me Gilbert Collard de ses gonds. L'avocat des parents de la victime pense que Stéphane Moitoiret "joue au fou, surjoue. J'ai l'impression d'assister à un spectacle de la Soupe aux Choux".

Noëlla Hégo, elle, s'est montrée plus réservée et a cherché à inverser les rôles. Alors que les experts la décrivaient comme une femme ayant l'ascendant sur son compagnon, la marginale a expliqué avoir voulu le quitter dans les six derniers mois avant la mort de Valentin mais que Stéphane Moitoiret ne "voulait pas". "Je n'ai donné aucun ordre de mort", a enfin annoncé l'accusée.

Le verdict est attendu à Lyon le 22 novembre.

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
STARDUST le 13/11/2013 à 15:28

Pour certains crimes
Réviser une certaine loi Badinter en ferait reflechir
plus d'un .

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.