Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Georges Fenech

Quand Fenech fait référence à Hitler…

Georges Fenech

Le Canard Enchaîné tacle Georges Fenech à propos du texte sur la rétention de sûreté adopté le 6 février au Parlement, où le député UMP du Rhône avait évoqué une loi allemande comparable, paraphée en 1933 par Adolf Hitler.

Dans son édition du mercredi 20 février, le Canard Enchaîné égratigne Georges Fenech, député UMP de Givors et rapporteur de la commission des lois, à propos du texte sur la "rétention de sûreté" adopté le 6 février au Parlement, et qui sera examiné le 21 février par le Conseil Constitutionnel.
Pour justifier ce texte, l'ancien magistrat avait expliqué que plusieurs pays démocratiques disposaient de lois similaires. En citant notamment le "dispositif allemand". "La mesure de détention sûreté a été introduite dans le Code pénal allemand en 1933, sous la République de Weimar" avait souligné Fenech. Des propos condamnés par la PS Elisabeth Guigou. "Cette philosophie positiviste a conduit aux pires débordements en Allemagne" avait répliqué l'ancienne garde des Sceaux. Alors que Rachida Dati, l'actuelle ministre de la Justice, s'était dite "profondément choquée".
Le Canard Enchaîné apporte une précision que n'avait pas mentionnée Georges Fenech : cette loi allemande avait été signée par le chancelier du Reich de l'époque : Adolf Hitler.
A noter que Georges Fenech est l'ancien président de l'APM, un syndicat de magistrat classé à droite, qui s'était fait remarquer en 1998 en publiant le texte antisémite du magistrat Alain Terrail vis-à-vis du magistrat Albert Lévy.



Tags : fenech |

Commentaires 3

Déposé le 18/01/2012 à 20h22  
Par jm Citer

La MIVILUDES n'a pas encore fait classer le PS comme secte, ce n'est pas faute d'arguments :-)

Déposé le 18/01/2012 à 19h25  
Par gallecq Citer

Georges Fenech dément être un proche du Front National. Et pourtant .....
A un journaliste qui lui posait (en off) la question concernant ses idées d'extrême droite, Georges Fenech s'est défendu avec la plus grande fermeté de sa proximité avec le Front National.

Et pourtant ... c'est lui qui apparaissait, le 30 mai dernier à la salle des fêtes de Mornant, au côté du frontiste Gilbert Collard lors d'une conférence sur l'erreur judiciaire.

Et pourtant … c'est lui qui, quand il était rapporteur en 2008 de la commission des lois à propos du texte sur la "rétention de sûreté", avait expliqué que ce dispositif fonctionnait bien en Allemagne ... oubliant de préciser que cette mesure (la « Sicherungsverwahrung ») avait été signée par un certain Adolf Hitler

Et pourtant … c'est lui qui a introduit la mesure, très réactionnaire, du bracelet électronique. C'est lui le chantre de la « tolérance zéro » à la façon des Conservateurs américains les plus durs.

C'est encore lui qui a été président de l'APM, un syndicat de magistrat classé très à droite, dont le magazine avait publié en 1998 un texte antisémite intolérable contre le magistrat Albert Lévy « Tant va Lévy au four qu'à la fin il se brûle.»

Alors, quand Monsieur Fenech se présente sous l'étiquette honorable de l'UMP aux prochaines élections législative, nous nous posons sérieusement la question s'il n'y a pas tromperie sur l'étiquetage.

Déposé le 18/01/2012 à 19h15  
Par dessangre Citer

Georges Fenech dément être un proche du Front National. Et pourtant ….

A un journaliste qui lui posait (en off) la question concernant ses idées d'extrême droite, Georges Fenech s'est défendu avec la plus grande fermeté de sa proximité avec le Front National.

Et pourtant ... c'est lui qui apparaissait, le 30 mai dernier à la salle des fêtes de Mornant, au côté du frontiste Gilbert Collard lors d'une conférence sur l'erreur judiciaire.

Et pourtant … c'est lui qui, quand il était rapporteur en 2008 de la commission des lois à propos du texte sur la "rétention de sûreté", avait expliqué que ce dispositif fonctionnait bien en Allemagne ... oubliant de préciser que cette mesure (la « Sicherungsverwahrung ») avait été signée par un certain Adolf Hitler

Et pourtant … c'est lui qui a introduit la mesure, très réactionnaire, du bracelet électronique. C'est lui le chantre de la « tolérance zéro » à la façon des Conservateurs américains les plus durs.

C'est encore lui qui a été président de l'APM, un syndicat de magistrat classé très à droite, dont le magazine avait publié en 1998 un texte antisémite intolérable contre le magistrat Albert Lévy « Tant va Lévy au four qu'à la fin il se brûle.»

Alors, quand Monsieur Fenech se présente sous l'étiquette honorable de l'UMP aux prochaines élections législative, nous nous posons sérieusement la question s'il n'y a pas tromperie sur l'étiquetage.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.