L'Hôpital du Vinatier saturé après les attentats parisiens, le personnel en colère

L'Hôpital du Vinatier saturé après les attentats parisiens, le personnel en colère

Le Progrès révèle dans l'édition de ce mercredi, les problèmes rencontrés par l'hôpital du Vinatier situé à Bron.

Le personnel soignant de l'hôpital psychiatrique dénonce la saturation des services et le manque de moyens pour prendre en charge les malades. Les attaques terroristes survenues les 7,8 et 9 janvier derniers ont eu un impact sur plusieurs patients fragiles. De plus, d'avantage de personnes sujettes à des angoisses ou au contraire en proie à des crises de délires, criant par exemple « Allah akbar » ont du être prises en charge.

L'hôpital ne disposant pas de places suffisantes, plusieurs patients ont du être attachés dans des lits non sécurisés au lieu d'être placés en isolement. Les syndicats alertent également sur les problèmes de sécurité avec un taux d'occupation supérieur à 150 % depuis un an et plusieurs pics dépassant les 200 % ces derniers jours. Les soignants témoignent d'ailleurs des difficultés rencontrées au quotidien : « quand on traite mal les gens, ils vous traitent mal ».

Selon le personnel, il faudrait renforcer de deux à trois infirmiers les équipes déjà présentes. Si les effectifs étaient renforcés, les soins, de jour comme de nuit pourraient être mieux assurés.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Sans commentaires le 28/01/2015 à 14:39

Des gens qui crient "Allah akbar " dans la rue il y en a des centaines, la préfecture de police de Paris a même autorisé un rassemblement d'énergumènes de ce genre pour, soi-disant, "lutter contre l'islamophobie"...

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 28/01/2015 à 13:59

Les " fous de dieu" sont parfois délirants...
mais pas d'amalgame tous les délirants ne son pas " fous de dieu " et tous les fous ne sont pas délirants par contre il faut être bien fou pour délirer sur "les fous de dieu "

Signaler Répondre

avatar
Scientifique le 28/01/2015 à 11:19

C'est donc confirmé par le corps médical.
Crier "Allah Akbar" c'est du délire.
Moi je dis ça, je dis rien.

Signaler Répondre

avatar
PAS D'AMALGAME FOR EVER le 28/01/2015 à 11:12

"De plus, d'avantage de personnes sujettes à des angoisses ou au contraire en proie à des crises de délires, criant par exemple « Allah akbar » ont du être prises en charge. "

Pas d'amalgame SVP

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.