Mal-logement : Rhône-Alpes touchée mais plus épargnée que les autres régions

Mal-logement : Rhône-Alpes touchée mais plus épargnée que les autres régions
LyonMag

La fondation Abbé Pierre présentait ce lundi son rapport annuel sur le mal-logement en France avec un éclairage sur Rhône-Alpes.

Avec la construction en 2014 de près de 12 000 logements sociaux, la région reste assez épargnée par l'aggravation de la crise du logement même si de grosses disparités sont à signaler, notamment dans les grandes agglomérations comme Lyon ou encore Grenoble.

Dans le Rhône, obtenir un logement social reste encore difficile. "On est à peu près à 52 000 demandeurs pour plus de 12 000 attributions, soit une offre pour cinq demandeurs. Cela veut dire que les quatre autres doivent attendre dans des situations de logement plus ou moins confortables", explique Véronique Gilet, directrice régionale Rhône-Alpes de la fondation Abbé Pierre.

22 communes de la région ont notamment été sanctionnées pour ne pas avoir respecté l'application de la loi SRU pour la période 2011-2013, relative à la solidarité et au renouvellement urbains ; neuf se situent d'ailleurs dans le Rhône (Communay, Chazay-d'Azergues, Charbonnières-les-Bains, Champagne-au-Mont-d'Or, Charly, Dardilly, Vaugneray, Ternay et Collonges-au-Mont-d'Or).

L'association estime que près de 70 000 personnes sont privées de domicile personnel ; principalement les jeunes, les personnes âgées, les personnes en souffrance psychique, les ménages de nationalité étrangère et plus généralement les personnes aux ressources modestes. Face au phénomène du mal-logement, la fondation Abbé Pierre a distribué l'année dernière près de 2 millions d'euros aux associations locales en Rhône-Alpes.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.