La crise du logement s'aggrave et n'épargne pas la province

La crise du logement s'aggrave et n'épargne pas la province

Le mal-logement pose toujours problème en France.

Dans son dernier rapport annuel, la Fondation Abbé Pierre pointe du doigt une situation alarmante notamment dans les grandes agglomérations comme Lyon. 3,5 millions de personnes souffriraient de mal-logement sur l'ensemble du territoire. Un chiffre qui englobe les personnes sans-abri, dont le nombre a augmenté de 50%, mais aussi ceux qui vivent dans des abris de fortune comme des caravanes immobiles, des cabanes de chantier ou dans des campings.
La Fondation dénombre par ailleurs près de 400 bidonvilles. La problématique de l'accès au logement est également au centre de ce rapport. 61% des demandes d'hébergement d'urgence au 115 ne peuvent aboutir, faute de places disponible. Dans le Rhône comme dans 16 autres départements, on recense même 85% de recours déposés au titre du Droit au logement opposable. Une procédure accessible à ceux qui n'ont "pas reçu de proposition adaptée" à leur demande de logement. 1,735 million de personnes attendent ainsi un logement social à l'heure actuelle.
Le rapport met aussi en lumière la situation inquiétante des copropriétés. Un million d'entre-elles seraient en difficulté à cause d'un entretien défaillant, d'un habitat qui se dégrade ou de charges trop élevées et donc impayées.

 Ce 19ème rapport est publié alors que sera prochainement célébré le soixantième anniversaire de l'appel de l'Abbé Pierre. A cette occasion, le Mouvement Emmaüs se mobilisera à Lyon le 1er février ainsi que dans 44 autres grandes villes. Un "nouvel appel" pour tenter de trouver des solutions à une situation qui se dégrade.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
nanno2 le 01/02/2014 à 10:02

Manu a dit que nous pouvions régulariser les clandestin donc pas de problème

Signaler Répondre

avatar
46000!!!!!!!!!! le 01/02/2014 à 08:48

46 000 régularisations l'année passée par le politicien le plus populaire qui prétend que ce n'est pas massif en comparaison à Mitterrand ou Jospin!:pas sur que ces mesures vont résoudre la crise du logement et d'autres problèmes liés

Signaler Répondre

avatar
Marc-Antoine le 01/02/2014 à 08:05

Tout à fait d'accord avec "miste", c'est l'avidité des professionnels de l'immobilier et des politiques qui ont créé cette situation. Ils ne sont pas prêts de diviser leur patrimoine par 2 en favorisant un retour aux "vrais" prix immobiliers.

Signaler Répondre

avatar
miste le 31/01/2014 à 14:58

Le seul problème réside dans la fait que les prix de l'immobilier ont été multipliés par deux en l'espace d'une dizaine d'année.

Comment en est on arrivé là, la population Française n'a pas été multiplié par deux pourtant.

C'est très simple a comprendre, politiques, banquiers, promoteurs, on trouvaient l’idée géniales de faire des mégas profits sur le dos des Français moyens, en baissant tous simplement les taux de crédits et en allongeant la durée de ce dernier.

Tous ce beau monde a interet a ce que la crise du logement perdure, car le jour ou il n'y aura un logement descend pour chaque Français, il y aura une chute vertigineuse de l'immobilier.

Les lobby de l'immobilier sont très très puisant, donc aucune chance pour que la situation s’améliore.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.