Euthanasie : on ne doit pas "légiférer sour le coup de l'émotion" selon Barbarin

L'archevêque de Lyon a estimé dimanche qu'"il ne faut jamais légiférer sous le coup de l'émotion", en réponse à une question sur la demande d'euthanasie d'une femme de 52 ans, atteinte d'une maladie incurable à Dijon, dans un entretien publié par Aujourd'hui en France.  Les malades atteints de maux incurables "ont besoin de notre compassion, de notre présence et d'une infinie délicatesse pleine de silence et de respect. Mais il ne faut jamais légiférer sous le coup de l'émotion", a-t-il jugé. "Personne n'a le droit de donner la mort", a-t-il ajouté.
Chantal Sébire, une ancienne institutrice de 52 ans, mère de trois enfants, défigurée et rendue aveugle une "esthesioneuroblastome", une tumeur évolutive des sinus et de la cavité nasale qui provoque des souffrances "atroces", a déposé une requête devant le tribunal de grande instance de Dijon pour obtenir le droit d'être euthanasiée. Le jugement doit être rendu lundi.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.