Une erreur de pilotage a causé la sortie de piste d'Air Méditerannée à Lyon Saint-Exupéry

Une erreur de pilotage a causé la sortie de piste d'Air Méditerannée à Lyon Saint-Exupéry
DR

Il y a quelques jours, le BEA a dévoilé ses conclusions dans la sortie
de piste de l'A321 Lyon-Dakar-Lyon à l'aéroport Saint-Exupéry le 29 mars
2013.

Et les pilotes sont pointés du doigt par le bureau d'enquêtes, ils n'auraient pas eu la "conscience adéquate de la situation" en préparant l'atterrissage. Les deux hommes, qui approchaient des 15 heures de service lors de l'incident, étaient donc excessivement fatigués mais aussi relativement inexpérimentés.
L'appareil est arrivé beaucoup trop vite. De plus, leurs actions en cabine étaient mal coordonnées et les pilotes avaient mal compris les conditions météos déplorables qui les attendaient à Lyon.

En 2013, l'avion volant pour le compte d'Air Méditerannée était sorti de la piste et s'était ensuite embourbé, n'occasionnant que des dégâts matériels car aucun des 181 passagers et personnel de bord n'avaient été blessés.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
relax max le 20/08/2015 à 12:56

2 ans et demi pour arriver à cette conclusion, bravo les gars, y a du rendement!!!

Signaler Répondre

avatar
CQFD. le 20/08/2015 à 07:35
Gugusse a écrit le 19/08/2015 à 20h16

Heu. oui, oui, vous avez sûrement raison.
Remarquez, le NTSB aux USA, l'AAIB au Royaume Uni et autres BFU allemands mettent également 30 à 40 mois pour rendre leur rapport,.
Bon, après ça, lorsque l'on voit le spectre des investigations effectuées : http://www.bea.aero/docspa/2013/sx-s130329/pdf/sx-s130329.pdf, que l'on observe l'ampleur des mesures prises dans les mois qui ont suivi l'accident pour diminuer le risque qu'il se produise, sachant que la moindre mesure doit être soigneusement paramétrée pour n'avoir pas d'effets négatifs (on n'est pas dans la sécurité routière) et que la publication du rapport clôt définitivement toute autre possibilité de préconisation, on se demande s'il ne suffirait pas d'accuser tout le monde tout de suite pour avoir l'air de travailler.

Très bon post mais inutile ...... on ne fera jamais boire un âne qui n'a pas soif!

Signaler Répondre

avatar
Gugusse le 19/08/2015 à 20:16

Heu. oui, oui, vous avez sûrement raison.
Remarquez, le NTSB aux USA, l'AAIB au Royaume Uni et autres BFU allemands mettent également 30 à 40 mois pour rendre leur rapport,.
Bon, après ça, lorsque l'on voit le spectre des investigations effectuées : http://www.bea.aero/docspa/2013/sx-s130329/pdf/sx-s130329.pdf, que l'on observe l'ampleur des mesures prises dans les mois qui ont suivi l'accident pour diminuer le risque qu'il se produise, sachant que la moindre mesure doit être soigneusement paramétrée pour n'avoir pas d'effets négatifs (on n'est pas dans la sécurité routière) et que la publication du rapport clôt définitivement toute autre possibilité de préconisation, on se demande s'il ne suffirait pas d'accuser tout le monde tout de suite pour avoir l'air de travailler.

Signaler Répondre

avatar
sir le 19/08/2015 à 18:55

Vive le BEA , vive les glandeurs !!

Signaler Répondre

avatar
pelican13 le 19/08/2015 à 14:34

un e sacré bandes de planqués qui mettent 3 ans pour se rendre compte que l'équipage a oublié de freiner !

Signaler Répondre

avatar
pelican13 le 19/08/2015 à 14:32

la diligence du BEA à faire apparatre leurs resultats
d'enquète laisse immaginer qu'il doit abriter une bande de planqués qui malgrès leurs compétences sont de sacrés glandeurs

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.