Les plans du Rassemblement pour favoriser le fret aux dépens de la SNCF

Les plans du Rassemblement pour favoriser le fret aux dépens de la SNCF

Le mouvement sobrement dénommé Le Rassemblement, qui regroupe EELV et
une partie de la gauche radicale rhonalpine, a officiellement lancé sa
campagne des Régionales ce mercredi. Comme d’autres formations
politiques dans cette campagne, les écologistes et leurs partenaires
n’échappent à l’étalage des différends purement politiciens. 

La liste du Rassemblement (EELV, PG, Nouvelle Donne, Ensemble !) a lancé sa campagne pour les élections régionales à la Confluence, "la vraie" celle de la rencontre entre le Rhône et la Saône à l’extrême sud de la Presqu’île. Mais il aura fallu un aparté avec quelques journalistes pour que Jean-Charles Kohlhaas, tête de liste du Rassemblement, aborde des points précis de son programme. Pourtant, une centaine de personnes avaient travaillé tout l’été sur une série de 110 propositions.
 
Radotage
Sans ce petit conciliabule avec la presse, il aurait sans doute fallu se contenter de quelques pétitions de principe un peu courtes ("les gabegies financières du Musée des Confluences"), de déclarations générales sans surprises et sans cesse radotées ("l’abandon nécessaire des grands projets comme l’A 45, ou le projet Lyon-Turin") ou de  quelques règlements de comptes politiciens très elliptiques sur "les cartels politiques" qui ne permettent pas de règler "la défiance envers le politique" comme l’a dit Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale et porte-parole du Rassemblement. Ou comme l’a asséné Jean-Charles Kohlhaas qui constate que "nous nous sommes mis en vacances de nos organisations politiques respectives. Je ne sais pas qui est encarté ici, où ils sont encartés, s’il s’agit de militants ou de sympathisants".
 
Au-dessus de la mêlée
Pour les deux leaders de la liste écologiste et de la gauche radicale, c’est une façon de dire que leur mouvement est au-dessus de la mêlée des partis politiques et que l’implosion du Front de Gauche avec la décision du Parti communiste de fonder une liste autonome et la mise en retrait des membres auvergnats du mouvement Ensemble ! ne les concerne pas.
 
Pourtant, il y a dans les propositions du Rassemblement écologique, citoyen et solidaire des pistes pas inutiles à mettre au débat. Jean-Charles Kohlhaas s’est par exemple donné l’emploi, les transports et l’agriculture pour priorité.
 
Il souhaite ainsi créer 50 000 emplois en six ans en redistribuant les 200 millions d’euros que la région consacre au soutien économique aux entreprises, jugeant inutile les 25 millions d’euros accordés à ST Microelectronics par l’exécutif de Jean-Jack Queyranne alors que la société a distribué près d’1,8 milliard de dollars à ses actionnaire sur la période 2008-2013.
 
Substitution à la SNCF
Autre piste explorée par les équipes de Jean-Charles Kohlhaas, la possibilité de se substituer à la SNCF pour quadrupler en un an et demi à peine le nombre de fret vers l’Italie ou la vallée du Rhône. Comment ? En créant un opérateur ferroviaire de proximité (OFP) qui serait une société de fret public régional rendue possible par l’ouverture du marché du transport ferroviaire à la concurrence.
 
Un tel modèle existe déjà en Auvergne avec Ferovergne qui est un transporteur de marchandises ferroviaires privé créé en septembre 2010. La société auvergnate a par exemple des axes de communication avec le port du Havre et celui de Marseille-Fos.
 
Jean-Charles Kohlhaas affirme que "ce projet ne coûterait rien puisqu’il s’agit d’une activité équilibrée. Et il ne s’agit même pas d’une mise en concurrence avec la SNCF puisque la SNCF ne le fait pas".

X
3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Valeurs Généreuses le 11/09/2015 à 23:18

Quand l'idéologie dominante démontre ses limites tous les jours (pollutions, intoxications, gaspillage des ressources, souffrances, maladies, réchauffement climatique, corruption, argent public inefficace...),
se retrouver sur des valeurs généreuses est certainement la seule solution pragmatique.

Signaler Répondre

avatar
Villeurbannais le 11/09/2015 à 07:52

Je comprends pas le ton négatif de cet article...Comme souvent, la gauche avance des projets, des propositions et une volonté d'anticipation...Mais oui, c'est moins vendeur que les petites phrases, la provocation et les tweets idiots, peut-être que ça gène la presse qui a besoin de vendre son papier?

Signaler Répondre

avatar
Sensé le 10/09/2015 à 14:03

Il est temps que la SNCF ait un peu de concurrence, cela les forcerait peut-être à améliorer le service et les tarifs.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.