Jean-Jacques Lacroix : "Emprunts toxiques de la Métropole de Lyon : continuez les actions en justice !"

Jean-Jacques Lacroix : "Emprunts toxiques de la Métropole de Lyon : continuez les actions en justice !"
Jean-Jacques Lacroix - LyonMag

Jean-Jacques Lacroix est l’invité de Ca Jazz à Lyon ce lundi. Le membre du collectif de Lyon pour un audit citoyen de la dette publique est revenu sur les emprunts toxiques de la Métropole et du Département.

Le 1er janvier 2015 n’a pas simplement marqué la création de la Métropole de Lyon et sa scission avec le Nouveau Rhône. Ce dernier a transféré 65% de ses biens et/ou compétences. "Tout l’endettement de l’ancien Département a été réparti, dont les emprunts toxiques de Michel Mercier", souligne Jean-Jacques Lacroix, "ca a entrainé une dérive des finances, compte-tenu des taux d’intérêts importants que ces emprunts peuvent générer. Ils sont aujourd’hui à 22, 23, 24% !".

Ce lundi, les élus de la Métropole doivent décider si Gérard Collomb a le droit de négocier avec les banques pour obtenir de nouveaux taux pour ces emprunts structurés, dits toxiques. "Il y a une opacité assez importante. Ce qui est inquiétant, c’est que les délibérations que les conseillers métropolitains vont regarder aujourd’hui sur les négociations éventuelles contiennent des chiffres partiels", déplore Jean-Jacques Lacroix.

"Les banques sont d’accord pour renégocier les taux pour revenir à du fixe ou du variable aux indices très simples. Mais elles réclament une indemnité", prévient le membre du collectif.

Selon lui, "il faut poursuivre les actions en justice. Le tribunal de Nanterre a été saisi, il a déjà donné un certain nombre de jugements très favorables aux collectivités comme au Département de Seine-Saint-Denis. (…) On pense que les banques doivent être sanctionnées".

Il aimerait aussi que la Métropole "ne paye pas les intérêts usuraires qui sont autour de 20%. (…) Les contribuables en sortent perdants".

Ca Jazz à Lyon est à retrouver tous les matins à 8h10 sur Jazz Radio 97.3 et en podcast sur LyonMag.com

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Ban"g" le 23/03/2016 à 11:32
Bo a écrit le 21/03/2016 à 10h00

Les surcoûts liés aux emprunts toxiques sont dûs : il s'agit de contrats réguliers entre partenaires avertis (banques et collectivités locales).

Ils seront donc payés
- soit par le contribuable local : ça lui apprendra à élire des incompétents
- soit par le contribuable national : ça fait moins mal, mais les plus "vertueux" paieront pour les autres

.....ou sur décision de justice, nullité de ces intérêts et les banques avaleront leurs arrogances en la matière !!

Signaler Répondre

avatar
Bo le 21/03/2016 à 10:00

Les surcoûts liés aux emprunts toxiques sont dûs : il s'agit de contrats réguliers entre partenaires avertis (banques et collectivités locales).

Ils seront donc payés
- soit par le contribuable local : ça lui apprendra à élire des incompétents
- soit par le contribuable national : ça fait moins mal, mais les plus "vertueux" paieront pour les autres

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.