Avec Dishonored 2, les lyonnais d'Arkane Studios ont créé de l'art avant le jeu vidéo

Sébastien Mitton est plutôt sûr de la réussite de son travail.

Avec Dishonored 2, les lyonnais d'Arkane Studios ont créé de l'art avant le jeu vidéo
DR

Les équipes lyonnaises d'Arkane peaufinent encore leur jeu - LyonMag
Les équipes lyonnaises d'Arkane peaufinent encore leur jeu - LyonMag
Les critiques et les joueurs ont donné raison au directeur artistique : en 2012, la sortie de Dishonored avait été suivie d’une vague d’amour et d’émerveillement, saluant le travail d’Arkane Studios Lyon, récompensé une centaine de fois, notamment d'un BAFTA.

A l’orée de la sortie du 2e opus du jeu vidéo, il y a forcément beaucoup de pression face à l’attente des gamers du monde entier. Mais contrairement à d’autres studios qui bâclent leurs suites, Arkane a pris son temps. Et pour un jeu AAA, c’est très rare. Surtout lorsqu’un éditeur comme Bethesda chapeaute le projet.

Des personnages sculptés ont ensuite eu droit à participer à une exposition à Paris - LyonMag
Des personnages sculptés ont ensuite eu droit à participer à une exposition à Paris - LyonMag
Les artistes de la Confluence

Basés dans le quartier de la Confluence à Lyon, les équipes d’Arkane se sont renforcées pour Dishonored 2. Ils ont été 120 à travailler dessus, contre 68 pour le premier. "Je me la joue à la Ocean’s Eleven, indique Sébastien Mitton. Je recrute les meilleurs dans le monde".

A partir de là, le processus de création est lancé. "On ne fait pas des visuels pour le jeu, on fait de l’art puis on s’adapte pour que ça fonctionne dans le jeu", précise le directeur artistique.

Pour arriver au résultat de Dishonored, un style victorien presque steampunk alternant la dystopie et le déjanté, les équipes sont allées puiser dans des tableaux de maître, des sculptures, des gravures. Mais aussi des voyages photos à Oran, Barcelone ou à Los Angeles. "Je vise l’excellence visuelle. La clé du succès, c’est la qualité des références", poursuit Sébastien Mitton, qui a inventé l’histoire et même le passé de Karnaca, le monde dans lequel évolue le joueur de Dishonored 2. "On est toujours mitigé quand on regarde Karnaca", estime-t-il.

On l’est beaucoup moins face au jeu. Une toute nouvelle démo a été présentée aux médias ce mardi. A un mois de la sortie prévue le 11 novembre, il est clair que les gamers sauront profiter à fond de l’expérience. Deux personnages sont jouables : Emily et Corvo. Chacun a son style, ses dialogues, ses armes et ses pouvoirs : au joueur de choisir s’il souhaite remplir ses objectifs en tuant tout le monde ou s’il préfère l’infiltration. Un gros bug s'est invité dans la version bêta lors de la présentation, mais il sera certainement corrigé d'ici là.

Avec ce niveau d’excellence exigé par Sébastien Mitton, Arkane Studios est en passe de confirmer son statut respecté de créateur de monde, d'ambiance, de personnages et d’artiste. Tous les objets présents dans Dishonored 2 sont fonctionnels et pourraient être créés dans la vraie vie. Chaque pièce ou niveau est ultra-détaillé, même si certains joueurs n’y feront jamais attention. Et c'est ça l'esprit d'Arkane, "c'est de donner la liberté au joueur. On doit lui permettre de faire ce qu'il veut, même si on en souffre".

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
fete_du_slip le 04/10/2016 à 16:28

j'ai joué au premier dishonored et effectivement je m'étais régalé

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.