Andréa Kotarac : "Il faut du courage et de la détermination pour se présenter face à un baron comme Collomb"

En 2008, Andréa Kotarac est encore au lycée lorsqu’il fait son entrée en politique.

Andréa Kotarac : "Il faut du courage et de la détermination pour se présenter face à un baron comme Collomb"
Andréa Kotarac - LyonMag

Huit ans plus tard, il a déjà trois scrutins à son actif, et d’autres sont à venir. "Ce n’était pas un objectif, plutôt une prise de conscience qui fait qu’on doit y aller, j’ai été motivé par un souffle", se souvient le jeune élu PG à la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Avant d’arriver, pour ses études, à Lyon où il fait son trou, Andréa Kotarac a fait ses premiers pas chez lui, à Thonon-les-Bains. Repéré alors qu’il se battait contre le CPE au bahut, il intègre la liste Nouveau Souffle Thonon de Georges Constantin (PS) pour les municipales 2008. Impose déjà ses conditions pour ne pas être un bouche-trou en bout de liste. Mais perd.

Il devient socialiste, une idylle qui dure "4,5 mois". Le temps de rencontrer un certain Jean-Luc Mélenchon, en rupture avec le parti à la rose. "Je le trouve sérieux, c’est le premier à parler du TAFTA par exemple", se souvient Andréa Kotarac, qui va donc suivre l’actuel candidat à la présidentielle dans son parcours.

Aujourd’hui, il divise son temps entre la Région où il tente de s’opposer à Laurent Wauquiez, et Paris où il participe à la campagne de son mentor. "On n’a que des bonnes nouvelles pour la présidentielle. Il était temps de révolutionner la politique, les gens ont besoin de s’exprimer". Et même le refus du Parti communiste de rejoindre les insoumis de Mélenchon ne le fait pas douter : "Ca ne change rien, personne ne nous stoppe".

Au premier coup d’œil, difficile de ranger Andréa Kotarac dans une case. Il remise de plus en plus son écharpe rouge et porte davantage la veste de costard. Malgré son jeune âge, il maîtrise les codes de la politique, qu’il veut pourtant changer pour la rendre au peuple. Il a connu deux scrutins (municipales 2014 à Lyon et régionales 2015) marqués par des alliances et des tractations dans l’ombre. "Il présente bien, est très sympa, mais quand il s’agit de négocier, il se prend parfois pour ce qu’il n’est pas. Il devrait parfois se rappeler du faible poids du PG, mais aussi que Jean-Luc Mélenchon n’a pas encore tous ses parrainages", se souvient un élu de gauche qui a ferraillé en coulisses avec lui. Et qui en garde un mauvais souvenir.

Il est vrai que de la belle alliance PG, PC, GRAM et Ensemble ! des municipales, qui avait initié la victoire de Nathalie Perrin-Gilbert dans le 1er arrondissement, il n’en reste pas grand-chose aujourd’hui. Et l’approche de la présidentielle et des législatives pourrait l’annihiler, sans qu’Andréa Kotarac ne puisse y faire grand-chose.

Le conseiller régional préfère se concentrer sur l’expérience acquise : "Lyon, c’est particulier, parce qu’il faut du courage et de la détermination pour se présenter face à un baron comme Gérard Collomb. Tout est fait pour que tout tourne autour de lui. On avait été les seuls à lui fermer la porte au nez durant les municipales. On n’a pas la même vision de la gauche".

Si Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron se retrouvent au premier tour en avril prochain, Kotarac et Collomb auront alors l’occasion de débattre à nouveau de cette vision de la gauche, mais au niveau national cette fois. Un niveau que Jean-Luc Mélenchon promet à Andréa Kotarac d’ici 10 ans.

Ce qu’il pense de ces personnalités politiques qui ont marqué son parcours :

Jean-Luc Mélenchon : celui qui m’a appris

Nathalie Perrin-Gilbert : Jean-Luc Mélenchon locale

Elliott Aubin : fraternité

Jean-Charles Kohlhaas : pragmatique

Georges Constantin : sympathique homme du passé

Raphaël Debû : respect mutuel

Laurent Wauquiez : dur avec les faibles, faible avec les durs

X
8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
rillieux le 04/09/2017 à 01:27

Pour le fric et comment prendre les prolos pour des débiles il fait maître conférence pas pol itique

Signaler Répondre

avatar
A voir et revoir !! ptdr le 09/11/2016 à 18:19

Cette vidéo est exceptionnelle !! Un vrai outil de travail, pour communicants en herbe, pour psychiatres et citoyens votants !

Où comment critiquer et reprocher tout et son contraire aux "autres" !
Où comment critiquer un système seulement si son menteur n'est pas élu !

Il n'y a bien que flanby qui peut faire aussi bien que ce monsieur !! ptdr

Signaler Répondre

avatar
Sanders le 09/11/2016 à 13:58

Un jeune aux dents longues....Monte sa startup privée version Mélenchon (Qui lui même a été un des plus jeunes sénateur de France).Oui, l'insoumission , ça peut aussi rapporter!

Signaler Répondre

avatar
Djibril le 09/11/2016 à 13:43

Bravo pour ce parcours engagé !

Signaler Répondre

avatar
Jérémy le 09/11/2016 à 13:19

Si c pas un professionnel de la politique, c koi son métier ?

Signaler Répondre

avatar
jevousdiraitout le 09/11/2016 à 13:14

pourquoi il est filmé à 2 cm de son visage?

Signaler Répondre

avatar
Gauchiste islamiste!! le 09/11/2016 à 12:08

Un islamogauchiste!
Non merci!

Signaler Répondre

avatar
Sakura.. le 09/11/2016 à 09:34

encore un qui fait un métier de la politique , ce qui de fait ne le différencie en rien des sarkozy, Juppé, Le Pen ,Hollande, Mélanchon , Aubry etc.. A quand des candidats qui auront bossé plus de 10 ans dans une vrai entreprise, q

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.