Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Cinq sportives de luxe à l’essai

Pour son numéro d’été, Lyon Mag a choisi d’essayer cinq sportives exceptionnelles : de l’étonnante berline Lexus IS-F à l’exclusive Lamborghini Gallardo en passant par la BMW M3, la Porsche Carrera et la Maserati Granturismo. Au volant : cinq passionnés.

“Une Maserati très équilibrée”
Maurice Ricci, PDG d’Akka Technologies

“C’est Luc Alphand, l’ancien champion de ski, qui m’a donné le goût du sport automobile en me faisant essayer la Porsche RSR avec laquelle il a couru Le Mans. Et je cours depuis trois ans sur circuit en Porsche GT3 et Ferrari 430 dans l’équipe de Jérôme Policand, le pilote grenoblois. Dans mon entreprise aussi, on est en contact avec l’automobile puisqu’on est spécialisé en ingénierie. J’ai donc une certaine expérience des voitures sportives. Pendant cet essai, j’ai vraiment bien aimé la Maserati Granturismo. Son principal atout, c’est qu’elle est très efficace sur la route tout en restant confortable. Vu son poids, je m’attendais à avoir une voiture plus lourde à placer dans les virages. Mais j’ai au contraire découvert une auto très équilibrée. Bien sûr, quand on attaque, les freins s’échauffent plus vite que sur la Lamborghini qui est une voiture extraordinaire. Mais pour profiter de la Gallardo, il faut une route en excellent état. Du billard ! Car elle est très basse et équipée de gros pneus. Du coup, elle a tendance à suivre les inégalités de la route. Enfin, j’ai été vraiment épaté par la Lexus qui a un châssis tellement performant qu’elle pourrait avoir un moteur encore plus puissant. En revanche, j’ai été un peu déçu par la nouvelle boîte automatique de Porsche. Et encore plus par la nouvelle M3 que j’ai trouvée molle, équipée d’une boîte très lente... J’avais pourtant gardé un bon souvenir des anciennes M3.”

“Conquis par la BMW M3”
Gaël Candela, avocat

“J’ai été ravi de participer à cet essai car je n’avais jamais eu l’occasion de conduire de tels bolides. Il faut dire que je me suis passionné tard pour l’automobile. Comme j’habitais dans la Presqu’île, je n’ai pas jugé utile de passer mon permis avant 25 ans et j’ai commencé par une Peugeot 205 diesel. Mais quand je me suis acheté une Audi A3, j’ai découvert le plaisir de conduire une voiture performante. Pas pour la vitesse pure mais pour les sensations d’accélération. D’ailleurs, je trouve aujourd’hui son Tdi un peu limité et je pense sérieusement en changer pour une BMW. Du coup, j’ai été très content de découvrir la M3. Et même conquis. C’est exactement ce qui me correspond : maniable en ville, nerveuse sur route mais pas violente, conviviale à l’intérieur... En plus, j’ai défendu plusieurs fois des dealers spécialistes des go-fast, c’est-à-dire des gens que la justice accusait d’avoir remonté de la drogue d’Espagne en roulant à fond sur autoroute dans des grosses voitures. Avec cet essai, j’ai compris pourquoi il choisissait souvent des M3 ! J’ai aussi été très impressionné par la tenue de route de la Lamborghini. Car on pouvait attaquer fort dans les courbes. Mais là, je frime un peu car j’ai demandé à Jean-Pierre Delfiaco, le pilote de rallye qui nous accompagnait, de monter à côté de moi pour jouer les copilotes. Il a été très sympa d’ailleurs. Si un jour je suis riche, c’est cette Lamborghini que je m’offrirai. Mais avec le circuit qui convient!”

“Le mythe Porsche”
Jean-Pierre Delfiaco, pilote de Rallye

“Je cours en rallye depuis bientôt 25 ans, en Renault 5 Turbo Maxi au début et aujourd’hui, au volant d’une Alpine A110 en véhicule historique. Ça pousse déjà fort car elle a 197 ch. pour seulement 780 kg, alors que les sportives d’aujourd’hui sont beaucoup plus lourdes. Pendant cet essai, je n’ai pas été surpris par la nouvelle Porsche car j’ai retrouvé les caractéristiques traditionnelles de cette voiture. Il n’y a rien à dire : c’est un mythe ! Un moteur puissant, une auto bien construite dans l’esprit germanique... D’ailleurs, si je n’étais pas agent Renault, je crois que je ferais plutôt des courses au volant d’anciennes Porsche. En fait, je trouve les nouvelles Porsche aseptisées par les normes antipollution. C’est sûr qu’elles consomment moins, polluent moins,... Mais j’ai une pointe de nostalgie pour les 930 qui avaient une plus belle sonorité à l’échappement. J’ai été bien sûr impressionné par la Lamborghini. Une extra-terrestre ! Par son look, sa puissance, sa tenue de route... En revanche, je ne m’attendais pas à être impressionné par la Lexus IS-F et j’ai découvert qu’elle avait tous les avantages d’une berline mais avec une tenue de route d’une sportive. Tout en étant très facile à conduire. Sa boîte de vitesse m’a même semblé plus maniable que celle de la Porsche ! Son moteur est puissant à bas régime et rageur quand on monte dans les tours. Enfin, la BMW M3 est une bonne auto avec une boîte mécanique bien étagée, un intérieur cossu et bien insonorisé, un moteur intéressant même s’il est un peu creux en bas régime. Seule la Maserati ne m’a pas emballé car l’arrière m’a semblé un peu louvoyant dans les grandes courbes.”

“Une Lamborghini phénoménale”
Jean-Pierre Stouls, avocat

“Je m’intéresse depuis longtemps aux voitures mais je suis aussi un fan de moto : j’ai eu la Honda 500, la BMW 1150RT, plusieurs Yamaha.... Mais étant avocat spécialisé dans le droit des brevets, je m’intéresse aussi aux innovations technologiques. Du coup, c’est naturellement la Gallardo que je tenais absolument à découvrir. D’autant plus que j’avais déjà conduit des Porsche et des Ferrari mais jamais de Lamborghini. Et j’ai été impressionné car c’est une voiture phénoménale. Ce que j’attendais. La mécanique est fantastique, la boîte au top, le châssis équilibré, le freinage exceptionnel... J’ai surtout été épaté par sa facilité de conduite. On profite d’une puissance hors norme sans jamais se sentir en danger. Enfin, l’intérieur est luxueux sans être tape-à-l’œil. Un jouet extraordinaire ! Bref, c’est ce qu’on appelle une voiture exclusive. En revanche, quand on roule avec, il faut accepter de devenir une véritable attraction. J’ai traversé Lyo

“C’est pour une course ?”

Mercredi 3 juillet, 10h. Les cinq essayeurs se retrouvent en début de matinée vers Charnay, dans le beaujolais, pour un premier breef. Maurice Ricci et Philippe Gouthez, deux patrons lyonnais fans de Porsche, Jean-Pierre Delfiaco, un pilote de rallye, deux avocats Maîtres Candela et Stouls… Chacun présente la voiture qu’il a prise en charge à Lyon. Après quelques photos, on convient rapidement de faire plusieurs passages dans une belle côte pour réaliser la vidéo à mettre en ligne sur lyonmag.com. Ce qui ne passe pas inaperçu dans ce secteur paisible. Très vite, des curieux s’arrêtent. “Toutes ces belles voitures, c’est pour une course ?” demande le conducteur d’une 206, alors qu’un facteur observe la scène au volant de son Kangoo. Après quelques allers-retours, les bolides redescendent sur la vallée d’Azergues pour rejoindre la route du lac des Sapins. Maurice Ricci ouvre le convoi avec la Gallardo, Philippe Gouthez le suit avec la Maserati, lui-même suivi par Jean-Pierre Delfiaco avec la Porsche. Puis les deux avocats suivent avec la M3 et la Lexus. Chacun en profite pour se faire plaisir. On s’arrête au centre du village de Valsonne pour échanger les volants avant de grimper jusqu’au col du Pillon pour un dernier arrêt avant le retour sur Lyon. Bien sûr, tout le monde est épaté par la Lamborghini mais la vraie surprise, c’est la Lexus, une japonaise banale en apparence mais qui a surpris tout le monde par son efficacité. Même les pilotes les plus aguerris.



Tags : voitures | essai | lamborghini | porsche | maserati |

Commentaires 1

Déposé le 10/06/2010 à 13h34  
Par Philippe Citer

Un passioné de voitures...

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.