Gollnisch : "Je ne pense pas à Marine en me rasant"

Gollnisch : "Je ne pense pas à Marine en me rasant"

Candidat à la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du FN, Bruno Gollnisch va publier à la rentrée un manifeste pour expliquer sa vision du FN.

Alors, vous êtes candidat à la succession de Le Pen en 2010 ?
Bruno Gollnisch : Oui, je serai candidat au prochain congrès, qui devrait normalement se dérouler en 2010. Si Dieu me prête vie, car il y a un an, après mon quadruple pontage coronarien, ce n’était pas évident.
Qu’est-ce qui vous différencie de Marine Le Pen, qui est également candidate ?
Ce n’est pas à moi de montrer que je suis différent, mais à Marine, puisque j’ai un avantage sur elle, c’est l’antériorité. Car pour des raisons d’âge, je me suis engagé dans ce combat politique avant elle. Et je participe depuis plus de 20 ans à l’élaboration de la doctrine du Front national.
En tout cas, elle vous reproche de donner une image un peu ringarde du FN  !
Il n’y a de vraie modernité que celle fondée sur la tradition. Mais je ne pense pas être dépassé. D’ailleurs dans le fond, je ne crois pas que nos opinions avec Marine Le Pen soient très divergentes. Et puis la succession de Jean-Marie Le Pen n’est pas d’actualité. Donc se lancer dans une campagne aujourd’hui serait prématuré. La seule certitude, c’est que le FN après Le Pen sera différent, quoi qu’il arrive.
Mais vous avez vraiment une pensée politique originale ?
Bien sûr, j’ai déjà fait de nombreuses interventions sur la droite nationale, populaire et sociale, notamment au Parlement européen. Mais souvent elles ne sont pas reprises dans les médias, contrairement à Marine Le Pen, qui est plus souvent invitée que moi à la télé. Voilà pourquoi j’ai décidé de publier à la rentrée une brochure claire et concise, qui résume ma réflexion. Ce sera un peu comme le manifeste de Marx ou d’Engels, mais sur la forme seulement !
Et ça vous suffira pour vous démarquer de Marine Le Pen ?
Je ne pense pas à Marine Le Pen en me rasant tous les matins. Ni à la succession de Jean-Marie Le Pen. Mais à la défense d’une cause que j’ai servie toute ma vie.

Propos recueillis par Thomas Nardone

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.