Christophe Guilloteau persuadé que l’élection de Macron signerait la mort du Rhône

Christophe Guilloteau persuadé que l’élection de Macron signerait la mort du Rhône
Christophe Guilloteau, ici avec le premier soutien de Macron, Gérard Collomb - LyonMag

Inquiet !

Le président du Conseil départemental Christophe Guilloteau craint les conséquences d’une éventuelle élection d’Emmanuel Macron pour sa collectivité.

Vendredi dernier, lors de la séance publique, il a vivement conseillé aux élus de "lire les programmes des candidats". Et plus particulièrement celui de l’un d’entre eux qui "propose que l’on ne puisse même pas finir notre mandat".

Sans le citer, Guilloteau vise bien évidemment Emmanuel Macron ; lors de sa venue devant l’ADF (assemblée départementale de France), celui-ci a effectivement développé son projet pour les départements. Le patron d’En Marche! est un chaud partisan des métropoles. Faut-il pour autant en déduire qu’il est prêt à faire disparaitre très vite le département du Rhône ? On se gardera d’être aussi affirmatif, même si, à terme, l’élection de Macron signerait probablement l’arrêt de mort du Nouveau Rhône tel qu’il existe depuis la création de la Métropole lyonnaise.

La Gazette des Communes a longuement évoqué les projets des principaux candidats en ce qui concerne la place qu’ils entendent accorder aux départements. Pour Macron, l’objectif consiste à "rréduire d’un quart les départements d’ici 2022 en faisant du sur-mesure". Et d’ajouter : "Pour les métropoles, il faut envisager la fin du département quand le périmètre est très semblable, comme Paris et Marseille, mais pour les villes de taille moyenne et les territoires ruraux, le département reste le bon échelon." Il ajoute en conclusion ne pas souhaiter de réforme institutionnelle globale "pendant mon quinquennat, car vous avez eu votre lot".

Force est de constater que rien n’est encore fixe dans le marbre. Surtout pour le Rhône qui, à l’inverse de Paris ou des Bouches-du-Rhône, possède toujours une partie rurale importante ; notamment avec le Beaujolais. II n’existe pas de certitude, mais on peut penser que le mandat actuel des élus départementaux pourra aller jusqu’à son terme, c’est-à-dire en 2021.

En ce qui concerne les autres candidats, Francois Fillon s’est appliqué à caresser les Départements dans le sens du poil ; il promet qu’il ne touchera a rien pendant cinq ans. Quant à Marine Le Pen, elle reste très attachée à l’échelon départemental. Si changement il y a avec elle, c’est beaucoup plus les Régions telles qu’elles existent aujourd’hui qui seraient visées.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
ex-UMP le 28/03/2017 à 16:05

Et ce monsieur Guilloteau soutient qui ? Fillon ? Ce type qui n'a aucune moralité et aucune gêne pour puiser dans les caisses de l'Etat ?

Signaler Répondre

avatar
Un ancien le 27/03/2017 à 22:45

Que représente aujourd'hui le Département du Rhône (sans Lyon et son agglomération) ? Sa suppression amènera plus d'économies et de cohérence territoriale que d'inconvénients. Que M. Guilloteau s'en émeuve, peut-être, mais cette posture relève t'elle de l'intérêt public ou de la défense d'un mandat et, bien sûr, de tous les avantages financiers qui en découlent ?

Signaler Répondre

avatar
jms69 le 27/03/2017 à 19:10

avec l ouverture des grandes surface de macrons le dimanche ca va changer les habitude des consommateurs, et detruire les centre villes ca va faire jolie, sinon ce n est pas le pire loins de la

on est a15 jours et il y en as beaucoup qui ne savent pas encore qui voter

Signaler Répondre

avatar
je sais tout le 27/03/2017 à 14:08

tante Irma a tout vu dans sa boule et parle!! mdr

Signaler Répondre

avatar
Benoui2 le 27/03/2017 à 09:59

Macron président... la fin de la France oui!!
le pays offert intégralement aux grandes entreprises ... qui en plus ne payent pas les mêmes impôts que les PME!!!

Macron président, c est la dérégulation bancaire, les cadeaux aux banques et aux ultra riches

alors si cela ne concernait que le département...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.