Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Sénateurs : le palmarès lyonnais

Un tiers des sénateurs viennent d’être renouvelés, avec des rémunérations et avantages très intéressants. Vraiment mérités ? Enquête à Lyon.

Les sept sénateurs du département sont-ils des “branleurs” ? C’est pour répondre à cette question provoc que Lyon Mag a analysé le travail de ces élus. Deux sont UMP : François-Noël Buffet, maire d’Oullins, et Elizabeth Lamure, maire de Gleizé. Deux autres sont socialistes : le maire de Lyon, Gérard Collomb, et la maire de Saint-Fons, Christiane Demontès. Alors que le président du conseil général, Michel Mercier, est le patron du groupe UDF au Sénat, où siège également Muguette Dini. Enfin, le communiste Guy Fischer est vice-président du Sénat.
Précisons d’abord que le système n’encourage pas ces élus à bosser. Puisque, quelle que soit leur activité, ils gagnent plus de 11 000 euros nets par mois (voir encadré ci-contre). Même s’ils n’ont pas mis les pieds au Sénat de l’année ! Comme l’absentéisme n’est pas sanctionné, le seul moyen de vérifier si les sept sénateurs lyonnais exercent réellement leur mandat, c’est de vérifier ce qu’ils ont fait sur la dernière session, d’octobre 2007 à septembre 2008. En allant sur le site internet du Sénat, où chaque sénateur dispose d’une fiche nominative mise à jour, ce qui permet de consulter l’activité de chacun des 331 parlementaires. Avec le nombre de propositions de loi et de résolutions qu’ils ont déposées, le nombre d’interventions en séance publique, de rapports rédigés et enfin de questions posées au gouvernement. Des indicateurs qui donnent une certaine idée de l’implication de chaque sénateur.

Les soirées mousse de Collomb
La palme du cancre revient sans hésitation à Gérard Collomb. Comme il l’a toujours revendiqué, le maire de Lyon préfère s’occuper de sa ville plutôt que de traîner dans les palais de la République à Paris. Résultat : pas une seule proposition de loi l’année dernière, ni même un rapport ou une intervention. Les dernières paroles de Gérard Collomb au Sénat ont marqué les esprits : “Eh oui !” C’était le 4 juillet 2007, au cours d’un débat sur la réforme des traités européens. Palpitant. En fait, sa dernière véritable intervention au palais du Luxembourg remonte au 30 mars 2006, au cours d’un échange assez vif sur le logement avec Jean-Louis Borloo. Mais l’année dernière, le sénateur-maire de Lyon s’est également distingué en posant une question essentielle au ministre de l’Intérieur, sur le “danger des soirées mousse”... Et Collomb attend toujours la réponse !
Christiane Demontès se débrouille pas mal non plus, puisque ses 93 interventions publiques se concentrent sur 11 jours seulement. En fait, la sénatrice-maire de Saint-Fons ne prend la parole qu’un mois sur deux au Sénat. Un rythme pépère qu’elle tient depuis son élection comme parlementaire en 2004. Membre de la commission des affaires sociales, elle a interpellé le gouvernement aussi bien sur les inquiétudes des producteurs de fruits et légumes que l’insécurité alimentaire en Ethiopie.

Dini contre les corridas
Mais beaucoup de sénateurs sont en fait spécialisés dans un domaine bien précis. Ce qui leur permet de publier de volumineux rapports, qui finissent bien souvent au fond d’un tiroir. L’UDF Muguette Dini a par exemple rédigé un rapport de 56 pages sur le “projet de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations”. Edifiant ! Très éclectique, cette ancienne prof de français a également posé une question sur l’interdiction des corridas aux mineurs, tout en cosignant une proposition de loi pour “réintroduire la procédure de consultation populaire dans le dispositif destiné à l’accession de Mayotte au statut de département et région d’outre-mer”.
Quant à François-Noël Buffet, il s’investit beaucoup dans ses rapports. Le sénateur-maire UMP d’Oullins est ainsi devenu un spécialiste de l’immigration et du droit d’asile. Ce qui lui a permis de briller en séance publique, avec pas moins de 115 interventions en octobre 2007 sur cette thématique. En revanche, entre novembre 2007 et septembre 2008, Buffet n’a participé activement qu’à 5 séances. Soit une tous les deux mois en moyenne. A noter que cet avocat est en train de rédiger un nouveau rapport sur la protection du secret des sources des journalistes. A suivre.

Le réveil de Lamure
L’autre sénateur UMP du Rhône, Elizabeth Lamure, avait trouvé son rythme de croisière depuis son élection en 2004. Avec en moyenne un rapport par an, une vingtaine d’interventions réparties sur quelques séances et quelques questions pointues, notamment sur le “remboursement de l’orthèse d’avancée mandibulaire”... Mais l’année dernière, cette élue du Beaujolais s’est soudainement réveillée pour se consacrer à la loi sur la modernisation de l’économie. Une des grandes réformes de Sarkozy. Nommée rapporteur au Sénat, Elizabeth Lamure a publié un rapport de 700 pages sur ce thème avec deux autres collègues. Une loi qu’elle a défendue à 283 reprises entre le 2 et le 23 juillet dernier. En espérant que cet exploit ne la fasse pas replonger dans sa léthargie habituelle.
Enfin, les deux sénateurs du Rhône sont très actifs. Normal au fond, puisque Michel Mercier est le président du groupe UDF-centristes au palais. Alors que Guy Fischer est vice-président, ce qui lui permet de mener les débats. Chacun a sa spécialité : pour le président du conseil général, c’est le revenu minimum d’insertion, qui plombe d’ailleurs les comptes du département. Mais Mercier a également joué un rôle clef dans l’adoption de la loi sur la réforme des institutions.  De son côté, Fischer le communiste semble apprécier l’histoire. Il a proposé une loi pour instituer le 27 mai comme journée nationale de la Résistance, mais aussi poser des questions au gouvernement sur l’indemnisation des ex-membres de l’OAS ou celle des incorporés de force dans les formations paramilitaires nazies.

Thomas Nardone



Tags : collomb | mercier | buffet | demontès | sénateurs | dini | fischer |

Commentaires 1

Déposé le 30/04/2009 à 13h55  
Par l'Enervé Citer

Voir des cumulards, richement dotés aux frais des contribuables se permettre une abstention fréquente avec l'excuse que le mandat local prime me fait hurler de colère. Les Electeurs feraient bien de réfléchir avant de voter !!!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.