Professeur décapité : "Nous avons tous été horrifiés par l'acte barbare" réagit Gérard Collomb

Professeur décapité : "Nous avons tous été horrifiés par l'acte barbare" réagit Gérard Collomb
Gérard Collomb- LyonMag

De nombreuses personnalités politiques lyonnaises ont réagi au drame qui a eu lieu ce vendredi dans les Yvelines. En fin d'après-midi, un professeur d'histoire-géographie a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine.

Ce samedi matin, c'est l'ancien maire de Lyon Gérard Collomb qui s'est exprimé sur son compte Twitter : "Nous avons tous été horrifiés par l'acte barbare de Conflans - Sainte-Honorine. Quand un professeur est décapité parce qu’il expliquait ce qu’est la liberté d’expression, qui peut encore dire que les valeurs de la République sont encore respectées ?".

15 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Depuis longtemps le 20/10/2020 à 16:51
Petaudier a écrit le 17/10/2020 à 23h49

C'est qui Gérard Collomb ?

Ben tu sais c'est celui qui est un vieillard et qui n'as plus toute sa tête et qui devrait être en Éphad depuis longtemps...

Signaler Répondre

avatar
Nous contemplons la chute de Lyon le 18/10/2020 à 07:07
Petaudier a écrit le 17/10/2020 à 23h49

C'est qui Gérard Collomb ?

Un type qui pense que la Fête des Lumières c'est la solution pour tous les maux qui touchent Lyon. Ah, le spectacle féerique de toutes ces projections psychédéliques, comment elles sont calmantes pour les esprits brutaux....

Signaler Répondre

avatar
Petaudier le 17/10/2020 à 23:49

C'est qui Gérard Collomb ?

Signaler Répondre

avatar
Le gouvernement français de la peur . le 17/10/2020 à 18:16
Maurfond a écrit le 17/10/2020 à 16h43

Cessons de faire des incantations : lire un Coran traduit en français, souligner tous les passages ou la violence est prescrite. Pour réellement stopper cet antagonisme meurtrier, les sages du conseil constitutionnel, des juges de la magistrature, doivent étudier le texte mettre en exergue tout ce qui est contradictoire avec notre constitution et nos lois, et contraindre les éditions a supprimer pour tous les ouvrages Coranique présents sur le territoire ce qui n'est pas conforme aux respects de nos lois. Si ce travail n'est pas fait se donner des possibilités de contraintes : amendes, prison, expulsion des étrangers réfractaires. Si les politiciens ne font pas ce travail, les gens voteront extrême droite, et si cela n'est pas suffisant pour régler le problème il y aura un conflit intérieur de guerre civile.

Dans le Coran , tous le monde sait ´ qu’il y’a des versets conquérants. ´ ´TOUT infidèle sa place est six pieds sous terre ´ et bien d’autres . En fait , nous devons nous convertir tous simplement pour éviter la mort .

Signaler Répondre

avatar
Le coran..? le 17/10/2020 à 17:46

A lire ses doux propos, sa tolérance-démocratie et humanité..comment suivre de tels directives de vie..?

Signaler Répondre

avatar
gadgetman le 17/10/2020 à 17:12
Maurfond a écrit le 17/10/2020 à 16h43

Cessons de faire des incantations : lire un Coran traduit en français, souligner tous les passages ou la violence est prescrite. Pour réellement stopper cet antagonisme meurtrier, les sages du conseil constitutionnel, des juges de la magistrature, doivent étudier le texte mettre en exergue tout ce qui est contradictoire avec notre constitution et nos lois, et contraindre les éditions a supprimer pour tous les ouvrages Coranique présents sur le territoire ce qui n'est pas conforme aux respects de nos lois. Si ce travail n'est pas fait se donner des possibilités de contraintes : amendes, prison, expulsion des étrangers réfractaires. Si les politiciens ne font pas ce travail, les gens voteront extrême droite, et si cela n'est pas suffisant pour régler le problème il y aura un conflit intérieur de guerre civile.

Pourquoi ce donner temps de mal , interdisons ce torchon en France tout simplement .

Signaler Répondre

avatar
Arkane le 17/10/2020 à 16:43

Un Gege qui nous manque...

Signaler Répondre

avatar
Maurfond le 17/10/2020 à 16:43

Cessons de faire des incantations : lire un Coran traduit en français, souligner tous les passages ou la violence est prescrite. Pour réellement stopper cet antagonisme meurtrier, les sages du conseil constitutionnel, des juges de la magistrature, doivent étudier le texte mettre en exergue tout ce qui est contradictoire avec notre constitution et nos lois, et contraindre les éditions a supprimer pour tous les ouvrages Coranique présents sur le territoire ce qui n'est pas conforme aux respects de nos lois. Si ce travail n'est pas fait se donner des possibilités de contraintes : amendes, prison, expulsion des étrangers réfractaires. Si les politiciens ne font pas ce travail, les gens voteront extrême droite, et si cela n'est pas suffisant pour régler le problème il y aura un conflit intérieur de guerre civile.

Signaler Répondre

avatar
loul le 17/10/2020 à 15:03
Muslim a écrit le 17/10/2020 à 10h53

On veut le retour de François Fillon.

Et moi le retour de Francois l'embrouille

Signaler Répondre

avatar
petrus le 17/10/2020 à 14:49

quand il était ministre de l'intérieur qu'à t il fait contre le terrorisme ?

Signaler Répondre

avatar
collomb complice hypocrite le 17/10/2020 à 13:38

Qui a refilé 2 M€ a Kabtane? Qui a inauguré le « centre culturel » avec un ministre saoudien ?

Signaler Répondre

avatar
Marty le 17/10/2020 à 12:00

Horrifié du Symptôme, mais personne (parmi les politiciens modérés) ne se sont attaqué au mal profond qui le provoque : l'Islamisme, c'est à dire la lecture des textes de l'Islam sans aucun filtres et sans l'avoir remis dans le contexte du haut moyen âge ou ils ont été composés et assemblés.

Signaler Répondre

avatar
Là bas si j'y suis le 17/10/2020 à 11:56

Doit on donner la parole a tous les conseillers municipaux ?
Celle du maire et de ses adjoints sont suffisantes

Signaler Répondre

avatar
Jolie Môme le 17/10/2020 à 11:45
Muslim a écrit le 17/10/2020 à 10h53

On veut le retour de François Fillon.

Et pourquoi ?? Quels rapports

Signaler Répondre

avatar
Muslim le 17/10/2020 à 10:53

On veut le retour de François Fillon.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.