Rétro : les faits politiques de l’année 2021 à Lyon

Rétro : les faits politiques de l’année 2021 à Lyon
Photos LyonMag

Avec les élections présidentielles et législatives, la mise en oeuvre de nombreuses actions publiques locales et l’émergence quasi certaine de nouvelles forces à Lyon, l’année 2022 s’annonce très chargée dans la sphère politique lyonnaise. Quoi de mieux qu’un récapitulatif de 2021 en 5 faits marquants pour tourner une nouvelle page ? 

Les élections régionales et départementales

L’évènement politique le plus important cette année à Lyon est sans doute la réélection de Laurent Wauquiez à la tête de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en juin. Avec 55,17% des voix au second tour, la victoire du candidat LR est incontestable. Face à lui, l’union des gauches socialistes, mélenchonistes et écologistes menée par Fabienne Grébert a du se contenter d’un score de 33,65%. Enfin, le candidat RN Andréa Kotarac a terminé troisième de cette triangulaire avec 11,18% des suffrages. À noter qu’absolument toutes les circonscriptions ont été remportées par Laurent Wauquiez.

Le téléphérique de la discorde

L’autre sujet qui a rythmé la vie politique lyonnaise de cette année n’est autre que la volonté de la Métropole de Lyon écologiste à promouvoir son projet de téléphérique Lyon-Francheville. Une grande concertation visant à recueillir les avis de la population a été lancée en novembre. Cet exercice a été préféré au simple référendum proposé par les mairies de Sainte-Foy-lès-Lyon et de La Mulatière, communes au-dessus desquelles le câble doit passer.

Plus de 95% des locaux ont voté "non" à ce projet. Pour les défendre, les habitants ont également pu compter sur les oppositions au conseil de la Métropole. Ces dernières se sont à plusieurs reprises unies pour dénoncer un passage en force de Bruno Bernard et une concertation faussement démocratique.

Le braquage de Bruno Bernard pour le nouveau SYTRAL

Si le projet téléphérique de téléphérique n’est pas encore complètement adopté, ce n’est pas le cas pour le nouveau SYTRAL. Baptisé "AOMTL" pour "Autorité organisatrice des mobilités des territoires lyonnais", ce futur gestionnaire des TCL (entre autres) entrera en fonctions au 1er janvier 2022. Mais la polémique ne vient pas du pouvoir extraordinaire que va avoir ce "super SYTRAL", elle vient de la manière dont ont été répartis les sièges de son assemblée lors du dernier Conseil de la Métropole.

Pour la faire courte, les oppositions espéraient pouvoir conserver les 7 places qu’elles avaient au SYTRAL. Mais dans les négociations préalables, Bruno Bernard n’a proposé à ces dernières que trois, puis quatre sièges en craignant des blocages politiques à l’avenir.

Les clans Cochet (LR), Collomb (LREM) et Kimelfeld (ex-LREM) se sont encore une fois unis pour dénoncer cette situation et les conseillers ont quitté la salle avec fracas. Résultat : il n’y aura que deux élus d’opposition à l’AOMTL sur les 24 décideurs.

Le vote de l’astronomique montant de la Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) de la Métropole

Métropole toujours, finance cette fois. Au début de l’année, l’exécutif métropolitain a mis au vote sa nouvelle Programmation Pluriannuelle d’Investissement d’un montant de 3,6 milliards d’euros jusqu’en 2026. Un montant très important, en hausse de 100 millions d’euros par rapport à la dernière PPI. L'objectif des élus est de rendre la Métropole "plus respirable, plus végétalisée et partagée par tous".

Presque un milliard d’euros seront consacrés à l’urbanisme. Environ 500 millions iront à l’environnement, tout comme à la mobilité et à l’habitat. Ce programme d’investissements a aussi pour conséquence d’augmenter directement la dette lyonnaise. Tous les projets d'envergure de la mandature écologiste sont encadrés par ce budget : voies lyonnaises, téléphérique, logements sociaux, végétalisation...

Cette politique d’emprunts est cependant assumée par la majorité écologiste. Une clause de revoyure sera votée à mi-mandat en fonction de l’évolution de la situation économique.

Les polémiques autour de Grégory Doucet

Cette année fut aussi très éprouvante pour le maire de Lyon. Grégory Doucet a en effet subit une forte pression politique et médiatique sur plusieurs de ces choix et déclarations. La dernière polémique en date est celle dite du "foie gras". L’écologiste a été attaqué sur sa volonté de bannir ce mets des réceptions officielles de la Ville de Lyon.

Bon nombre d’éleveurs et de responsables politiques ont alors dénoncé une démagogie futile. Pour rester dans le thème de la nourriture, il y a aussi la fin de cordons bleus dans les cantines scolaires. Jugé trop transformé, le plat ne serra plus servi aux petits lyonnais.

Sur le volet sécurité, on peut parler de la pièce de théâtre censée rétablir un lien entre policier et quartiers en difficultés. Là, c’est une vision trop "bisounours" qui a été dénoncée. Il y a aussi ces créations de fresques "pour un espace public apaisé". Une sortie qui a mis en colère les associations de commerçants et d’habitants de certains quartiers qui dénonçaient par aussi un manque de mesures fortes.

Enfin, à la rentrée scolaire de septembre, Grégory Doucet s’est rendu dans une cour d’école du 9e arrondissement. Il y a présenté les réaménagements "neutres" et "dégenrés", comme c’était écrit dans son programme. Son échange avec un écolier se plaignant d’un manque de cage de foot a fait le tour des médias nationaux et a beaucoup embêté l’élu.

X
8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Cybelle le 02/01/2022 à 20:56

''La réélection de Laurent Wauquiez à la tête de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en juin. Avec 55,17% des voix au second tour, la victoire du candidat LR est incontestable.''
Voilà une élection claire nette, qui démontre bien que si un homme politique (ou une femme) fait ce qu'il dit, il est apprécié par les administrés... Les électeurs retrouveront le chemin des urnes parce que la confiance est de retour .

Signaler Répondre

avatar
L’empire contre attaque. le 30/12/2021 à 20:40
Des moutons écervelés ou quoi ? a écrit le 30/12/2021 à 14h00

On vit une époque de m**** c'est incroyable.
Les gens retiennent que l'histoire du foie gras, alors que Lyon est devenue invivable à cause de ces pistes cyclables (12eme ville la plus embouteillé du monde !!!!), insécurité qui explose, les gens hyper-stressés, les évadés fiscaux qui sont tranquilles, les prix de l'immo et consommation qui explosent, etc

Un conseil ? Quitter vite la bergerie , AVANT quelle Brûle…

Signaler Répondre


avatar
Des moutons écervelés ou quoi ? le 30/12/2021 à 14:00

On vit une époque de m**** c'est incroyable.
Les gens retiennent que l'histoire du foie gras, alors que Lyon est devenue invivable à cause de ces pistes cyclables (12eme ville la plus embouteillé du monde !!!!), insécurité qui explose, les gens hyper-stressés, les évadés fiscaux qui sont tranquilles, les prix de l'immo et consommation qui explosent, etc

Signaler Répondre

avatar
Sondage... le 30/12/2021 à 11:54

Faut il voter pour le pire ?
Je choisis Doucet, mais c'est très serré...

Signaler Répondre

avatar
euh ..... le 30/12/2021 à 11:37
Lucvilleurbanne a écrit le 30/12/2021 à 08h07

Il faut parler de l'affaire de l'actrice milat qui est harcelée. J'achète chacun de vos magazines depuis 10 ans. Merci pour votre boulot considérable.

euh.... Mila n'est pas une actrice d'abord, juste une ado de 19 ans, et ensuite elle fait elle-même ce qu'il faut pour qu'elle soit harcelée sur le net au lieu de se faire oublier !
Votre compréhension de la lecture des articles de Lyon Mag laisse à désirer :)

Signaler Répondre

avatar
Lucvilleurbanne le 30/12/2021 à 08:07

Il faut parler de l'affaire de l'actrice milat qui est harcelée. J'achète chacun de vos magazines depuis 10 ans. Merci pour votre boulot considérable.

Signaler Répondre

avatar
Blabla... le 30/12/2021 à 08:06

1,2,3 ...c'est parti ...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.