Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Monsanto : peine confirmée en appel

Le fabricant américain du célèbre desherbant round-up et son importateur français, Scotts, avaient été condamnés en 1ère instance à 15 000 euros d’amende pour publicité mensongère car ils prétendaient que leur produit phare était biodégrable et sans danger pour la faune, la flore et la santé humaine. Un argument contesté par les écologistes, en particulier Eaux et rivières de Bretagne, l’association qui a porté l’affaire en justice. En première instance, les magistrats avaient donné raison à cette association sur la foi d’expertises et d'analyses qui démontraient que le produit de base du Round-Up, le glyphosate, se décompose effectivement dans la nature mais, loin d’être sans danger, il se transforme au contraire en plusieurs molécules toxiques qu'on retrouve en quantité dans les eaux souterraines, c’est-à-dire les réserves d’eaux potables. Mécontent de ce jugement de 1ère instance, Monsanto avait saisi la cour d’appel de Lyon. Mais ces magistrats ont confirmé sa condamnation.



Tags : monsanto | round-up | Scott |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.