Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Doutes dans le camp Delanoë

Le soutien du maire de Paris à Martine Aubry déroute ses soutiens régionaux, en particulier dans l’Isère.

“On ne comprends pas !” C’est la réaction des proches du maire de Grenoble Michel Destot comme de l’entourage d’André Vallini, le président du conseil général de l’Isère, après la publication en fin de matinée d’une lettre de Bertrand Delanoë appelant les militants PS à voter Martine Aubry jeudi prochain. En effet, ces deux élus de l’Isère ont soutenu la motion du maire de Paris, ce qui lui avait permis d’arriver en tête de la consultation des militants socialistes du 6 novembre dans leur département alors que Ségolène Royal arrivait au contraire en tête dans la région Rhône-Alpes. Mais ils auraient préféré en rester à l’engagement pris publiquement hier par Bertrand Delanoë au congrès de Reims du PS de ne donner aucune consigne de vote. En effet, les signataires de sa motion sont divisés entre les partisans d’une ligne dure du PS et les tenants de l’ouverture. Mais le maire de Paris est revenu sur son engagement. “J’appelle à voter massivement pour Martine Aubry”, écrit le maire de Paris en justifiant sa démarche par le fait que “l’identité même du Parti socialiste est en jeu". Sa prise de position devrait libérer la parole. D’autant que les proches de Ségolène Royal pressent Michel Destot et André Vallini de prendre position.



Tags : congrès ps |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.