Le zoo de la Tête d'Or proposera une plongée dans sa "Forêt d'Asie" dès 2020

Le zoo de la Tête d'Or proposera une plongée dans sa "Forêt d'Asie" dès 2020
Simulation de l'intérieur du bâtiment de la Forêt d'Asie - DR Ville de Lyon

Ce mercredi, la Ville de Lyon organisait une conférence de presse pour présenter les grandes lignes de sa "Forêt d'Asie". Un nouvel espace qui doit remplacer celui laissé vide après le départ des deux éléphants du parc en 2013 et qui promet une expérience immersive.

Simulation de la vue aérienne de la Forêt d'Asie - DR Ville de Lyon
Simulation de la vue aérienne de la Forêt d'Asie - DR Ville de Lyon
L'information était connue depuis l'hiver dernier. Mais la Ville de Lyon a donné plus de détails sur la "Forêt d'Asie" qui remplacera l'ancien espace des éléphants du zoo du parc de la Tête d'Or, laissé à l'abandon depuis 2013. Et c'est un "beau projet" qui devrait donc s'implanter sur cette parcelle du zoo, promet Georges Képénékian. "C'est un terrain un peu en friche, j'y vais encore régulièrement, et on avait envie qu'il s'y passe quelque chose", a confié le maire de Lyon.

"Cet aménagement basé sur l'immersion maximale dans un décor végétal mettra le public en contact rapproché avec les animaux, placés au cœur du milieu reconstitué." Voilà pour la promesse. Dans les faits, cette "Forêt d'Asie" se constituera de trois principaux espaces. En premier lieu un bâtiment de 800 m² dans lequel le visiteur pourra "entrer dans une grande nef, où l'on peut suivre un parcours jalonné de végétation basse, rampante ou grimpante", explique Philippe Allart, du cabinet ALEP Architectes. Le promeneur sera rapidement immergé dans cet univers, grâce à cette végétation donc, mais aussi de par la présence d'animaux dont certains seront en liberté dans l'enceinte du bâtiment.

Reliée à cette infrastructure, il y aura une grande volière de huit mètres de hauteurs. Là, la végétation occupera une nouvelle fois une place importante. Une végétation indispensable pour cette immersion et qui permettra aussi aux animaux de se cacher. Un point important pour les différents acteurs du projet, qui promeuvent au maximum le bonheur des animaux. Et parmi ces espèces, il y en a une qui est appelée à devenir la nouvelle star du zoo : le tapir malais. "Une bestiole qui va être sympa", s'est amusé le maire de Lyon. À ses côtés, de nombreux oiseaux en tout genre évolueront, ainsi que des reptiles (qui avaient disparu depuis quelques années), des amphibiens et d'autres mammifères comme l'elaphode ou la civette d'Owston.

Enfin, un autre enclos sera disposé à côté des deux premières constructions. Il sera réservé aux gibbons, qui seront donc transférés de leur espace actuel à ce nouveau. Au total, ce seront au minimum 25 nouvelles espaces animales qui rejoindront cette "forêt" hyper immersive. Le projet vient en complément de la plaine africaine inaugurée en 2006, avec cette différence majeure : "la plaine africaine, on la regarde de l'extérieur. Là, on va entrer à l'intérieur de cette forêt et la découvrir à la manière d'Indiana Jones", s'est emballé Georges Képénékian.

Avec cette "Forêt d'Asie", le zoo du parc de la Tête d'Or espère clairement se tailler la part du lion dans l'univers des parcs zoologiques. "On voulait faire évoluer ce zoo et l'emmener sur le devant de la scène, a indiqué Xavier Vaillant, son directeur. On va devenir le second zoo le plus investi de France dans la conservation des espèces menacées, avec plus de 50 % des animaux qui sont sur la liste des espèces en danger de l'UICN. (…) On va enfin devenir un zoo de taille importante en France."

Au total, ce nouvel espace devrait s'étendre sur environ 4 000 m². Les études et les procédures administratives sont d'ores et déjà enclenchées et devraient durer encore une année environ. La mise en chantier est espérée pour le deuxième trimestre de 2019 et l'ouverture pour le printemps 2020. En termes d'investissement, 3,6 millions d'euros seront déployés. Une somme directement prélevée sur les 5 millions d'euros annuel de budget du parc. De quoi booster en effet la fréquentation du parc avec ses 2,5 à 3 millions de visiteurs annuels.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Le grand bond en avant le 16/11/2017 à 15:32
Jeansais a écrit le 15/11/2017 à 18h16

Mais le zoo restera -t il toujours gratuit ...?
On voudrait déjà faire payer l'entrée dans les cathédrales ...

Il va devenir payant, et Collomb dira que chez nos voisins les zoos sont payants.

Signaler Répondre

avatar
Alban Vistel 2 le 16/11/2017 à 15:09

Si dans un pays gouvernés par les tapirs, on décide de construire un zoo et d'y mettre un homme en liberté, pensez-vous que le grand chef des tapirs va s'exclamer "Une bestiole qui va être sympa" en décrivant le projet ?

Signaler Répondre

avatar
Madame Irma le 15/11/2017 à 18:27

Lol ce sera vite saturé.

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 15/11/2017 à 18:16

Mais le zoo restera -t il toujours gratuit ...?
On voudrait déjà faire payer l'entrée dans les cathédrales ...

Signaler Répondre

avatar
bin oui le 15/11/2017 à 17:35

Après avoir éjecter nos éléphant soit disant malade car il on pas voulu investir de l argent pour eux par contre investir à tort et travers oui et la on va nous mètre une forêt Asie bravo merci

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.