Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Oscar à la Bourse du Travail

Un bon divertissement

Jeudi soir, on est allé voir Oscar à la Bourse du Travail, une pièce de théâtre jouée entre autre par le Lyonnais Bernard Farcy, qui reprenait le rôle mythique de Louis de Funès. Bref, une opération délicate car la comparaison s’avérait incontournable. On a tous encore en mémoire les mimiques irrésistibles de De Funès dans cette comédie endiablée. Et pourtant, on se laisse prendre assez facilement au jeu de Bernard Farcy, impeccable dans le rôle de ce PDG hautain et tyrannique qui livre un duel sans merci à son homme de confiance, qui l’a escroqué. D’ailleurs, le public a ri de bon cœur tout au long de la pièce. Il faut dire que les sketchs s’enchainent à un rythme effréné, et que les répliques font mouche presqu’à chaque fois. Bref, on est plus dans le théâtre de boulevard à la mécanique bien huilée, qu’à la pièce d’art dramatique. Mais le principal, c’est qu’on passe un bon moment.

"Je joue à la lyonnaise"

Interview de Bernard Farcy qui reprend le rôle de Louis de Funès, dans ”Oscar”

Pas trop stressé de reprendre le rôle de Funès dans Oscar ?
Bernard Farcy : Pourquoi je serais stressé ? Je ne reprends pas du tout son rôle, car Louis de Funès n’a jamais joué cette pièce au théâtre. Il n’a tourné que le film ! Pour moi, c’est une erreur d’identifier la pièce à de Funès. En fait, c’est Pierre Mondy et Jean-Paul Belmondo qui ont été les premiers à jouer Oscar au théâtre dans les années 50.
Pourtant, on associe la pièce à De Funès !
C’est vrai que le film a été un gros succès. Mais De Funès n’est pas du tout un modèle pour moi. C’est un grand comique qui a marqué son temps, mais aujourd’hui plus personne ne joue de cette façon. D’ailleurs, je n’ai aucune affinité avec lui. Je préfère proposer une interprétation beaucoup plus personnelle.
Quel genre d’interprétation vous proposez ?
Je joue à l’anglaise, voire à la lyonnaise ! C’est à dire avec beaucoup de retenu, de nuances. Tout le contraire de De Funès qui était dans l’exces. Moi, je préfère l’humour pince sans rire, les répliques cinglantes au bon moment... Je ne fais pas partie de ces comiques qui pensent qu’il faut surjouer pour faire rire. Ou pire qui disent au public à quel moment il doit rire.

Bernard Farcy dans OscarBernard Farcy dans Oscar

Pourtant physiquement, vous n’avez pas le profil du comique !
C’est justement sur ce décalage que je joue. Le fait d’être grand et costaud et d’être confronté à des mésaventures apportent une dimension comique à mon personnage. Finalement, je n’ai pas besoin d’en faire des tonnes pour faire rire.
Vous savez pourquoi on vous a choisi pour cette pièce ?
C’est sans doute l’effet “Taxi” ! Le metteur en scène, Philippe Hersen, m’a beaucoup aimé dans le personnage du commissaire. C’est ce qui l’a décidé à me donner ma chance ! Un véritable challenge car c’est la première fois que j’ai un premier rôle au théâtre ! Et je pense avoir réussi mon pari, car la pièce a cartonné à Paris. Elle a d’ailleurs été un des plus gros succès de la rentrée théâtrale.
Ça reste tout de même une pièce de boulevard !
Oui, mais c’est de l’excellent boulevard, un chef d’oeuvre dans son genre. Car la pièce est bien écrite, construite de façon intelligente, avec de nombreux quiproquos... J’ai d’ailleurs ajouté de nouvelles répliques... En fait, je me suis beaucoup investi dans cette pièce qui repose en grande partie sur moi.
Vous vous considérez comme un acteur comique ?
Non, je refuse toute étiquette. Car pour moi, un bon acteur, c’est un acteur capable de tout jouer. Il ne faut pas devenir un ouvrier spécialisé. Moi, je crois avoir prouvé que je peux passer d’un registre à un autre sans problème. J’ai joué le comique dans Taxi, Astérix ou les Trois Frères, mais aussi interprété le général De Gaulle à la télé !

De Gaulle, c’était pour vous une consécration dans votre carrière ?
Non. Je reconnais que ça m’a apporté une certaine considération, notamment dans la profession. Mais je ne renie pas du tout tous les personnages comiques que j’ai interprétés au cinéma. Car faire rire dans ce métier, c’est ce qu’il y a de plus difficile. Un bon acteur dans une pièce dramatique s’en sortira toujours, ce qui n’est pas forcément le cas d’un bon acteur dans une comédie. Et puis, aujourd’hui, si je suis connu aujourd’hui, c’est grâce aux comédies ! Notamment la série des Taxi et Astérix, qui ont attiré ensemble 45 millions de spectateurs !
C’est important pour vous la notoriété ?
Bien sûr. Car le cinéma, ça reste avant tout une industrie. Et si vous n’êtes pas connu vous ne représentez rien en valeur marchande. C’est à dire qu’on ne fera jamais appel à vous. A quoi ça sert d’être un bon acteur, si c’est pour jouer devant vos copains et être célèbre uniquement dans votre immeuble ! Moi, je trouve très hypocrite ceux qui disent se moquer d’être populaires. Il faut déjà l’avoir été avant de dire ça.
Quels sont vos projets ?
Je viens de terminer un film d’auteur avec Albert Dupontel et Catherine Fort. Un nouvel exercice pour moi. Et puis, j’ai reçu aussi pas mal de proposition au théâtre. Mais je n’ai pas envie de faire du sous Oscar. Je suis très sélectif. Mon rêve, ça serait de jouer Richard III ou Tchekhov ! Je lance d’ailleurs un appel aux producteurs.

Propos recueillis par Stéphanie Pioud
s.pioud@lyonmag.com


Oscar, le jeudi 15 janvier à la Bourse du Travail. Une pièce de Claude Magnier, mise en scène de Philippe Hersen. Avec Bernard Farcy, Sylvie Loeillet, Pierre Delavaine... Tel : 04 72 76 00 01. Tarifs : de 39,60 euros à 42,90 euros.


Un acteur caméléon

Avec son 1m92, sa carrure imposante et son visage grave, Bernard Farcy n’a pas vraiment le profil du comique qui raconte des blagues. Ou qui se moque de lui même ! Pourtant, ce fils de militaire, né à la Guillotière, a joué dans les plus grands succès comiques de ces vingt dernières années : Marche à l’ombre, Tenue de soirée, Grosse Fatigue, les Trois Frères, Astérix dans Mission Cléopâtre, Iznogoud....Seul bémol, il reste cantonné aux seconds roles. Du coup, il va connaitre la notoriété sur le tard, à partir de 1998, grâce à son personnage mythique du commissaire Gibert dans la série des Taxis de Luc Besson. Mais l’acteur a d’autres talents. Véritable caméléon, il a fait ses débuts à la Comédie-Française dans “Hernani”... Mais aussi joué au théâtre des pièces dramatiques comme Tambours dans la nuit de Brecht, Monsieur Mokinpott de Weiss. A cela s’ajoute de nombreux films à succès plutôt sombres comme La Lune dans le caniveau de Beneix, Ne réveillez pas un flic qui dort et le Solitaire avec Belmondo...Mais c’est surtout son interprétation de Charles de Gaulle, dans le téléfilm “le Grand Charles” en 2006 qui va lui apporter la consécration. Avec à la clé de nombreux prix d’interprétation et même une nomination aux Emmy Awards à Los Angeles.
Aujourd’hui, l’acteur est en tournée dans toute la France dans Oscar, où il joue le rôle d’un patron autoritaire qui affronte son homme de confiance qui l’a escroqué et mis sa fille enceinte. A noter que Bernard Farcy a partagé l’affiche avec Bernard Tapie qui a également joué la pièce en décembre au Théâtre de Paris.



Tags : taxi | Oscar | Bernard Farcy |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.