Bruno Bonnell : la métamorphose en entrepreneur de la politique est en marche

Bruno Bonnell : la métamorphose en entrepreneur de la politique est en marche
Bruno Bonnell lors de sa conférence ce lundi - LyonMag

Le député de Villeurbanne tente de faire de la politique avec les citoyens.

La réunion est terminée ce lundi soir, Bruno Bonnell prend date : "on se retrouve bientôt pour le prochain 90 minutes sur … sur….". Narquois un Villeurbannais répond à la volée : "Ca sera un 120 minutes sur la sécurité". "Exact", conclut en souriant Bruno Bonnell.

La réunion publique "90 minutes avec son député" vient de s’achever, elle a largement débordé l’horaire prévu. Il est bien difficile de ne pas dépasser lorsque l’on invite un ancien prof de Lyon 3, Jacques Fayette, passionnant mais bavard, qu’on est soi-même un "jeune" député avide de prise de parole, et que les citoyens présents veulent aussi avoir accès au micro. Même si c’est pour parler de l’Europe. Le cas de l’Europe a sans doute été évoqué, mais au final elle a surtout servi à montrer que le parlementaire LREM de la 6e circonscription du Rhône est en train d’enfiler un nouveau costume : celui de l’homme politique.

Bruno Bonnell entrepreneur du numérique ?

Car encore récemment, Bruno Bonnell était présenté partout dans les médias comme un chef d’entreprise sur les nouvelles technologies : touche à tout énergique et visionnaire gérant d’Atari à Innorobo. Il reste en effet des traces de ce Bruno Bonnell là, qui surgissent quand il prend le micro : "savez-vous, explique-t-il à la maigre assistance présente qui ne le sait pas, que 80% des logiciels d’Intelligence Artificielle sont actuellement écrits en américain ou en chinois. Par exemple, un logiciel chargé de reconnaitre de la neige, s’il est écrit en américain, il ne connaitra que le mot "snow", alors que les inuit ont 41 mots pour décrire la neige. On perd de la culture en appauvrissant une langue".

L’assemblée cherche pensivement le rapport avec l’Europe. Il n’y en a pas, sauf la conclusion que tire de son exemple de neige inuit Bruno Bonnell : "je veux que tous les Français parlent parfaitement deux langues en plus du globish" [globish : récente bête noire de Bruno Bonnell désignant ainsi l’anglais parlé par les non anglophones, ndlr]. Mais à part ces rares moments de rappel de sa culture numérique, qui sentent un peu le forcé, en vrai, Bruno Bonnell est chimiste.

Bruno Bonnell, ingénieur chimiste ?

En arrivant en politique en mai dernier, l’ingénieur Bonnell a surtout importé dans ce nouveau job son diplôme d’ingénieur (lui qui fut diplômé en 1981 de l’ESCIL, école aujourd’hui devenue CPE mais dont le "C" voulait bien dire chimie). La comparaison qu’il avait faite lors de sa première réunion "90 minutes avec votre député" (épisode raconté par Médiacités en février dernier) entre un sel capable jusqu’au point de saturation de se diluer dans une solution et la société française capable d’intégrer, jusqu’à un certain point, des personnes immigrées, avait un peu choqué.

Mais pour un chimiste ce n’est pas cynique, c’est une comparaison éclairante. A la même époque, il nous avait surpris en énonçant très fortement son opposition à une quelconque légalisation possible du cannabis en France : "ça sera over my dead body (il faudra me passer sur le corps ndlr) cette légalisation. Car le cannabis d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui d’hier. La concentration en THX est 20 fois supérieure au cannabis d’autrefois. Le cannabis est devenu une drogue dure, pas question de la légaliser".

C’est cette même philosophie qui le faisait défendre la loi "Asile Immigration" de son voisin lyonnais Gérard Collomb : "il y a des forces nationalistes qui montent dans ce pays, il faut traiter ça. La loi va en finir avec l’impression que l’on ne fait rien contre l’immigration illégale". Mais ce genre de réactions qui voient la société comme une réaction chimique sont en train de disparaitre à leur tour. Bruno Bonnell est de plus en plus politique.

Bruno Bonnell, le politique

Car il faut l’être pour attirer dans une salle communale de la place Lazare Gougeon à Villeurbanne Laurent Legendre, l’ancien adversaire de la France Insoumise aux législatives de mai 2017, qui tombe d’accord avec vous sur le fait "que les solutions sont complexes", justement votre nouveau mantra de politique. Il faut l’être aussi pour affirmer avec aplomb des choses aussi sidérantes que : "Aujourd’hui, l’Europe est une résistance. D’ailleurs quels sont les territoires qui ont le plus voté "oui" à l’Europe en 2005 ? Le Rhône et l’Alsace Lorraine ! Justement les territoires qui ont vraiment résisté à l’Allemagne pendant la guerre", tout en évoquant par phrases lyriques ces "champs de mines où les enfants ne peuvent plus jouer" dans le Donbass d’aujourd’hui que le député Bonnell est allé visiter.

Petit à petit la métamorphose opère. Petit à petit l’auto aveuglement du politique gagne l’esprit de l’ancien entrepreneur qui tire un bilan satisfait de cette soirée où les gens voulaient tous prendre la parole et qui "sortiront un peu plus éclairés" - même si le bilan officiel reste que la salle comptait 120 places, que 88 invitations furent reçues pour 45 personnes finalement présentes.

D’ailleurs Bruno Bonnell ne se présente-t-il pas lui-même comme un politique pour clore cette soirée, et alors que ses assistants ont depuis longtemps éteint la caméra ? : "Après l’intervention de M. Fayette avec ses qualités et ses défauts, je voudrais faire une conclusion plus politique".

Impossible de rater la métamorphose :  Bruno Bonnell est en train de devenir un entrepreneur de la politique.

@lemediapol

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
mais non! le 07/06/2018 à 17:58
DUONQ a écrit le 07/06/2018 à 17h28

"La concentration en THX (sic) est 20 fois supérieure au cannabis d’autrefois. Le cannabis est devenu une drogue dure, pas question de la légaliser"

Mais les gens le fument quand même, alors comment qu'on fait ? :)

On ne va pas quand même s'aligner sur les Pays-Bas, où la conso a baissé drastiquement depuis la légalisation....

non mais ça fait vivre des familles pauvres dans les cités... vous comprenez...
meme si elles emmerdent 95% des autres habitants, elles participent à la vie de la société

Signaler Répondre

avatar
DUONQ le 07/06/2018 à 17:28

"La concentration en THX (sic) est 20 fois supérieure au cannabis d’autrefois. Le cannabis est devenu une drogue dure, pas question de la légaliser"

Mais les gens le fument quand même, alors comment qu'on fait ? :)

On ne va pas quand même s'aligner sur les Pays-Bas, où la conso a baissé drastiquement depuis la légalisation....

Signaler Répondre

avatar
DUONQ le 07/06/2018 à 16:52

THX ?

Arrêtez votre cinéma, c'est THC.... :))

Signaler Répondre

avatar
la liste le 07/06/2018 à 16:37
demain69 a écrit le 07/06/2018 à 16h02

JE, JE JE JE sinon a part ça ?

MOI, MOI, MOI
TV TV TV TV... Radio Radio Radio
Ma gueule, ma gueule, ma gueule...

Signaler Répondre

avatar
demain69 le 07/06/2018 à 16:02

JE, JE JE JE sinon a part ça ?

Signaler Répondre

avatar
st jean le 06/06/2018 à 12:08

vite les municipales qu il ramasse sa premiere gifle electoral
il c est cramé

Signaler Répondre

avatar
69100 le 06/06/2018 à 10:33

coquille vide ! villeurbanne n est pas sa priorité .

Signaler Répondre

avatar
Talon le 06/06/2018 à 09:10

45 personnes présentes, on est dans le registre du rien ou du pas grand chose.

Signaler Répondre

avatar
giu69 le 06/06/2018 à 08:35

M. Bonnell peu bien raconter ce qu'il veut il n'aura aucune crédibilité a mes yeux tant qu'il continuera à ne quasiment jamais se rendre au parlement. Ca me semble etre la base pour un député : https://www.nosdeputes.fr/bruno-bonnell

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.