Le directeur de l'Opéra de Lyon touche 350 000 euros grâce à son licenciement "illégal"

Le directeur de l'Opéra de Lyon touche 350 000 euros grâce à son licenciement "illégal"
Serge Dorny - LyonMag

En 2014, Serge Dorny avait vécu une année difficile. Alors directeur de l'Opéra de Lyon, chahuté par une partie du personnel mais porté aux nues par la municipalité, il décidait de rejoindre l'opéra de Dresde.

Sauf que six mois avant sa prise de fonctions, Dresde revenait sur sa décision et Serge Dorny se voyait obligé de rester à Lyon.

Le Belge âgé de 62 ans ne s'est pas laissé faire et a ainsi obtenu gain de cause. Contestant son licenciement, il réclamait le versement du salaire des cinq années que comptait son contrat en Allemagne, soit 1,7 million d'euros.

Durant l'été, le tribunal de Dresde a certes considéré le licenciement de Serge Dorny comme illégal mais le directeur de l'Opéra lyonnais ne touchera "que" 350 000 euros.

Depuis, il avait trouvé une autre porte de sortie à ses malheurs lyonnais et filera à Munich en 2021 pour s'occuper de l'Opéra d'État de Bavière.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Ils sont dans leur monde doré. le 07/09/2018 à 14:13
Elle est pas belle la vie a écrit le 07/09/2018 à 12h42

Cela rappelle les licenciements volontairement hors procédures légales des collaborateurs conjoints et/ou proches de députés.
In fine, c'est l'Assemblée Nationale et non le député qui a pourtant licencié qui paie les procédures amiables.
Encore un beau moyen discret de détourner l'argent public par des députés.
N'est-ce pas les journalistes juste bon à copier les dépêches de l'AFP au lieu de faire votre boulot pour informer des dérives des élites de la République et des représentants du peuple.

C’est la mafia maconnique,qui s’octroie tous les meilleurs postes de France . A nous le rôti,à vous la Salade.... et après ,sa se dit. Progressistes,mdr.

Signaler Répondre

avatar
Elle est pas belle la vie le 07/09/2018 à 12:42

Cela rappelle les licenciements volontairement hors procédures légales des collaborateurs conjoints et/ou proches de députés.
In fine, c'est l'Assemblée Nationale et non le député qui a pourtant licencié qui paie les procédures amiables.
Encore un beau moyen discret de détourner l'argent public par des députés.
N'est-ce pas les journalistes juste bon à copier les dépêches de l'AFP au lieu de faire votre boulot pour informer des dérives des élites de la République et des représentants du peuple.

Signaler Répondre

avatar
ProPalestinien le 07/09/2018 à 10:26

Dégeulasse

Signaler Répondre

avatar
Zig le 06/09/2018 à 18:30

Je veux le même licenciement pour financer ma (non)retraite.

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 06/09/2018 à 17:45
memo a écrit le 06/09/2018 à 17h31

et ça en est ou son affaire des très grosses notes de frais?

Rassure toi mon gars ça va surement se passer comme si de rien n était dans ses cas la avec un bon avocat tu connais la suite si ça va jusque là

Signaler Répondre

avatar
memo le 06/09/2018 à 17:31

et ça en est ou son affaire des très grosses notes de frais?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.