Multiples rebondissements dans l’affaire de la disparition du président d’Interpol

Multiples rebondissements dans l’affaire de la disparition du président d’Interpol
Meng Hongwei - DR

L’organisation internationale basée à Lyon a annoncé ce dimanche soir la démission avec "effet immédiat" de Meng Hongwei.

Le président chinois d’Interpol est porté disparu depuis plus de dix jours. Les autorités chinoises sont également sorties de leur silence ce dimanche annonçant que l’homme de 64 ans faisait l’objet d’une enquête dans son pays pour violations présumées de la loi. Il serait soupçonné de corruption.

Un peu plus tôt dans la journée, l’épouse de Meng Hongwei, qui se trouve toujours à Lyon et qui a été placée sous protection policière avec ses deux enfants, a donné une conférence de presse où elle a fait part de ses inquiétudes notamment après avoir reçu deux messages de son mari. Le premier indiquait "Attends mon appel" alors que le second ne contenait qu’un émoticône signifiant une situation de danger. "Tant que je ne le vois pas en face de moi, en train de me parler, je ne peux pas avoir confiance", a-t-elle déclaré.

Une enquête pour disparition inquiétante a été ouverte la semaine dernière en France concernant celui qui n’est désormais plus président d’Interpol. Il a été remplacé par intérim par le Sud-Coréen Kim Jong-yang. L’élection d’un nouveau président aura lieu fin novembre à Dubaï lors de l’assemblée générale de l’organisation internationale de police.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
trop fort le 12/10/2018 à 12:00
Macron a écrit le 10/10/2018 à 20h50

Macron le néophyte ne comprend strictement rien aux affaires étrangères ! C'est grave tout ça !

Oui oui c'est la faute à Macron...
Ah ces trolls fn!

Signaler Répondre

avatar
Macron le 10/10/2018 à 20:50

Macron le néophyte ne comprend strictement rien aux affaires étrangères ! C'est grave tout ça !

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 08/10/2018 à 08:56

Je ne suis pas Nostradamus mais je m en doutais un peu enfin ceci pour dire que la Chine. N est pas l Europe on badine pas avec l honnêteté l honneur et le respect du peuple choses dont l Europe devrait des prendre des leçons eux qui sont gangrené par la corruption cordialement

Signaler Répondre

avatar
silence on tourne le 08/10/2018 à 08:24

On en parle très peu, mais cette affaire est quand même une véritable affaire d'état !

Signaler Répondre

avatar
Sakura le 08/10/2018 à 07:38

En.résumé, le gouvernement chinois a attendu qu une enquete soit diligentée pour informer 10 jours après sa disparition, qu il a été arrêté car soupçonné de corruption. Et hop, ça y est l affaire est close, pas d enquête pour vérifier que ces allégations sont véridiques,

Alors que ce n.est pas le premier chinois à avoir été enlevé, puis accuse ainsi dès que cela sort dans les medias

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.