Les spécialistes des HCL inquiets sur la maladie du soda

Les spécialistes des HCL inquiets sur la maladie du soda
photo d'illustration - Lyonmag.com

Due à de mauvaises habitudes alimentaires, la maladie du foie gras se développe rapidement dans les pays industrialisés. Le personnel médical alerte sur les risques de cette pathologie.

Des spécialistes prennent en charge la maladie du foie gras aux Hospices Civils de Lyon. Elle n’est pas liée à une forte consommation d’alcool mais aux habitudes alimentaires.

La maladie du soda inquiète

"La surcharge de graisse peut rester bénigne : il s’agit de la NAFLD (nonalcoholic fatty liver disease)", indique le Dr Cyrielle Caussy, endocrinologue aux HCL. Cependant, elle évolue chez certains patients. C’est donc la NASH, aussi appelée maladie du soda" intervient. Les symptômes se manifestent à un stade de la maladie où elle est irréversible. La NASH touche le foie représente un risque pour tout l’organisme. Malade, celui-ci répand des molécules néfastes. Le risque le plus important est cardiovasculaire.

Avec presque 30% de la population concernée, cette maladie métabolique pourrait devenir la première cause de greffe de foie.

Il n’existe pas de traitement, il faut changer ses habitudes

Les diabétiques de type 2 et les obèses doivent réaliser un dépistage de la NASH. Si un patient est susceptible d’avoir cette maladie, il sera pris en charge par un hépatologue.

"A ce jour il n’y a pas de médicament approuvé, et seule la perte de poids est préconisée. Les patients atteints de la NASH peuvent agir sur la maladie en modifiant leur mode de vie", insiste le Pr. Massimo Levrero, hépatologue aux HCL. Cette perte de poids doit exister sur le long terme, et la chirurgie bariatrique peut aider considérablement à maigrir. Elle a déjà permis une nette amélioration de la NASH. Le spécialiste ajoute néanmoins que : "Plusieurs nouveaux médicaments agissant sur différents mécanismes physiopathologiques de la NASH sont en cours de développement".

Les greffes de foie sont pour l’instant rares. C’est ce qu’explique l’hépatologue Jérôme Durmortier : "La transplantation hépatique est indiquée en cas d’évolution terminale de la cirrhose". Si la maladie du soda progresse encore, la tendance pourrait s’inverser.

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Fricadelle le 06/08/2019 à 15:52
Post monétaire a écrit le 13/06/2019 à 09h23

Comment ? La taxe sur le soda n'a pas tout changé ???

Donc l'argent ne permet pas d'avoir un monde équilibre ? :o)

Quoi de plus normal vu les déclarations d'un dirigeant de Coca Cola :
" mon ennemi commercial, c'est le verre d'eau !"

Comme le disait un grand économiste Lyonnais :

'La Monnaie crée la misère
Le marteau, non"

:)

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 13/06/2019 à 09:23

Comment ? La taxe sur le soda n'a pas tout changé ???

Donc l'argent ne permet pas d'avoir un monde équilibre ? :o)

Quoi de plus normal vu les déclarations d'un dirigeant de Coca Cola :
" mon ennemi commercial, c'est le verre d'eau !"

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.