Lyon : le "cadeau" de Collomb à Dentressangle bientôt repris par la justice ?

Lyon : le "cadeau" de Collomb à Dentressangle bientôt repris par la justice ?
L'immeuble en question - DR

Le 11 juin dernier, Gérard Collomb était tout heureux de poser à côté de Norbert Dentressangle à l’occasion de l’inauguration de l’immeuble du 34 place Bellecour.

Connu pour sa prudence légendaire et sa réserve toute lyonnaise, l’ancien camionneur reconverti dans l’immobilier affichait lui aussi un air satisfait. Il est vrai que les quelque 175 appartements que compte désormais l’ancien site de la Faculté catholique se sont vendus comme des petits pains au prix moyen (dixit Le Progrès) de 8 000 euros le m2. Certains biens les plus exceptionnels ont même dépassé les 10 000 euros le m2.

En tant qu’actionnaire principal d’OGIC, la société qui a mené à bien la réhabilitation et la commercialisation des bâtiments, Norbert Dentressangle a réalisé une juteuse opération. Elle lui a aussi permis de vérifier qu’à quelques dizaines de mètres de là, il a gagné un véritable jackpot. On rappellera simplement que, le 3 avril 2017, la Métropole de Lyon a décidé de lui vendre pour une bouchée de pain un immeuble situé à l’angle des rues de la Charité et Sainte-Hélène. Le bâtiment de 835 m2 a été cédé pour 1,65 million d’euros. Soit 1 975 euros le m2.

Quand on sait qu’à quelques encablures de là, les clients se sont précipités pour payer quatre ou cinq fois ce prix, on mesure l’excellente affaire réalisée par Dentressangle.

Et l’on comprend beaucoup moins pourquoi la Métropole de Lyon et son président de l’époque Gérard Collomb ont accepté de signer à ce prix. Bien sûr, l’immeuble de la rue Sainte-Hélène est loin d’être en bon état. Il nécessite d’importants travaux qui vont alourdir son prix de revient. Reste qu’à moins de 2 000 euros le m2, ça laisse largement de quoi réaliser une somptueuse réhabilitation en faisant appel à ce qui se fait de mieux côté architecte et décorateur.

Des offres bien plus élevées rejetées

À l’époque, d’autres professionnels lyonnais étaient intéressés et disposés à payer plus cher. Las ! La collectivité n’a guère défendu ses intérêts et ceux des contribuables. Elle a préféré vendre à Norbert Dentressangle dont le siège est situé dans le superbe hôtel particulier mitoyen de la rue Sainte-Hélène.

Le candidat écarté, la société Prestige Immo qui s’est spécialisée dans la réhabilitation d’immeubles anciens, n’est pas du genre à se laisser faire. Elle a saisi le tribunal administratif de Lyon pour obtenir l’annulation de la vente. Pour l’instant, elle s’est fait renvoyer dans ses cordes. Le 29 mai dernier, les juges ont rejeté sa requête, estimant que le prix de vente est conforme à l’estimation des Domaines. Qu’un autre acquéreur ait été disposé à payer plus cher n’a visiblement pas intéressé les magistrats.

Des juges pas à l'aise avec les chiffres ?

De même, ils n’ont guère été curieux. Sans beaucoup se fouler, ils auraient pu regarder les prix auquel se vendent les biens dans le quartier. On a déjà évoqué les sommets atteints pour le 34 place Bellecour. La comparaison reste délicate dans la mesure où l’on a d’un côté un immeuble en piteux état (mais qui n’est pas menacé de péril pour autant) et de l’autre des appartements de haut standing. Reste que les professionnels de l’immobilier savent qu’avec 2 à 3000 euros le m2, on réalise de véritables prodiges.

On comprend que les juges du tribunal administratif n’aient pas voulu se lancer dans des calculs compliqués. Ils auraient en revanche très bien pu regarder du côté de la rue Victor Hugo, à l’angle de la rue Sainte-Hélène. Il y a quelques mois, les HCL ont mis en vente un immeuble dans un état qui n’est guère meilleur que celui vendu par la Métropole. Pour une surface de 1 692 m2 – soit à peu près le double – le prix de vente a été fixé à 5,142 millions d’euros. Soit 3039 euros le m2. C'est 50% plus cher que cent mètres plus loin. Difficile de comprendre d’où vient une telle différence.

Dans le même ordre d’idée, nos magistrats du tribunal administratif de Lyon auraient pu jeter un coup d’oeil aux transactions réalisées dans le quartier ces dernières années. Nous n’en avons trouvé aucune qui se soit négociée en-dessous de 4000 euros le m2. Le prix moyen dépasse même les 4500 euros, ce qui montre que Norbert Dentressangle a réalisé un véritable coup de fusil.

Reste que l’affaire n’est pas terminée. Déboutée en première instance, la société Prestige Immo ne compte pas en rester là. Elle envisage d’interjeter appel avec l’espoir que les juges cette fois se montreront un peu plus curieux que leurs collègues et sortiront leur calculette pour effectuer une simple règle de trois. Ça ne doit pas être trop compliqué...

X
38 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
pierrot69vl le 29/06/2019 à 00:57
Merci à la presse non subventionnée de faire son travail d'information - heureusement qu'elle est làse non subventionnée nous informe a écrit le 24/06/2019 à 16h55

Voici comment le baron protège ses potes :
extrait de LYON CAPITALE de ce jour 24 juin 2019
https://www.lyoncapitale.fr/actualite/renegociation-rhonexpress-le-conseil-genant-de-collomb-sur-vinci-a-lyon/

Jeudi soir, Lyon Parc Auto fêtait ses 50 ans lors d'une soirée au H7. Alors que Gérard Collomb prenait la parole, il a adressé un conseil direct à Fouziya Bouzerda, devant lui dans la salle. Le maire de Lyon lui aurait ainsi demandé "d'aller doucement avec Vinci", s'inquiétant "des nombreux investissements qu'à l'entreprise à Lyon".

Un conseil qui n'est franchement pas passé pour certaines personnes présentes, y compris du côté des soutiens politiques de Gérard Collomb. La remarque a été considérée comme "déplacée", "symptomatique d'une vieille façon de faire de la politique" voire "gênante". "J'ai dû demander à mon voisin s'il avait entendu la même chose que moi tellement je n'en revenais pas", confie un des invités. Contactée par Lyon Capitale sur la question de la renégociation Rhônexpress, la Ville de Lyon n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

vinci est une pieuvre tentaculaire (aéroport, énergie, autoroutes, immobilier, parkings, etc ....................) qui corrompt tous nos politiques et élus.

Et dire que ce n'est même pas français

Signaler Répondre

avatar
Systance le 26/06/2019 à 18:43
petit détail a écrit le 26/06/2019 à 09h59

Faire un article de ce genre et ne pas préciser que les locaux vendus sont à usage de bureaux, peut-on appeler ça du journalisme? Quel est le sens de comparer des m² SHAB (cf les prix des appartements dans le 2ème) et des m² SU de bureaux? Vous avez vu beaucoup de vente de bureaux à 8000€/m² SU?
La 1ère décision politique à juger, c'est de se demander s'il fallait maintenir ou non des bureaux sur cet immeuble. Fallait il l'orienter vers du logement de luxe pour le vendre plus cher?

Vous êtes un drôle, vous !

Le m2 de bureau est certes inférieur à celui d'habitation, mais il est sensiblement revalorisé lorsqu'il se trouve dans un quartier à forte concentration de logements à forte valeur.

Quant à trouver des bureaux à 8.000 Euros /m2, cherchez bien (justement en presqu'ile) : vous en trouverez sans difficulté !!!

Vous calez ?

Allez, je suis magnanime, je vous aide :

https://www.agorabiz.com/annonces/vente/bureau/lyon-2eme/69002/147104535-1.html

312 m2 à 2.600.000, cela nous fait ?

8.333 Euros du m2 !

Le compte est bon, merci Bertrand Renard !

Signaler Répondre

avatar
petit détail le 26/06/2019 à 09:59

Faire un article de ce genre et ne pas préciser que les locaux vendus sont à usage de bureaux, peut-on appeler ça du journalisme? Quel est le sens de comparer des m² SHAB (cf les prix des appartements dans le 2ème) et des m² SU de bureaux? Vous avez vu beaucoup de vente de bureaux à 8000€/m² SU?
La 1ère décision politique à juger, c'est de se demander s'il fallait maintenir ou non des bureaux sur cet immeuble. Fallait il l'orienter vers du logement de luxe pour le vendre plus cher?

Signaler Répondre

avatar
Edgar le 25/06/2019 à 19:38

Cela s'appelle une magouille.

Signaler Répondre

avatar
Petaudier le 25/06/2019 à 15:56

Comment un homme seul peut-il brader le patrimoine lyonnais sans rendre de compte à personne ?
Quartier Grolée-République à Abou Dabi et maintenant quartier Bellecour à Dantressangle ?

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 25/06/2019 à 10:32
Edgar69 a écrit le 24/06/2019 à 13h59

Bien orchestrée cette nouvelle boule puante !!
Bravo aux officines de Kimelfeld. Bien joué

Ne cherchez pas un complot, il y a simplement des citoyens écoeurés qui communiquent.

Signaler Répondre

avatar
Sturlat. le 24/06/2019 à 20:36
Merci à la presse non subventionnée de faire son travail d'information - heureusement qu'elle est làse non subventionnée nous informe a écrit le 24/06/2019 à 16h55

Voici comment le baron protège ses potes :
extrait de LYON CAPITALE de ce jour 24 juin 2019
https://www.lyoncapitale.fr/actualite/renegociation-rhonexpress-le-conseil-genant-de-collomb-sur-vinci-a-lyon/

Jeudi soir, Lyon Parc Auto fêtait ses 50 ans lors d'une soirée au H7. Alors que Gérard Collomb prenait la parole, il a adressé un conseil direct à Fouziya Bouzerda, devant lui dans la salle. Le maire de Lyon lui aurait ainsi demandé "d'aller doucement avec Vinci", s'inquiétant "des nombreux investissements qu'à l'entreprise à Lyon".

Un conseil qui n'est franchement pas passé pour certaines personnes présentes, y compris du côté des soutiens politiques de Gérard Collomb. La remarque a été considérée comme "déplacée", "symptomatique d'une vieille façon de faire de la politique" voire "gênante". "J'ai dû demander à mon voisin s'il avait entendu la même chose que moi tellement je n'en revenais pas", confie un des invités. Contactée par Lyon Capitale sur la question de la renégociation Rhônexpress, la Ville de Lyon n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

.... nom de dieu... mais il faut le dégager avec fracas ce Gérard Collomb, ne plus attendre les prochaines élections !!!!

... mais que font ces juges pourris jusqu'à la moelle pour en avoir les yeux autant fermés ?

Signaler Répondre

avatar
zéro le 24/06/2019 à 20:32

"Ces écuries ne seront nettoyées qu'a la condition que les bouffeurs de foin cessent de donner le pouvoir à des mafieux !!!"

cette réflexion de "mafieux" est frappée du bon sens. Merci pour ce commentaire pertinent.

Signaler Répondre

avatar
mafieux ! le 24/06/2019 à 18:45

Et puis quoi encore !!!

Vous ne voudriez tout de même pas qu'en macronie, la justice soit indépendante et fasse son boulot correctement !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les écuries d'augias de Lyon, se tiennent tous par la barbichette !!!!!!!!!!!!!!

Ces écuries ne seront nettoyées qu'a la condition que les bouffeurs de foin cessent de donner le pouvoir à des mafieux !!!

Signaler Répondre

avatar
répartition du pouvoir le 24/06/2019 à 17:34
Evidement a écrit le 24/06/2019 à 16h29

Le seul problème c'est que si les élus ont décidé de faire plaisir aux copains, ils vont faire déclarer d'utilité publique (ce qui sans doute ne l'est pas - tout comme le stade privé de Décines) imposant le prix qu'ils veulent, et le vendre ensuite aux promoteurs qui eux feront la plus value après l'avoir construit

C'est comme cela dans beaucoup de collectivités, heureusement que ce n'est pas partout

Le pouvoir fait perdre à l'homme son âme

sauf si on décide enfin de vivre en démocratie directe réelle comme le demande beaucoup de citoyens.
Le pouvoir au peuple qui emmerdera bien ceux qui se disent populaires mais ne le sont pas.

Signaler Répondre

avatar
Merci à la presse non subventionnée de faire son travail d'information - heureusement qu'elle est làse non subventionnée nous informe le 24/06/2019 à 16:55

Voici comment le baron protège ses potes :
extrait de LYON CAPITALE de ce jour 24 juin 2019
https://www.lyoncapitale.fr/actualite/renegociation-rhonexpress-le-conseil-genant-de-collomb-sur-vinci-a-lyon/

Jeudi soir, Lyon Parc Auto fêtait ses 50 ans lors d'une soirée au H7. Alors que Gérard Collomb prenait la parole, il a adressé un conseil direct à Fouziya Bouzerda, devant lui dans la salle. Le maire de Lyon lui aurait ainsi demandé "d'aller doucement avec Vinci", s'inquiétant "des nombreux investissements qu'à l'entreprise à Lyon".

Un conseil qui n'est franchement pas passé pour certaines personnes présentes, y compris du côté des soutiens politiques de Gérard Collomb. La remarque a été considérée comme "déplacée", "symptomatique d'une vieille façon de faire de la politique" voire "gênante". "J'ai dû demander à mon voisin s'il avait entendu la même chose que moi tellement je n'en revenais pas", confie un des invités. Contactée par Lyon Capitale sur la question de la renégociation Rhônexpress, la Ville de Lyon n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

Signaler Répondre

avatar
Evidement le 24/06/2019 à 16:29
Corruption ter a écrit le 24/06/2019 à 13h11

La moitié ou même le tiers.

Je vends actuellement un terrain quelque part en France dans une zone d'aménagement comprenant un terrain communal, lequel a été évalué par les domaines à 70 euros le mètre alors que les prix du marché sont autour de 160 - 200. Confirmation de la décote par mon notaire. Évidemment je subis des pressions, on tente de me faire peur, pour que je vende mon terrain 70 euros également, sinon la mairie perdrait la face.
Plusieurs promoteurs se partageant le gâteau local m'ont donc fait des propositions proches et inférieures à ces 70 euros, jusqu'à ce qu'un autre débarque, qui souhaite s'implanter dans le secteur et me propose le double. Vous croyez qu'il investirait à perte ? Tout est tenté par ces requins qui font pression sur la mairie pour nous mettre des bâtons dans les roues.

Le seul problème c'est que si les élus ont décidé de faire plaisir aux copains, ils vont faire déclarer d'utilité publique (ce qui sans doute ne l'est pas - tout comme le stade privé de Décines) imposant le prix qu'ils veulent, et le vendre ensuite aux promoteurs qui eux feront la plus value après l'avoir construit

C'est comme cela dans beaucoup de collectivités, heureusement que ce n'est pas partout

Le pouvoir fait perdre à l'homme son âme

Signaler Répondre

avatar
j'ai tout faux ? le 24/06/2019 à 16:05
Gel des salaires depuis 10 ans a écrit le 24/06/2019 à 14h32

A force de sous payer les fonctionnaires, il ne faut peut être pas s'étonner que les meilleurs finissent par aller voir ailleurs...

Je ne vois pas le rapport entre ce que vous dites et le sujet.
Nous parlons ici es décisions ne relèvent pas des fonctionnaires mais de nombreux élus, qui compte tenu de' leurs pouvoirs dont il font excès, et /ou des pressions qu'ils font sur les fonctionnaires pour leurs intérêts personnels prennent des décisions pour se servir (tant à des fins pécunaires que électorales (yatch, etc.. personne ne va dire qu'il ne sait pas !) avant de servir ce dont il devrait rendre des comptes puisqu'ils sont élus pour cela

Ce n'est pas parce qu'ils sont élus qu'ils ont blanc seing pour truander leurs électeurs

Signaler Répondre

avatar
Gel des salaires depuis 10 ans le 24/06/2019 à 14:32
Je le dis et je l'assume a écrit le 24/06/2019 à 12h52

Les collectivités publiques ne peuvent alliéner un bien public sans consulter FRANCE DOMAINES, service administratif piloté par les Services Fiscaux de l'Etat.

Cependant, comme les fonctions et la carrière des inspecteurs du Domaine ne sont pas valorisantes, et donc les meilleurs agents compétents ne figurent pas dans ce service - et si ces agents ne sont pas très appuyés dans leur carrière, ils sont plus vulnérables ou leur incompétence peut les conduire à demander à celui qui les consulte quel prix retenir - C'est exactement ce qui s'est passé dans les deux cas des terrains de Décines et de la rue de Charité
Et si la collectivité (ou plutôt les responsables de ladite collectivité vendeuse ou acheteuse) a des intentions qui ne sont pas celles de l'intérêt général (nous sommes en position 23 sur 180 pays en matière de corruption ...) on en arrive là où nous en sommes ..
Mais la justice administrative est en général sous emprise de l'organisation administrative et exécutive locale, sauf quand il y a une opposition forte, ce qui n'est pas le cas à LYON depuis longtemps, notamment du fait de l'influence incontestée du réseau franc-maçon (la défense du "frère" est sans limite)
Heureusement, toutes les collectivités ou établissements publics ont, elles, le sens du bien commun (Je suis en mesure de citer des noms)
Et je sais de quoi je parle puisque j'ai eu à connaitre de très prêt ce genre de dérive

A force de sous payer les fonctionnaires, il ne faut peut être pas s'étonner que les meilleurs finissent par aller voir ailleurs...

Signaler Répondre

avatar
Edgar69 le 24/06/2019 à 13:59

Bien orchestrée cette nouvelle boule puante !!
Bravo aux officines de Kimelfeld. Bien joué

Signaler Répondre

avatar
Corruption quater le 24/06/2019 à 13:54

Dans les années 90, il a été question avec la mairie d'aménager une dizaine d'hectares en lotissement. Il était question de s'accorder les bonnes faveurs du maire socialiste en lui fournissant une maison sur son terrain dans le Midi.

Mais bien entendu, cette époque est tout à fait révolue, la France est désormais une République exemplaire : même Balkany continue d'affirmer qu'il n'a jamais été corrompu.

Signaler Répondre

avatar
Ouste le 24/06/2019 à 13:34
henon a écrit le 24/06/2019 à 09h29

Aulas avait déjà acheté au Grand Lyon les 30 hectares de terrains pour le stade de l'OL a un prix bradé de 40 euros/m2, alors que les prix pratiqués étaient compris en entre 150 et 250 euros/m2. D'où une perte substantielle pour le contribuable. Collomb n'est pas à un cadeau près. D'autant plus qu'entre la rue Sainte Hélène et la rue de la Charité, on trouve: l'hôtel particulier de N. Dentressengle, l'immeuble d'angle en question et, rue de la Charité, les deux hôtels particuliers qui abritent le musée des Arts décoratifs et des Tissus. C'est à dire que l'on a une continuité d'immeubles de grande valeur. Et alors? Alors, Gérard Collomb avait prévu de transférer le musée des Tissus au musée de la Confluence, libérant ainsi ce magnifique tenant immobilier en plein centre ville. On pourrait aussi reparler des immeubles de bureau des Giorgi à côté de l'hôtel Métropole. Vous avez compris cette fois? Ne serait-ce que pour ce scandale, il est tout à fait indispensable que Gérard Collomb ne se représente plus, ni à la mairie de Lyon, ni à la Métropole; sinon de tels scandales vont se reproduire. Le cumul des mandats dans le temps est un véritable poison pour la démocratie, d'autant plus que Collomb a été un des champions de France du cumul des mandats simultanés. Quatre mandats de suite, égal déchéance totale. Il suffit de voir ce qui se passe à Marseille: la fin de vie politique de Gaudin est un véritable naufrage.

Il est vital pour Lyon que Collomb ne se représente pas pour un nouveau mandat.
Mais si les Lyonnais élisent un membre de son clan, ou une personnalité de La Ripoublique En Marche, cela revient au même...
Dégageons cette caste pourrie !

Signaler Répondre

avatar
Les lyonnais se bouchent les yeux le 24/06/2019 à 13:18
Je le dis et je l'assume a écrit le 24/06/2019 à 12h52

Les collectivités publiques ne peuvent alliéner un bien public sans consulter FRANCE DOMAINES, service administratif piloté par les Services Fiscaux de l'Etat.

Cependant, comme les fonctions et la carrière des inspecteurs du Domaine ne sont pas valorisantes, et donc les meilleurs agents compétents ne figurent pas dans ce service - et si ces agents ne sont pas très appuyés dans leur carrière, ils sont plus vulnérables ou leur incompétence peut les conduire à demander à celui qui les consulte quel prix retenir - C'est exactement ce qui s'est passé dans les deux cas des terrains de Décines et de la rue de Charité
Et si la collectivité (ou plutôt les responsables de ladite collectivité vendeuse ou acheteuse) a des intentions qui ne sont pas celles de l'intérêt général (nous sommes en position 23 sur 180 pays en matière de corruption ...) on en arrive là où nous en sommes ..
Mais la justice administrative est en général sous emprise de l'organisation administrative et exécutive locale, sauf quand il y a une opposition forte, ce qui n'est pas le cas à LYON depuis longtemps, notamment du fait de l'influence incontestée du réseau franc-maçon (la défense du "frère" est sans limite)
Heureusement, toutes les collectivités ou établissements publics ont, elles, le sens du bien commun (Je suis en mesure de citer des noms)
Et je sais de quoi je parle puisque j'ai eu à connaitre de très prêt ce genre de dérive

D'autant que la loi prévoit que les collectivités disposent à la vente comme à la hausse d'une marge de 10% par rapport au prix indiqué par FRANCE DOMAINE, estimation que ce dernier service aura établi au vu des termes de comparaison des ventes semblables dans le secteur concerné

Bien étrange sur ce dossier. Le concurrent déchu, s'il est patient, a devant lui beaucoup d'arguments pour faire la lumière sur ces dispositions locales dignes, comme beaucoup depuis 3 mandats, de république bananière.

Signaler Répondre

avatar
Corruption ter le 24/06/2019 à 13:11
corruption bis a écrit le 24/06/2019 à 12h36

c'est une accusation très grave, vous avez les preuves de ce que vous avancez ?
Tous les biens estimés par les domaines le sont à la moitié des prix réels ?

La moitié ou même le tiers.

Je vends actuellement un terrain quelque part en France dans une zone d'aménagement comprenant un terrain communal, lequel a été évalué par les domaines à 70 euros le mètre alors que les prix du marché sont autour de 160 - 200. Confirmation de la décote par mon notaire. Évidemment je subis des pressions, on tente de me faire peur, pour que je vende mon terrain 70 euros également, sinon la mairie perdrait la face.
Plusieurs promoteurs se partageant le gâteau local m'ont donc fait des propositions proches et inférieures à ces 70 euros, jusqu'à ce qu'un autre débarque, qui souhaite s'implanter dans le secteur et me propose le double. Vous croyez qu'il investirait à perte ? Tout est tenté par ces requins qui font pression sur la mairie pour nous mettre des bâtons dans les roues.

Signaler Répondre

avatar
Assumission le 24/06/2019 à 13:02
Je le dis et je l'assume a écrit le 24/06/2019 à 12h52

Les collectivités publiques ne peuvent alliéner un bien public sans consulter FRANCE DOMAINES, service administratif piloté par les Services Fiscaux de l'Etat.

Cependant, comme les fonctions et la carrière des inspecteurs du Domaine ne sont pas valorisantes, et donc les meilleurs agents compétents ne figurent pas dans ce service - et si ces agents ne sont pas très appuyés dans leur carrière, ils sont plus vulnérables ou leur incompétence peut les conduire à demander à celui qui les consulte quel prix retenir - C'est exactement ce qui s'est passé dans les deux cas des terrains de Décines et de la rue de Charité
Et si la collectivité (ou plutôt les responsables de ladite collectivité vendeuse ou acheteuse) a des intentions qui ne sont pas celles de l'intérêt général (nous sommes en position 23 sur 180 pays en matière de corruption ...) on en arrive là où nous en sommes ..
Mais la justice administrative est en général sous emprise de l'organisation administrative et exécutive locale, sauf quand il y a une opposition forte, ce qui n'est pas le cas à LYON depuis longtemps, notamment du fait de l'influence incontestée du réseau franc-maçon (la défense du "frère" est sans limite)
Heureusement, toutes les collectivités ou établissements publics ont, elles, le sens du bien commun (Je suis en mesure de citer des noms)
Et je sais de quoi je parle puisque j'ai eu à connaitre de très prêt ce genre de dérive

t'assumes en signant ce que tu as écrit précédemment ?

Signaler Répondre

avatar
Je le dis et j'assume le 24/06/2019 à 13:02
Je le dis et je l'assume a écrit le 24/06/2019 à 12h52

Les collectivités publiques ne peuvent alliéner un bien public sans consulter FRANCE DOMAINES, service administratif piloté par les Services Fiscaux de l'Etat.

Cependant, comme les fonctions et la carrière des inspecteurs du Domaine ne sont pas valorisantes, et donc les meilleurs agents compétents ne figurent pas dans ce service - et si ces agents ne sont pas très appuyés dans leur carrière, ils sont plus vulnérables ou leur incompétence peut les conduire à demander à celui qui les consulte quel prix retenir - C'est exactement ce qui s'est passé dans les deux cas des terrains de Décines et de la rue de Charité
Et si la collectivité (ou plutôt les responsables de ladite collectivité vendeuse ou acheteuse) a des intentions qui ne sont pas celles de l'intérêt général (nous sommes en position 23 sur 180 pays en matière de corruption ...) on en arrive là où nous en sommes ..
Mais la justice administrative est en général sous emprise de l'organisation administrative et exécutive locale, sauf quand il y a une opposition forte, ce qui n'est pas le cas à LYON depuis longtemps, notamment du fait de l'influence incontestée du réseau franc-maçon (la défense du "frère" est sans limite)
Heureusement, toutes les collectivités ou établissements publics ont, elles, le sens du bien commun (Je suis en mesure de citer des noms)
Et je sais de quoi je parle puisque j'ai eu à connaitre de très prêt ce genre de dérive

Je corrige le dernier paragraphe empreint d'erreurs de frappe :
Heureusement, toutes les collectivités ou établissements publics ne sont pas à ce niveau de méprise du bien commun (Je suis en mesure de citer des noms)
Et je sais de quoi je parle puisque j'ai eu à connaitre de très près ce genre de dérives

Signaler Répondre

avatar
Lolo-Ito le 24/06/2019 à 12:53

Tant qu'il y aura des couillons pour payer l'immobilier à ces prix, il y aura ce genre d'escrocs et d'élus corrompus.

Signaler Répondre

avatar
Je le dis et je l'assume le 24/06/2019 à 12:52
Corruption a écrit le 24/06/2019 à 12h26

"les juges ont rejeté sa requête, estimant que le prix de vente est conforme à l’estimation des Domaines."

Les domaines fixent des prix correspondant à environ la moitié des prix réels. Ce différentiel entretient la magouille et le corruption sous prétexte de contenir les prix de l'immobilier et lèse les collectivités – donc les contribuables, les citoyens puisque les biens ont une valeur réelle bien supérieure, comme on le voit clairement dans l'exemple de ce dossier.

Les collectivités publiques ne peuvent alliéner un bien public sans consulter FRANCE DOMAINES, service administratif piloté par les Services Fiscaux de l'Etat.

Cependant, comme les fonctions et la carrière des inspecteurs du Domaine ne sont pas valorisantes, et donc les meilleurs agents compétents ne figurent pas dans ce service - et si ces agents ne sont pas très appuyés dans leur carrière, ils sont plus vulnérables ou leur incompétence peut les conduire à demander à celui qui les consulte quel prix retenir - C'est exactement ce qui s'est passé dans les deux cas des terrains de Décines et de la rue de Charité
Et si la collectivité (ou plutôt les responsables de ladite collectivité vendeuse ou acheteuse) a des intentions qui ne sont pas celles de l'intérêt général (nous sommes en position 23 sur 180 pays en matière de corruption ...) on en arrive là où nous en sommes ..
Mais la justice administrative est en général sous emprise de l'organisation administrative et exécutive locale, sauf quand il y a une opposition forte, ce qui n'est pas le cas à LYON depuis longtemps, notamment du fait de l'influence incontestée du réseau franc-maçon (la défense du "frère" est sans limite)
Heureusement, toutes les collectivités ou établissements publics ont, elles, le sens du bien commun (Je suis en mesure de citer des noms)
Et je sais de quoi je parle puisque j'ai eu à connaitre de très prêt ce genre de dérive

Signaler Répondre

avatar
Danilo le 24/06/2019 à 12:48

J'en connais, qui au détecteur de mensonges, ne passeraient pas le test ! En fait, toute la classe politique qui n'agit qu'au service de sa propre personne, en voulant donner des leçons de morale ! Collomb est passé par le Ministre de l'intérieur, vous vous rendez compte !?
Et après, ces mêmes gens font mettre en taule des gens lambda pour des broutilles ?
Alors que, eux, les politicards mouillent dans des affaires de prise d'intérêts !
Honte à la Justice qui se planque en enquêtant pas trop profond !.......

Signaler Répondre

avatar
corruption bis le 24/06/2019 à 12:36
Corruption a écrit le 24/06/2019 à 12h26

"les juges ont rejeté sa requête, estimant que le prix de vente est conforme à l’estimation des Domaines."

Les domaines fixent des prix correspondant à environ la moitié des prix réels. Ce différentiel entretient la magouille et le corruption sous prétexte de contenir les prix de l'immobilier et lèse les collectivités – donc les contribuables, les citoyens puisque les biens ont une valeur réelle bien supérieure, comme on le voit clairement dans l'exemple de ce dossier.

c'est une accusation très grave, vous avez les preuves de ce que vous avancez ?
Tous les biens estimés par les domaines le sont à la moitié des prix réels ?

Signaler Répondre

avatar
Pigé le 24/06/2019 à 12:28
henon a écrit le 24/06/2019 à 09h29

Aulas avait déjà acheté au Grand Lyon les 30 hectares de terrains pour le stade de l'OL a un prix bradé de 40 euros/m2, alors que les prix pratiqués étaient compris en entre 150 et 250 euros/m2. D'où une perte substantielle pour le contribuable. Collomb n'est pas à un cadeau près. D'autant plus qu'entre la rue Sainte Hélène et la rue de la Charité, on trouve: l'hôtel particulier de N. Dentressengle, l'immeuble d'angle en question et, rue de la Charité, les deux hôtels particuliers qui abritent le musée des Arts décoratifs et des Tissus. C'est à dire que l'on a une continuité d'immeubles de grande valeur. Et alors? Alors, Gérard Collomb avait prévu de transférer le musée des Tissus au musée de la Confluence, libérant ainsi ce magnifique tenant immobilier en plein centre ville. On pourrait aussi reparler des immeubles de bureau des Giorgi à côté de l'hôtel Métropole. Vous avez compris cette fois? Ne serait-ce que pour ce scandale, il est tout à fait indispensable que Gérard Collomb ne se représente plus, ni à la mairie de Lyon, ni à la Métropole; sinon de tels scandales vont se reproduire. Le cumul des mandats dans le temps est un véritable poison pour la démocratie, d'autant plus que Collomb a été un des champions de France du cumul des mandats simultanés. Quatre mandats de suite, égal déchéance totale. Il suffit de voir ce qui se passe à Marseille: la fin de vie politique de Gaudin est un véritable naufrage.

Je confirme et recommande votre commentaire précieux.

Signaler Répondre

avatar
Corruption le 24/06/2019 à 12:26

"les juges ont rejeté sa requête, estimant que le prix de vente est conforme à l’estimation des Domaines."

Les domaines fixent des prix correspondant à environ la moitié des prix réels. Ce différentiel entretient la magouille et le corruption sous prétexte de contenir les prix de l'immobilier et lèse les collectivités – donc les contribuables, les citoyens puisque les biens ont une valeur réelle bien supérieure, comme on le voit clairement dans l'exemple de ce dossier.

Signaler Répondre

avatar
Gégé la magou!lle le 24/06/2019 à 11:52

Complicité de la Justice ?

J'aimerais bien acheter un appartement à moins de 2000€ le m², en plein cœur de la Presqu’île... mais pas de chance, je ne suis pas un proche de Gérard.

Dégageons-le l'an prochain.
Aucun candidat de La Ripoublique En Marche ne doit gérer de municipalité...

Signaler Répondre

avatar
Grand gognand le 24/06/2019 à 11:49

La justice se base sur l'estimation des domaines,
Elle vérifie qu'il y a bien eu appel d'offres dans les règles...
Après ce sont des petits arrangements entre amis...
Et là chut !

Signaler Répondre

avatar
Lepapet le 24/06/2019 à 10:44

C'est avec ce "genre d'anecdote...foncière" que l'on comprend un peu mieux; l'insistance de Gérard Collomb à se représenter lors des prochaines élections à L.M
Il a le sens du devoir, du sacrifice (n'ayons pas peur des mots). Il est vrai qu'à 80 ans, une procédure au Pénal c'est toujours un chemin de croix. Pour l'instant on est en Appel au Tribunal Administratif. Bien du plaisir à Prestige Immo et toutes nos félicitations !

Signaler Répondre

avatar
le biggeur le 24/06/2019 à 10:43

justice archi nulle!!!!!!!!!!!!ils ne savent pas le prix de l'immobilier, ne veulent pas faire de l'ombre a notre GEGE marchent DANS LE MEME PAS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Signaler Répondre

avatar
non,rien de rien le 24/06/2019 à 10:00
raslacasquette a écrit le 24/06/2019 à 09h45

Ne vous en faites pas,un jour ou l'autre tout ce beau monde tombera dans la spirale judiciaire avec toutes ces magouilles politiciennes

rien ne tombera car c'est toute la société qui est corrompue, vous y compris

Signaler Répondre

avatar
raslacasquette le 24/06/2019 à 09:45

Ne vous en faites pas,un jour ou l'autre tout ce beau monde tombera dans la spirale judiciaire avec toutes ces magouilles politiciennes

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 24/06/2019 à 09:42

Magouille, magouille... et nous ne sommes pas dans une ile au dus.

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 24/06/2019 à 09:41

Sachant que Gérard Collomb n'est pas un imbécile, on ne peut pas croire qu'il ait facilité ce genre d'achat sans un retour...

Signaler Répondre

avatar
henon le 24/06/2019 à 09:29

Aulas avait déjà acheté au Grand Lyon les 30 hectares de terrains pour le stade de l'OL a un prix bradé de 40 euros/m2, alors que les prix pratiqués étaient compris en entre 150 et 250 euros/m2. D'où une perte substantielle pour le contribuable. Collomb n'est pas à un cadeau près. D'autant plus qu'entre la rue Sainte Hélène et la rue de la Charité, on trouve: l'hôtel particulier de N. Dentressengle, l'immeuble d'angle en question et, rue de la Charité, les deux hôtels particuliers qui abritent le musée des Arts décoratifs et des Tissus. C'est à dire que l'on a une continuité d'immeubles de grande valeur. Et alors? Alors, Gérard Collomb avait prévu de transférer le musée des Tissus au musée de la Confluence, libérant ainsi ce magnifique tenant immobilier en plein centre ville. On pourrait aussi reparler des immeubles de bureau des Giorgi à côté de l'hôtel Métropole. Vous avez compris cette fois? Ne serait-ce que pour ce scandale, il est tout à fait indispensable que Gérard Collomb ne se représente plus, ni à la mairie de Lyon, ni à la Métropole; sinon de tels scandales vont se reproduire. Le cumul des mandats dans le temps est un véritable poison pour la démocratie, d'autant plus que Collomb a été un des champions de France du cumul des mandats simultanés. Quatre mandats de suite, égal déchéance totale. Il suffit de voir ce qui se passe à Marseille: la fin de vie politique de Gaudin est un véritable naufrage.

Signaler Répondre

avatar
habitante de lyon le 24/06/2019 à 09:00

venez voir ce qui se passe dans au point du jour fief de Mr Collomb. des immeubles Ogic de.partout qui font tomber les petites structures. s il.n.y a pas du copinage encore?? le 5em quartier deja engorgé a qui.on.annonce un metro dans.plus de 10.ans et la.speculation.immobilere explose. bravo Mr collomb de faire travailler vos "amis". j espere que les.lyonnais seront clairvoyants aux municipales de ce systeme.pourri.

Signaler Répondre

avatar
Sturlat. le 24/06/2019 à 08:58

"""" nos magistrats du tribunal administratif de Lyon """"""

... ceux là devraient être renvoyés de leurs fonctions, trop inféodés au Collomb, ils ont sévis dans toutes les affaires louches sur Lyon et agglo en bloquant les procédures !!!! Et je rappelle l'affaire de la vente du site du Montout à Aulas par ce même Collomb président du GrandLyon d'alors pour 40€ le m2, et de plus en ayant au préalable pris soin de ne pas point modifié le PLU sachant que ce site allait accueillir un stade !!! Une honte que toutes ces magouilles immobilières sur le dos des citoyens par des élus véreux !!!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.