Condamné plusieurs fois pour viols et agressions sexuelles, Luc Tangorre va-t-il retourner en prison ?

Condamné plusieurs fois pour viols et agressions sexuelles, Luc Tangorre va-t-il retourner en prison ?
photo d'illustration - Lyonmag.com

Le parquet a demandé jeudi, devant la cour d'appel de Lyon, la révocation du contrôle judiciaire de Luc Tangorre.

Cet homme de 60 ans, condamné à plusieurs reprises pour agressions sexuelles et viols, n'aurait pas respecté son contrôle judiciaire, et serait entré en contact avec une adolescente de 14 ans, dont le nom apparaît comme victime dans un dossier remontant à août 2017. Cet été-là, la jeune fille aurait été abordée par Luc Tangorre dans un parc de Saint-Martin-en-Haut.

Le sexagénaire, qui avait notamment été condamné en 1981 à quinze ans de prison pour neuf agressions sexuelles à Marseille avant d'obtenir une grâce partielle présidentielle, puis à 18 ans de prison en 1993 pour le viol de deux étudiantes américaines, nie les faits. Il saura s'il retourne en prison le 29 août prochain.

14 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Lordee le 24/08/2019 à 22:28
la loi du plus fort. a écrit le 23/08/2019 à 18h40

Qu’elle justice ? Mdrrrr des incompétents et des pitres made in frnce

Fallait devenir juge pour changer les choses mec... pas équipier au MCDo.

Signaler Répondre

avatar
oh le 23/08/2019 à 21:40

Va t il retourner en prison ????? Non mais je rêve debout ????? Évidement !

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 23/08/2019 à 19:43

Castration chimique

Signaler Répondre

avatar
Bob le 23/08/2019 à 19:09

Les faits datent d’Aout 2017 ?
C’est peut-être temps effectivement de penser à révoquer son contrôle judiciaire 2 ans après

Signaler Répondre

avatar
Un passager... le 23/08/2019 à 19:06

Avec beaucoup ce serait simple au moindre soupçon c'est prison à vie voire peine de mort... C'est sur que ce serait plus calme... Il ne restait plus grand monde dans le pays...

Heureusement que la justice se base sur une enquête à charge et une défense.
Après ça ne veut pas dire que toutes les lois sont bien faites de la prescription des viols au homard de Rugy en passant par les délits routiers...

Signaler Répondre

avatar
la loi du plus fort. le 23/08/2019 à 18:40

Qu’elle justice ? Mdrrrr des incompétents et des pitres made in frnce

Signaler Répondre

avatar
M Borsalino le 23/08/2019 à 17:12
Delimo a écrit le 23/08/2019 à 11h01

Ce dossier, c'est tout ce qu'il ne faut pas faire.

L'adolescente raconte qu'elle a été abordée par un cycliste en VTT à Saint-Martin en Haut en 2017.

Elle désigne Luc Tangorre, mais celui-ci ne fait pas de vélo et ne se trouvait pas à Saint-Martin au moment des faits, bornages de téléphones portables à l'appui. Il se trouvait à 17 km sur le territoire de sa commune.

Les deux copines qui l'accompagnaient quant à elles ne reconnaissent pas M. Tangorre.

À un moment, il faut arrêter. L'accusation ne tient pas et c'est tout.

Deux copines ne reconnaissent pas Luc Tangorre, il ne fait pas de vélo, sa téléphonie démontre qu'il ne se trouvait pas sur les lieux et je viens de lire dans un article que cette jeune fille aurait porté plainte pour avoir été abordé par un cycliste qui lui aurait posé la main sur l'épaule et proposé un rendez vous!? cet homme aurait été incarcéré plusieurs mois pour ces faits là sous prétexte qu'il a un passé judiciaire!? faudrait alors peut être que nous ne hâtions pas d'incriminer cet homme qui dit peut être la vérité.

Signaler Répondre

avatar
M Borsalino le 23/08/2019 à 17:03
Delimo a écrit le 23/08/2019 à 11h01

Ce dossier, c'est tout ce qu'il ne faut pas faire.

L'adolescente raconte qu'elle a été abordée par un cycliste en VTT à Saint-Martin en Haut en 2017.

Elle désigne Luc Tangorre, mais celui-ci ne fait pas de vélo et ne se trouvait pas à Saint-Martin au moment des faits, bornages de téléphones portables à l'appui. Il se trouvait à 17 km sur le territoire de sa commune.

Les deux copines qui l'accompagnaient quant à elles ne reconnaissent pas M. Tangorre.

À un moment, il faut arrêter. L'accusation ne tient pas et c'est tout.

Je viens de lire plusieurs articles et je me demande si effectivement cet homme clame son innocence parce-qu'il dit la vérité. Est ce que ces faits là auraient eu les mêmes répercutions si la personne mise en cause ne s'appelait pas Luc Tangorre et cette même jeune fille aurait-elle déposée plainte pour seulement une main sur une épaule et une proposition de rendez vous si elle ne connaissait pas le passé de ce monsieur ou plus simplement avoir entendu parlé de lui par sa famille ou des connaissance? Il ne fait donc pas de vélo, son bornage téléphonique atteste qu'il se trouvait à des kilometres de la commune de la plaignantes et deux copines ne reconnaissent pas Luc Tangorre!? Oui... dond il y a de quoi de poser des questions au propos de cette nouvelles accusation qui pourrait n’être que pure invention ..

Signaler Répondre

avatar
jaimelachoucroute le 23/08/2019 à 16:06

avatar
justice ou est tu ? le 23/08/2019 à 15:40

Perpétuité , pas de pitié !

Signaler Répondre

avatar
Juges rouges le 23/08/2019 à 15:25

Pas mal le pedigree du type.

Un rappel à la loi serai déjà très sévère de la part de nos juges.

Signaler Répondre

avatar
Delimo le 23/08/2019 à 11:01

Ce dossier, c'est tout ce qu'il ne faut pas faire.

L'adolescente raconte qu'elle a été abordée par un cycliste en VTT à Saint-Martin en Haut en 2017.

Elle désigne Luc Tangorre, mais celui-ci ne fait pas de vélo et ne se trouvait pas à Saint-Martin au moment des faits, bornages de téléphones portables à l'appui. Il se trouvait à 17 km sur le territoire de sa commune.

Les deux copines qui l'accompagnaient quant à elles ne reconnaissent pas M. Tangorre.

À un moment, il faut arrêter. L'accusation ne tient pas et c'est tout.

Signaler Répondre

avatar
bravolestruands ! le 23/08/2019 à 10:24

Encore lui !Justice trop laxiste ...

Signaler Répondre

avatar
Prout le 23/08/2019 à 09:45

A emprisonner rapidement !!!!
Femmes en danger

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.