Rhône : une directrice et une enseignante d’une école Montessori jugées en appel pour violences

Rhône : une directrice et une enseignante d’une école Montessori jugées en appel pour violences
Photo d'illustration - LyonMag

La directrice d'une école Montessori de Villié-Morgon ainsi qu’une enseignante sont jugées ce mardi devant la cour d'appel de Lyon pour des faits de violences volontaires sans incapacité sur mineurs de moins de 15 ans.

Lors du premier procès, qui s'était déroulé en avril dernier devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône, la directrice avait été condamnée à 12 mois de prison avec sursis. Sa collègue enseignante avait, elle, écopé de 6 mois de prison avec sursis. Leurs peines avaient été assorties d'une interdiction de toute activité professionnelle ou bénévole auprès des mineurs pendant 5 ans.

Pour rappel, l'enquête avait débuté à la fin de l'année 2017, après le dépôt de quatre plaintes. Une quinzaine d'enfants, âgés de 6 à 11 ans, avaient été entendus en évoquant des claques, des fessées ou des secouements, subis durant une période prolongée. Des faits que les deux prévenus avaient niés pendant le procès.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mialma le 13/11/2019 à 17:01

Trop de laxisme , primaire, collège, lycée.. vestimentaire, particulièrement

Signaler Répondre

avatar
CQFD. le 13/11/2019 à 11:42
Danou a écrit le 13/11/2019 à 08h20

Er après l'éducation nationale nous fait la moral ????une Directrice comme parmi tant d'autres...changer de métier franchement et vite

Mis à part que les écoles Montessori sont "hors contrat" et ne font pas parti de l’Éducation Nationale

Signaler Répondre

avatar
Au suivant le 13/11/2019 à 09:25
et oui a écrit le 12/11/2019 à 18h43

Tu n'en ai pas mort mais devenu extrêmement c... au point de ne pas pouvoir comprendre qu'aucune violence n'a jamais rien résolu

Tout à fait juste, sans compter qu'ils doivent être très nombreux à dire que si c'était bien pour eux, cela le serait aussi pour leurs enfants.

l'entarté devient l'entarteur.

Signaler Répondre

avatar
Danou le 13/11/2019 à 08:20

Er après l'éducation nationale nous fait la moral ????une Directrice comme parmi tant d'autres...changer de métier franchement et vite

Signaler Répondre

avatar
et oui le 12/11/2019 à 18:43
Papimouzo a écrit le 12/11/2019 à 07h43

Et pourtant de mon côté j en ai pris des fessées et j en suis pas morts !!
Quand aux instigateurs de cette loi j aimerai
Bien savoir si leur gosses sont sages comme des images ?
Conclusion vous plaignez pas si vos chères petits deviennent incontrôlables ?
Vous recolterez que ce que vous aurez semez !!!!

Tu n'en ai pas mort mais devenu extrêmement c... au point de ne pas pouvoir comprendre qu'aucune violence n'a jamais rien résolu

Signaler Répondre

avatar
et bé ! le 12/11/2019 à 18:18

Au prix de la scolarité chez montessori On s attend à mieux !!!

Signaler Répondre

avatar
Zig le 12/11/2019 à 11:19

Vous êtes des spécimens tous les 3 papy, bomberos et yfoyaka.

Vous faites de toutes évidences partie de ceux qui trouvent que c'était mieux avant et qui pensent que ce qui ne tue pas rend plus fort.

Le coin, le bonnet d'âne, à genou sur la règle, les coups de règles sur les doigts, les claques sur la figure, passer toute l'après midi devant son assiette de purée qu'on a pas voulut manger.

L'avant 68 que j'ai bien connut aussi.

Mais justement, combien d'entre nous ont été brisé et affaiblit définitivement par cela, vous le savez ?

En fait, c'était une vrai catastrophe pour les gamins vis à vis des adultes, il faut être dans le déni pour le nier (les années 68 aussi d'ailleurs...).

Et même si l'école n'est pas parfaite, je suis heureux pour eux que mes enfants n'aient pas connut l'école de papy.

Signaler Répondre

avatar
yfoyaka le 12/11/2019 à 10:39

Les temps changent.Je me souviens entre les années 50/60 certains de nos maitres d'école pour sanctions mérités ou leçons ,devoirs non valable ne se génaient pas à nous tirer les oreilles ,cheveux ou coups de règle sur les doigts et pas fier de nous on ne le disait pas aux parents sinon à la maison il y avait encore une correction.Autrement dit on filait d'ou par la crainte.Maintenant ces enseignants seraient en prison.Certains plus doux nous donnaient en punition 100 lignes à copier d'après un texte et à faire signer aux parents et là sanction parentale tombait.Maintenant on peut comprendre que certains enseignants n'ayant plus d'autorité sur l'enfant le laisse de coté et devient ce qu'il sera

Signaler Répondre

avatar
bonberos69 le 12/11/2019 à 08:52

Si j’avais porté plainte mon instituteur serait encore en prison.... triste monde.....

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 12/11/2019 à 07:43

Et pourtant de mon côté j en ai pris des fessées et j en suis pas morts !!
Quand aux instigateurs de cette loi j aimerai
Bien savoir si leur gosses sont sages comme des images ?
Conclusion vous plaignez pas si vos chères petits deviennent incontrôlables ?
Vous recolterez que ce que vous aurez semez !!!!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.