Corps d'un nourrisson retrouvé dans le Rhône : la mère identifiée et interpellée

Corps d'un nourrisson retrouvé dans le Rhône : la mère identifiée et interpellée
Le sac et le corps ont été retrouvés lundi matin dans le Rhône le long des Berges - LyonMag

Le 10 juin dernier, était repêché dans le Rhône à Lyon le corps sans vie d'un nourrisson enfermé dans un sac plastique.

La mère du bébé a été interpellée mardi, après cinq mois d'enquête. Identifiée grâce à l'ADN de son demi-frère, cette femme de 25 ans a été présentée à un juge d'instruction. Elle a été mise en examen pour meurtre sur mineur de 15 ans, annonce ce jeudi soir la DDSP.

Son ADN avait été retrouvé sur des lingettes recouvertes de sang laissées dans le sac plastique, a précisé 20 minutes, qui a révélé l'information. Cela a permis aux enquêteurs de faire apparaitre des liens de parenté avec d'autres personnes, inscrites au fichier national des empreintes génétiques. Une correspondance partielle a alors été retrouvée chez un habitant de la Guyane, originaire de Guadeloupe. C'est lui qui conduira la police jusqu'à la mère de l'enfant, dont le téléphone a borné à proximité du lieu de la découverte du cadavre.

"Cette jeune femme, domiciliée à Lyon, avait été enceinte depuis septembre 2018 et n'avait fait aucune déclaration de grossesse", précise la police.

Si la maman a été interpellée, la cause du décès du bébé n'est toujours pas établie. Les enquêteurs savent seulement que l'enfant n'était pas mort-né. De la présence d'air dans ses poumons ayant été détectée lors de l'autopsie pratiquée en juin, sur ce petit garçon âgé environ d'un jour.

15 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Ebena le 30/11/2019 à 08:04

Comment peut-on faire certaines actes comme celui-ci, cette enfant n'a pas demander de naître

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 29/11/2019 à 13:45
assez a écrit le 29/11/2019 à 13h17

on ne sais rien ou presque alors ne jugons pas cette femme.com laissons les juges enquêter et juger

Tout à fait d'accord avec toi.
Simplement, nous jugeons la " forme ou l'acte commis " . Après, juger le " fond et les vraies raisons de cet acte" ne nous concerne pas .

Signaler Répondre

avatar
assez le 29/11/2019 à 13:17

on ne sais rien ou presque alors ne jugons pas cette femme.com laissons les juges enquêter et juger

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 29/11/2019 à 11:40
Second degré? a écrit le 29/11/2019 à 09h52

Je ne suis pas Justine et ne la connait pas, mais j'imagine que c'était à prendre au second degré...

Prendre au second degré un cas comme celui-ci tout en tenant compte des propos de justine !!!
C'est un homicide volontaire , programmé et intentionnellement voulu.
Malheureusement, pour cette maman, son acte reste un infanticide face aux autorités.
En règle générale , on ne fait pas de second degré avec ce fait d'actualité sinistre et déplorée par la conscience individuelle et celle de la société.

Signaler Répondre

avatar
club le 29/11/2019 à 11:23
Second degré? a écrit le 29/11/2019 à 09h52

Je ne suis pas Justine et ne la connait pas, mais j'imagine que c'était à prendre au second degré...

Je pense plutôt que le commentaire de cette personne était malheureusement sérieux.
Ce doit être juste une "pauvre folle" comme cette mère.
Parce que considérer cet acte comme banal, c'est la preuve d'un déséquilibre.

Signaler Répondre

avatar
panglos le 29/11/2019 à 11:08

Inscrite au fichier national des empreintes génétiques, la mère a donc un passé judiciaire?

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 29/11/2019 à 09:57
Papimouzo a écrit le 28/11/2019 à 20h05

Bof !
Maintenant la question que je me pose est la suivante ? QU EST CE qui pourrai nous surprendre ?
Peut être un atterissage extra terrestre et encore ?

Je te suis à fond .
Il existe 2 choses infinies.... la numération ( 1,2,3,4... ) et la bêtise humaine.
Si maintenant on essaie d'enfermer tous les idiots, nous " trouverions presque personnes pour fermer la porte ".
Humour réaliste !

Signaler Répondre

avatar
Second degré? le 29/11/2019 à 09:52

Je ne suis pas Justine et ne la connait pas, mais j'imagine que c'était à prendre au second degré...

Signaler Répondre

avatar
ziech 5 le 29/11/2019 à 09:35

Faut vraiment trouver d'autres planètes , car la nôtre devient de plus en plus dingue !
Vite , des exoplanètes vivables !

Signaler Répondre

avatar
Foyalaise le 28/11/2019 à 22:10

avatar
Calahann le 28/11/2019 à 21:41
Justine a écrit le 28/11/2019 à 18h14

Un simple avortement tardif.
Vous n'allez pas remettre en question ce droit fondamental ?

Tu voles pas haut toi . Un avortement tardif dis-tu ?
Après 42 semaines aménorrhée reste un accouchement normal, ensuite, le nourrisson avait la possibilité de se ventiler de lui-même, donc viable même si le nourrisson était faiblement ou moyennement prématuré.
Après que faisait-il dans le Rhône ce bout-choux si ce n'est pas une tentative délibérée et volontaire d'effacer toutes traces de son existence ?
Juste un conseil d'ami , revois donc tes droits et tes possibilités d'avortement avant d'être inquiété si le cas échéant arriverait. Il existe beaucoup de structures pour cela afin d'acquérir ce " droit fondamental " qui reste une nécessité et un acquis et ce , pour ne pas reproduire cet acte odieux par ignorance manque d'informations.

Signaler Répondre

avatar
Pelo du secteur le 28/11/2019 à 20:15
Justine a écrit le 28/11/2019 à 18h14

Un simple avortement tardif.
Vous n'allez pas remettre en question ce droit fondamental ?

On parle du meurtre d'un nourrisson là réveilles toi c'est pas possible tant de détachement pour la vie ! Sérieusement, vas consulter si ton commentaire n'est pas ironique

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 28/11/2019 à 20:05

Bof !
Maintenant la question que je me pose est la suivante ? QU EST CE qui pourrai nous surprendre ?
Peut être un atterissage extra terrestre et encore ?

Signaler Répondre

avatar
Justine le 28/11/2019 à 18:14

Un simple avortement tardif.
Vous n'allez pas remettre en question ce droit fondamental ?

Signaler Répondre

avatar
Môviette le 28/11/2019 à 18:07

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.