Affaire Preynat : le recueil de témoignages de victimes ne paraitra pas

Affaire Preynat : le recueil de témoignages de victimes ne paraitra pas
François Devaux, président de la Parole Libérée - Lyonmag.com

Le livre Abusés, recueil de témoignages de victimes de pédophilie, obtenus par la Parole Libéré après l'affaire Preynat, ne paraitra pas le 10 janvier prochain.

L'éditeur de l'ouvrage a annoncé ce vendredi son retrait de la vente, alors que deux victimes présumées du Père Preynat se sont opposées à la publication de leurs témoignages dans ce livre. Ces dernières avaient d'ailleurs assigné en référé l'association La Parole Libérée et l'éditeur du livre pour demander son interdiction.

"Afin d'inviter chacun à revenir à plus de raison, d'apaisement et de bienveillance et afin de replacer l'intérêt supérieur des victimes de pédocriminalité au centre des débats et au-dessus des rivalités personnelles, nous avons pris la décision de retirer de la vente le livre 'Abusés'", peut-on lire dans un communiqué des éditions Temps Présent.

C'est cette maison d'édition qui avait sollicité la Parole Libéré pour obtenir l'autorisation de publier ces témoignages. François Devaux, co-fondateur de l'association, avait accepté sans consulter les victimes.

Le projet ne semble pas abandonné pour autant. Toutes les personnes qui le souhaitent pourront participer à un nouvel ouvrage.

Cette affaire intervient alors que le procès du Père Preynat doit s'ouvrir le 13 janvier prochain.

13 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Je suite en col air, Faux Calme argentin Bergoglio adepte du cardinal Martini et Novus Ordum seclorum le 05/01/2020 à 20:13

Bergoglio pape argentin. Commerce a serrer des Mains en 2020 et oublie une asiatique qui le retient et lui aggripe se débat et entre en colère, loin du Calme de Benoît 16 renversé par une récidiviste

Signaler Répondre

avatar
Artus le 04/01/2020 à 14:42

Un livre de témoignages de victimes pour soutenir d’autres victimes - c’est une très bonne idée.

Signaler Répondre

avatar
Grand gognand le 04/01/2020 à 10:51

C'est plus la liberté de paroles...c'est la parole en vente...
sur les marchés du palais en quelque sorte...

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 04/01/2020 à 09:34
Pastaga a écrit le 03/01/2020 à 17h27

Il faut dire que François Devaux a pris un melon démesuré jusqu'à s'affranchir des règles élémentaires du Droit. Au détriment de la dignité et de la justice que demandent les plaignants dans ce procès.

Bravo monsieur pastaga !!
Le résultat est là sous nos yeux car ce msieur ne pense plutôt qu à lui même !
Tiens au fait si on lui supprimait le versement d argent juste pour voir.......

Signaler Répondre

avatar
Question? le 04/01/2020 à 09:28
Calahann a écrit le 04/01/2020 à 08h40

Pas sympa pour les victimes...genre " pointeur " .
Laissons faire ce mot là, en prison sur l'accusé.
Je pense qu'il réfléchira à plusieurs reprises.

"...Laissons faire ce mot là, en prison sur l'accusé. ..."

parce que vous pensez vraiment que Preynat ira en prison?

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 04/01/2020 à 08:40
l etat a écrit le 04/01/2020 à 08h20

Un livre qui devrait s appeler "le pointeur".

Pas sympa pour les victimes...genre " pointeur " .
Laissons faire ce mot là, en prison sur l'accusé.
Je pense qu'il réfléchira à plusieurs reprises.

Signaler Répondre

avatar
l etat le 04/01/2020 à 08:20

Un livre qui devrait s appeler "le pointeur".

Signaler Répondre

avatar
Calahann le 04/01/2020 à 07:51

Que la justice honore les victimes.
Je comprends bien les raisons pour lesquelles les églises ce vident !

Signaler Répondre

avatar
Zoé le 04/01/2020 à 06:35

Moi je trouve ça plutôt bien si de l’argent va à une association de victimes pour aider d’autres victimes

Signaler Répondre

avatar
Libèré!! le 03/01/2020 à 19:37

que d'embrouilles nauséabondes dans cette affaire qui parait un peu "dirigé" mais là le coup de l'édition d'un livre...plus que bizarre, enfin ce que j'en dis..entre "frères!!"..

Signaler Répondre

avatar
Pastaga le 03/01/2020 à 17:27

Il faut dire que François Devaux a pris un melon démesuré jusqu'à s'affranchir des règles élémentaires du Droit. Au détriment de la dignité et de la justice que demandent les plaignants dans ce procès.

Signaler Répondre

avatar
Oups le 03/01/2020 à 17:14

Combien de pognon dans les fouilles.
Une relation qui se termine par une gratification sa porte une nom, non ?

Signaler Répondre

avatar
pas catho le 03/01/2020 à 16:19

BEN VOYONS !!!!!
MAGOUILLE POGNON ET COMPAGNIE !!!!!!!!
Vanessa Springora regardez et lisez son livre

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.