Notre jeunesse souffre et il semblerait à bien des égards que nous regardions ailleurs

Notre jeunesse souffre et il semblerait à bien des égards que nous regardions ailleurs
Bastien Joint - LyonMag

C’est un constat qui s’impose en effet : depuis le début de cette crise sanitaire, chaque jour qui passe permet de mesurer combien la souffrance de toute une génération est réelle et à quel point les sacrifices consentis sont grands.

Les jeunes ne sont-ils pas pourtant, l’avenir de notre Nation ?
Avec le revenu de solidarité jeunes, la nouvelle majorité métropolitaine a récemment souhaité politiser un débat qui n’aurait eu de sens que si les problématiques avaient été globalement prises en compte ; notamment les dispositifs préexistants tels que le Fonds d’Aide aux Jeunes, le travail des Maisons Métropolitaines pour l’Insertion et l’Emploi, les missions locales… Une réflexion aurait également pu naître sur une connexion avec la garantie jeunes, le dispositif 1 jeune / 1 solution et le sujet primordial du logement aurait pu être intégré… Il n’en est rien. Le mécanisme voté s’avère être en réalité un puits sans fond, dans tous les sens du terme.  

Peut-on sincèrement penser mobiliser un jeune en errance sociale, professionnelle, sur un parcours d’insertion en lui apportant une réponse financière immédiate qui résulte d’un simple entretien et de la fourniture d’un dossier allégé ?

S’il est un constat partagé sur le manque de soutien à nos jeunes, je pense que le fil rouge demeure l’effort, la mobilisation qui donnent lieu à un revenu et non un pécule d’assistance sans contrepartie. Ce n’est pas un filet de sécurité qu’il faut tendre mais une rampe de lancement avec de chaque côté des piliers de maintien.

Suivant cette même logique, je ne peux pas croire à l’idée d’un revenu universel.
Je crois à l’émancipation par le travail.
Nos politiques publiques ont un rôle fondamental à jouer, particulièrement en cette période qui promet, pour le moins, de connaître d’importantes turbulences économiques voire d’atterrir sur une crise sans précédent.

Avec -8,5% de croissance en 2020 et une dette publique qui représente 120% du PIB, le taux de chômage chez les jeunes atteint près de 22%. C’est préoccupant. Cela résulte de problématiques aussi bien conjoncturelles que structurelles auxquelles nos entreprises doivent faire face.
Il existe des réflexions à mener, des pistes à explorer et peut-être des solutions, notamment d’orientation dans les filières où la demande des entreprises est forte et l’offre faible. C’est d’ailleurs une initiative intéressante qu’a pris Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de son "plan étudiants" en proposant par ailleurs des aides à la mobilité internationale, au financement de la formation en alternances, aux aides pour les stages…

A l’heure où nos jeunes sont privés de l’effervescence des campus, de la richesse du lien social et des rencontres, subissent la culpabilité de la contamination de leurs aînés, mais veulent travailler, nous ne pouvons pas nous dérober.

Bastien Joint

Conseiller municipal délégué à Caluire-et-Cuire

Tags :

Bastien Joint

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
dario ruim le 24/03/2021 à 11:51
Olivier Variant a écrit le 23/03/2021 à 20h12

Ils souffrent de quoi au juste ? Ils veulent voyager ? Je propose de les envoyer en Haïti pour leur montree ce qu'est la souffrance.

S'il n'y avait que Haiti ; mais hélas bcp de gens dans ce monde , vivent dans la misère et ont des gouvernements ignobles !
Quand vous voyez de belles cartes postales , de plages , remplies de gens sous le soleil , et que vous allez vous promenez , dans des rues , derrière ces plages et que vous voyez tous les 50m , des gens miséreux par terre : alors , la carte postale est bien une illusion !............

Signaler Répondre

avatar
modérateur le 24/03/2021 à 11:46
Himmler a écrit le 24/03/2021 à 07h07

De quelle jeunesse parlez vous ?
Ne vous faites pas de soucis pour celle des quartiers difficiles ou des cités ils font leur petit trafic qui leur rapporte en un jour ce que vous gagnez en un mois ......

Vous ne savez définitivement pas parler d'autres choses que de délinquance, trafic, quartiers,....

Signaler Répondre

avatar
bob100 le 24/03/2021 à 10:59

Citation Article: "je ne peux pas croire à l’idée d’un revenu universel. Je crois à l’émancipation par le travail".
***
Et, pourquoi pas les deux: Revenu Universel, doigts de pieds en éventail, et, pêche à la ligne pour ceux qui veulent du poisson dans les épinards, et, ou, Revenu supplémentaire, pour la gloire, la fortune ,et, ou, l'émancipation par la RECHERCHE d'un bon travail rémunérateur ...si cela existe encore,...pour tout le monde (!)
Commentateur sans étiquette (Tous les mêmes, a part 2 /3 bonnes idées à droite ou à gauche (y compris CHEZ les Ecolos).

Signaler Répondre

avatar
Himmler le 24/03/2021 à 07:07

De quelle jeunesse parlez vous ?
Ne vous faites pas de soucis pour celle des quartiers difficiles ou des cités ils font leur petit trafic qui leur rapporte en un jour ce que vous gagnez en un mois ......

Signaler Répondre

avatar
N’importe quoi le 24/03/2021 à 06:53

La réalisation par le travail.... ça n est pas une question quand on est étudiant!
Quand on est étudiant on... étudie!!!!! La priorité ne doit pas être l argent, mais la connaissance
Pourquoi vouloir inciter les étudiants modestes à travailler en même temps qu ils étudient? Ne peuvent ils pas eux aussi avoir droit à du calme pour se construire et devenir un actif, heureux.... diplômé et à forte valeur ajoutée?
Mais tous les « jeunes » ne sont pas étudiants!
Et d ailleurs, c est quoi un jeune?

Au fait, l encadrement des loyers, ça ne concerne pas que les « jeunes » (a qui on refourgue souvent les logements les plus nazes)!!!! Cela concerne tout le monde et tout le territoire!
Aucune des équipes précédentes n à encadrer les loyers et laisser une courses folles à la spéculation immobilière, de sorte qu il est très difficile pour un local de se loger !

Tous ses discours d opposition n ont aucun sens, car ils ne débouchent sur rien... apart de la visibilité pour celui qui le produit

Signaler Répondre

avatar
lol le 24/03/2021 à 05:37

Regardez ailleurs,ce n'est pas un scoop

Signaler Répondre

avatar
Les décérébrés de naissance le 24/03/2021 à 05:13

La jeunesse qui souffre ? C’est celle des quartiers difficiles et populaires. Pas celle des bobos qui manifestent comme à Marseille ,cette jeunesse déjà sous l’emprise de l’alcool et des drogues qui se fout de tout sauf du climat , MDR

Signaler Répondre

avatar
esprit pratique le 23/03/2021 à 21:42

moins de rencontres = moins de MST

Signaler Répondre

avatar
Olivier Variant le 23/03/2021 à 20:12

Ils souffrent de quoi au juste ? Ils veulent voyager ? Je propose de les envoyer en Haïti pour leur montree ce qu'est la souffrance.

Signaler Répondre

avatar
Ninon le 23/03/2021 à 19:56

Bravo à ce jeune homme .
Très fine analyse.
Fière de lui en tant que caluirarde.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.