ARN messager : un centre de recherche développé à Lyon par Sanofi

ARN messager : un centre de recherche développé à Lyon par Sanofi
photo d'illustration - Lyonmag.com

Sanofi a annoncé ce mardi investir deux milliards d'euros d'ici cinq ans pour la recherche et le développement sur l'ARN messager, élément clé des vaccins anti-Covid de Pfizer et Moderna.

D'ici 2025, près de 400 millions d'euros par an seront consacrés dans la recherche sur au moins six nouveaux vaccins à ARN messager.

Pour cela, Sanofi va créer un centre de recherche composé de 400 salariés, à cheval sur deux sites, dont celui de Marcy-l'Etoile, près de Lyon. L'autre site retenu est celui de Cambridge, aux Etats-Unis.

Ces nouveaux vaccins devraient porter sur des maladies infectieuses, alors que le géant pharmaceutique n'a pas été en mesure de développer assez rapidement un vaccin anti-Covid.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Carlton le 30/06/2021 à 08:47
EN toute légalité a écrit le 29/06/2021 à 19h42

Va falloir recruter des intérimaires payés sur 13 mois pendants que les salariés sont payés sur 17 mois voir plus

Punaise des intérimaires payés sur 13 mois? Ils n'ont pas de quoi se plaindre ! Les intérimaires que je prends n'ont pas cette chance les pauvres.

Signaler Répondre

avatar
Alain 2 le 30/06/2021 à 08:41
EN toute légalité a écrit le 29/06/2021 à 19h42

Va falloir recruter des intérimaires payés sur 13 mois pendants que les salariés sont payés sur 17 mois voir plus

c'est sur qu'il vaut mieux avoir des chômeurs non payés....

Signaler Répondre

avatar
EN toute légalité le 29/06/2021 à 19:42

Va falloir recruter des intérimaires payés sur 13 mois pendants que les salariés sont payés sur 17 mois voir plus

Signaler Répondre

avatar
ciboul le 29/06/2021 à 16:26
Ex Précisions a écrit le 29/06/2021 à 15h54

Ce serait temps de prendre cette décision.
Après avoir détruit depuis 10 ans leurs labos de recherche, les actionnaires ne voyant pas de rentabilité dans ce domaine.
Maintenant il faudra aussi retrouver des chercheurs qui sont partis à la concurrence...

C'est drôle effectivement de voir comment quelques économies de bouts de chandelles, les a fait perdre des milliards.

Une belle leçon pour le CAC40.

Signaler Répondre

avatar
Ex Précisions le 29/06/2021 à 15:54

Ce serait temps de prendre cette décision.
Après avoir détruit depuis 10 ans leurs labos de recherche, les actionnaires ne voyant pas de rentabilité dans ce domaine.
Maintenant il faudra aussi retrouver des chercheurs qui sont partis à la concurrence...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.