Une piste pour mieux détecter certains patients à risque du Covid-19

Une piste pour mieux détecter certains patients à risque du Covid-19
Illustration - DR

"Ce n’est pas encore une arme contre le covid, loin de là", insiste le Dr Sophie Trouillet-Assant, chercheuse et signataire de l’étude que vient de publier dans le Journal of Expérimental Medecine une équipe de plusieurs laboratoires.

Mais cela devrait permettre de mieux identifier les sujets contagieux et ceux à risque de développer une forme grave après leur infection par le SARS-CoV-2.

Pour ce faire l’équipe qui a travaillé sur cette question a utilisé une version ultra moderne des fameux test PCR qui permet de montrer à la fois la présence du virus dans le nez de la personne infectée et en même temps la présence de protéines très utiles au corps humain pour se défendre contre le virus : les interférons de type I. Un défaut de production de ces protéines est retrouvé chez une personne sur 5 admise en réanimation..

Dépourvus de ces protéines, acteurs majeurs de la réponse immunitaire innée, les patients se trouvent souvent en situation difficile pour lutter contre les attaques du virus puisque l’interferon I est responsable de leur élimination. On sait maintenant que la présence d’auto anticorps venant inhiber l’action de cette protéine est notamment responsable de ce défaut de réponse en IFN-I.

C’est un partenariat avec bioMerieux (qui est entrain de développer ces test PCR multiplex pas encore vendus sur le marché) qui a permis cette étude en estimant la quantité de virus et la réponse Interféron à partir du même écouvillon que celui servant au diagnostic par PCR.

Ainsi il est possible de détecter les sujets infectés par le sars cov 2 qui présentent un défaut d’interféron et qui sont donc à risque de développer une forme grave de covid-19 et ainsi d’améliorer leur prise en charge.

"Il nous reste encore beaucoup de travail à faire avant une large utilisation de ce test"  reconnait Sophie Trouillet-Assant, mais la voie est prometteuse.

@lemediapol

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Le Dieu des antivax le 18/08/2021 à 13:40

Ca vaut pas le Vicks de Raoult dans les narines.
D'ailleurs j'espère que tout les antivax ont garnis leurs armoires à pharmacie de Vicks, haha!

Signaler Répondre

avatar
StopCalomnies le 17/08/2021 à 19:11
2022....... a écrit le 17/08/2021 à 18h50

Ou alors tous ces petits spécialistes de la santé se sont focalisés sur un vaccin au lieu de pister le registre des médicaments plus simplement, qu'ils ont volontairement verrouillés, cela serait plus plausible comme réaction :)
https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-loms-teste-lartesunate-limatinib-et-linfliximab-comme-traitements-potentiels-11-08-2021-H33GPYEIKBERRK6ZYB3U6LVR5M.php

Il est vrai qu'un médicament reviendrait bien bien moins cher à notre pauvre sécu, mais les pontes du gouvernement décident pour les autres et leurs potes du système big Pharma.... mais jusqu'en 2022 seulement :)

Un médicament c'est pas big pharma ?

Vous pensez qu'un labo qui aurait LE medoc ne le dévoilerait pas ?

Surtout que vu le prix du vaccin, un médoc pourrait être vendu bien bien plus cher... Et oui quand t'es malade plus facile de te vendre un produit curatif qu'un produit préventif (vaccin)

Signaler Répondre

avatar
2022....... le 17/08/2021 à 18:50
LucdeVilleurbanne a écrit le 17/08/2021 à 17h59

Heureusement que les labos étrangers ont été là pendant cette crise car les scientifiques français sont complètement à la ramasse. On aurait jamais eu de vaccin et beaucoup plus de victimes de ce satané virus de malheur.

Ou alors tous ces petits spécialistes de la santé se sont focalisés sur un vaccin au lieu de pister le registre des médicaments plus simplement, qu'ils ont volontairement verrouillés, cela serait plus plausible comme réaction :)
https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-loms-teste-lartesunate-limatinib-et-linfliximab-comme-traitements-potentiels-11-08-2021-H33GPYEIKBERRK6ZYB3U6LVR5M.php

Il est vrai qu'un médicament reviendrait bien bien moins cher à notre pauvre sécu, mais les pontes du gouvernement décident pour les autres et leurs potes du système big Pharma.... mais jusqu'en 2022 seulement :)

Signaler Répondre

avatar
LucdeVilleurbanne le 17/08/2021 à 17:59

Heureusement que les labos étrangers ont été là pendant cette crise car les scientifiques français sont complètement à la ramasse. On aurait jamais eu de vaccin et beaucoup plus de victimes de ce satané virus de malheur.

Signaler Répondre

avatar
Ex Précisions le 17/08/2021 à 17:28

Et si c'était un coup des écolos ce virus, pour éradiquer ces vilains humains qui polluent la belle planète Terre ?

Signaler Répondre

avatar
Zut alors. le 17/08/2021 à 17:10

Et que vont devenir les fabricants de vaccins ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.