Grièvement blessé par une machine à Gerland

Grièvement blessé par une machine à Gerland

Un ouvrier de 39 ans, spécialisé dans le BTP a été écrasé hier matin par une machine de 600kg.
Il a été transporté à l’hôpital Jules-Courmont dans un état jugé inquiétant. Un enquête a été ouverte pour déterminé les causes réelles du drame.

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
schelstraete le 12/09/2013 à 20:40

L'entreprise concernée est bien la société VELAN SAS, productrice de robinetteries industrielles (Nucléaire et cryogénique) sise 90 Rue Challemel Lacour 69007 Lyon.

Signaler Répondre

avatar
schelstraete le 12/09/2013 à 19:32

3 ans après, il n'y a toujours aucune excuse de l'entreprise quant à l'accident mortel, dont j'ai été moi-même blessé, ce 27 mai 20 10... tout au moins des circonstances atténuantes dans leurs responsabilitées directes.

Signaler Répondre

avatar
schelstraete le 26/06/2010 à 14:22

Un mois après la mort du mécanicien R.B. suite à l'explosion d'une vanne très mal montée dans cette firme fabricant des « robinets » pour le nucléaire rue Chalemel LACOUR, les risques subsistent toujours et pas moins qu'hier. Cet accident mortel tient plus d'une INSOUSCIANCE de management que du fatalisme ! ? Car les fiches d'informations indiquant les risques encourus sur les différents postes de travail ne sont toujours pas expliquées aux nouveaux employés lors de changements de poste. La formation se fait souvent par les « anciens » intérimaires qui sont là depuis 2, voire 3 mois, la formation se faisant aussi par les sous-traitants. Une fiche attestant de la prévention faite du contremaître au salarié doit être signée, prouvant que l'information a bien été donnée : cette fiche m'a été montrée par le CHSCT, et à aucun moment, depuis 15 jours que j'ai pu reprendre le travail (moi-même blessé) on ne m'a fait signer cette attestation de connaissance des risques : produits extrêmement irritants et inflammables, azote liquide manipulé (-180°C), peinture nocive étalée sans gant de protection, manipulation de pièces brutes sans gant avec incursion de paillettes métalliques dans la peau, aucun port de protection auditive recommandé dans des variations de décibels élevées, des tourneurs qui respirent constamment les émanations d'huiles de coupe sans protection, des ponts de levage de 10 tonnes manipulés sans interdiction par des sociétés extérieures (sous traitantes) qui n'ont pas fini leur formation pour cet usage, des zones de travail avec des palettes partout dans les gambes, des raccords d'air comprimée à 400 bars vétustes et bricolés, etc etc???. Quand est-ce que les consciences commenceront à être véritablement marquées ? Qu'attend la direction pour s'apercevoir que ce ne sont pas uniquement des robots qui travaillent mais qu'il y a des hommes et des femmes derrière toute cette activité ???

Signaler Répondre

avatar
schelstraete le 04/06/2010 à 14:05

Cet ouvrier mérite la Légion d'honneur, au même titre que la "représentante de l'ordre" récemment tuée dans l'attaque au fourgon sur l'A4.

Signaler Répondre

avatar
schelstraete le 04/06/2010 à 13:51

l'enquête judiciaire n'empéchant pas les réactions humaines des lecteurs de ce médias, voyez-en davantage dans le forum, et merci aux pompiers pour leur action de tous les jours !

Signaler Répondre

avatar
schelstraete le 04/06/2010 à 13:23

l'enquête judiciaire n'empéchant pas les réactions humaines des lecteurs de ce médias, voyez-en davantage dans le forum. et merci aux pompiers pour leur action de tous les jours !

Signaler Répondre

avatar
schelstraete le 04/06/2010 à 13:15

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.