La République des Canuts vendange à la Croix-Rousse

La République des Canuts vendange à la Croix-Rousse

Conjointement à la braderie, la Croix-Rousse a résonné samedi après-midi au son de la fanfare qui accompagnait les différentes confréries pour les 21ème vendanges de la colline. Sous un soleil de plomb, emmenés par les représentants de la République des Canuts, les élus y sont allés de leur coup de sécateur pour recueillir le précieux raisin.

15h, place du Gros Caillou, c’est un drôle de cortège qui se prépare. Tous attendent le départ et appellent Gérard Collomb, qui vient de les rejoindre, « Mr Le Bailly. » Ces joyeux camarades répondent d’affiliations confraternelles aussi étranges les unes que les autres : Confrérie des Minimes, Confrérie du Gâteau, Confrérie du Cardon, Confrérie du Bugey, Francs-Mâchons. Emmené par la fanfare de l’arc-en-ciel de Vaugneray et précédé de leurs hôtes de la République des Canuts, le cortège se met en place. Boulevard de la Croix-Rousse puis rue Chazière, direction le Parc de la Cerisaie.



Car à la Croix-Rousse, on vendange aussi. Les élus Pierre-Alain Muet, Dominique Bolliet et Emmanuel Hamelin arrivés, on peut maintenant commencer à s’attaquer aux 300 ceps du Clos des Canuts. La parcelle se trouve dans le Parc de la Cerisaie. L’entrée grillagée de l’îlot est barré d’une grande enseigne « République des Canuts. » Deux représentants de la République de Montmartre, entité parisienne similaire et jumelée aux Canuts depuis 1987, sonnent le départ. Le gamay rond et gorgé de soleil qui garnit les rangées est prêt à être vendangé.



Sécateur en main, élus, résidents, et sympathisants s’y collent dans un brouhaha amical. Chaque pied de vigne a un parrain : Gérard Collomb besogne le sien, Emmanuel Hamelin, quelques rangées plus loin retrousse les manches. On s’interpelle, se tutoie, se chambre. Le tout au son des paroles du « Bal des sécateurs », hymne de la République. On promet même de se revoir. Facile, puisque la dégustation du « paradis », vin issu du premier pressage, est prévue dès le 25 septembre. Et donnera certainement l’occasion de refaire une belle fête.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
lyonnais le 12/09/2010 à 23:11

Oui @pierre jean, mais il y en a un qui peu encore se baisser alors que l'autre apparamment à des problèmes d'arthrites, serait-ce le début de la fin ??

Signaler Répondre

avatar
Pierre Jean le 12/09/2010 à 21:51

Voir les deux aéus vendanger en chemise montre bien qu'ils ne l'ont jamais vraiment fait!

Signaler Répondre

avatar
romain blachier le 11/09/2010 à 20:14

une bien belle tradition lyonnaise

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.