Collomb veut une gauche « capable de gouverner »

Collomb veut une gauche « capable de gouverner »

Gérard Collomb était invité lundi matin de l’éditorialiste politique Christophe Barbier sur LCI. L’occasion de faire un nouveau point sur ses rapports avec sa famille politique et sur les grandes réformes nationales.

« L’amitié » portée à Ségolène Royal

« Avec Ségolène Royal, nous avons toujours de l’amitié l’un pour l’autre. Mais nous sommes sur des lignes différentes. Ce qui m’intéresse pour le parti socialiste, ce n’est pas d’être le meilleur opposant à Nicolas Sarkozy, c’est d’être capable demain de gouverner lorsque nous aurons repris le pouvoir. » Le postulat de Collomb n’a pas vraiment changé depuis ses dernières sorties médiatiques sur le PS. Le maire de Lyon veut « une gauche qui puisse gouverner. » Et, ce week-end, la fête de la Fraternité d’Arcueil de Royal, comme l’université « Un monde meilleur », de Vieux-Boucaud, à l’initiative de la gauche radicale et de Benoit Hamon, ne sont pas les meilleures représentations d’une « gauche raisonnable qui permette aux Français de retrouver un espoir. » « Quand le parti socialiste va revenir au pouvoir, il sera confronté à des problèmes extrêmement difficiles : celui du déficit, celui des retraites. Il faut un langage crédible » clos Collomb. Hamon appréciera sans doute.

Préparer le terrain à DSK


Le sénateur-maire souhaite un coming-out rapide et efficace des soutiens de Strauus-Kahn au sein du PS. « Les personnes qui ont envie que DSK puisse revenir doivent prendre la parole, pour qu’il ne soit pas totalement en décalage avec le discours qui sera tenu par le PS » assure Collomb. Il sera toutefois difficile, au sein du parti à la rose, de ne pas suivre la ligne dictée par le secrétariat national. Cette prise de pouvoir envisagée sur le PS n’est toutefois pas à l’ordre du jour. D’autant que Strauss-Kahn s’épanche peu sur les enjeux de la politique nationale. « Aujourd’hui, il ne le peut pas » recadre Collomb, qui, comme tous les thuriféraires du président du FMI, devra attendre l’été 2011 et les Primaires socialistes pour savoir si DSK ira.

La retraite à la carte privilégiée

Collomb balaye la perspective d’un référendum concernant l’âge de départ légal, pourtant soutenu par son « amie » Royal. « Faire un référendum sur les retraites, ce n’est pas comme cela que les questions se posent. Elles sont beaucoup plus complexes », repond-il, privilégiant « une retraite à la carte qui permettrait d’accumuler des points tout au long de sa carrière, et de décider soi-même de l’âge où l’on veut effectivement entrer en retraite. » La panacée scandinave a encore de beaux jours dans le discours du maire de Lyon, qui loue l’initiative « d’un certain nombre d’économistes, qui avaient fait paraître une tribune intéressante où ils reprenaient l’exemple suédois. » Reste quelques questions plus spécifiques à la problématique française, qu’il croit diluables dans l’action du Sénat. « Sur les problématiques de la longueur des carrières, de la pénibilité et du travail des femmes, il peut y avoir des avancées. Le Sénat a un rôle à jouer » insiste-t-il.

« Roissy n’est pas Drancy »


Attendu sur la thématique sécuritaire suite à ses dernières sorties sur les Roms, Collomb fustige la méthode Sarkozy. « Chacun sait que le problème des Roms est un problème difficile, qui doit demander de la discrétion dans l’expression. On ne peut pas discriminer une population toute entière », et voit dans la rhétorique sarkozienne une « provocation pour faire réagir la gauche. » Il souhaite dorénavant « beaucoup plus d’actions » et précise, suite aux mises en garde de Viviane Reding, commissaire européen à la justice et aux droits de l’homme, que « Roissy n’est pas Drancy. » Le discours n’a pas beaucoup changé depuis le propos équivalent sur BFM. Collomb croit d’ailleurs la gauche prête à prendre la mesure de ces questions qui, historiquement, sont plutôt l’apanage de la droite. « Sur la sécurité, le PS a beaucoup évolué, grâce à ses grands élus (...) Nous faisons évoluer la doctrine du PS sur ce point. Le PS est prêt à affronter la réalité sur les thématiques de sécurité » anticipe-t-il. Alors, trop sécuritaire le maire de Lyon ? Il n’entend pas pour autant soutenir la loi immigration du gouvernement Fillon. « Il vaudrait mieux faire appliquer les lois que d’en voter de nouvelles » termine-t-il.

Tags :

collomb

royal

dsk

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
lyonnais le 21/09/2010 à 17:46

Comment allez-vous @Petit LyonNiais. Ces 83% ne veulent rien dire. Vous le savez très bien que si on va plus loins dans les questions posées, le poursantage n'est pas en sa faveur. Comment trouvez-vous la nouvelle Tranchée Charlemagne? Est-ce que l'arrivée du tram LEA et Rhônexpress est du bon côté de la Gare de la Part-Dieu? Et plein d'autres erreurs du César.

Signaler Répondre

avatar
@lyonnais le 21/09/2010 à 17:27

83 % 83 % 83 %

Signaler Répondre

avatar
lyonnais le 21/09/2010 à 16:55

Que c'est pennible d'entendre la vérité sur son mentor il faudrait reconnaître que tous ces projets sont foireux. Que tout s'effrite autour de votre César et qu'il n'a jamais eu de débat de fond dans ces propos. Qu'il ne pense qu'à très court terme pour un président du Grand Lyon c'est plus que grave, c'est une erreur historique.

Signaler Répondre

avatar
@lyonnais le 21/09/2010 à 15:40

Dommage "lyonnais", la grossièreté, la vulgarité de vos interventions et surtout votre acharnement à ne pas quitter la marigod du débat politique local attestent une fois encore de la pauvreté de vos interventions.

Signaler Répondre

avatar
lyonnais le 20/09/2010 à 19:46

Vous ne voyez pas que notre césar local voyant toutes ses mouises (ses merdes) qu'il vient de nous laissez sur Lyon et le Grand Lyon ce voit maintenant un avenir national pour essayer de ce faire oublié. C'est vrai qu'au niveau national personne le connait aussi bien que nous habitants du Grand Lyon mais ce sera de très courte durée, croyez moi !

Signaler Répondre

avatar
Christian le 20/09/2010 à 19:44

Collomb veut une gauche « capable de gouverner ». Nous sommes fort aises, imaginez si Collomb veut une gauche "incapable de gouverner". Il n'aurait quà proposer ses adjoints...

Signaler Répondre

avatar
décinois le 20/09/2010 à 17:52

@ carton rouge Entendre de telles déclarations de la part d'un groupuscule manipulé par Philippe MEUNIER, leader de la droite populaire à Lyon et Michel FORISSIER, qui tente d'exister à travers son opposition de circonstance à un projet crucial pour l'agglo, c'est flatteur. Très flatteur. Mais je vous accorde que vous n'égalez pas dans la grotesquerie les inoubliables Gones pour Gerland !

Signaler Répondre

avatar
Carton Rouge le 20/09/2010 à 15:57

Gérard Collomb est-il crédible avec le projet de OL Land pour enrichir Aulas et quelques entrepreneurs ? C'est un projet inacceptable pour le coût et les accès. Par ses idées et son comportement il convient parfaitement comme héraut de DSK

Signaler Répondre

avatar
slimane le 20/09/2010 à 14:25

J'aime bien le concept de "gauche raisonnable" qui tranche avec la radicalité d'un Benoit Hamon qui se paie de mots plus caricaturaux les uns que les autres : "augmentation de tous les salaires", "augmentation du smic", "retraite à 60 ans pour tous", etc, etc, etc... à la fin qui paie ? Le grand capital ? Voilà qui rappelle un certain discours d'avant 81. On connaît la suite...

Signaler Répondre

avatar
socialiste pragmatique... le 20/09/2010 à 14:05

je suis assez séduit par le terme "gauche raisonnable" employé par M. Collomb. A l'heure où certains, comme M. Hamon et ses fidèles, veulent être plus trotskystes que le NPA au sein du PS et que l'UMP se droitise de jour en jour, une voie semble se dessiner entre ces deux extrèmes. Je pense que cette alternative crédible, pragmatique et réaliste ne peux que séduire les français. Et les contributions de Gérard Collomb sont précieuses de ce point de vue.

Signaler Répondre

avatar
aiglemalin le 20/09/2010 à 14:00

Enfin un socialiste qui a échappé à l'épidémie d'hystérie antisarkoziste ... Tout opposant qu'il soit, Collomb réussit à tenir des propos mesurés et argumentés, même lorsqu'ils sont critiques vis-à-vis du chef de l'état. Ses collègues du PS feraient bien de s'inspirer de cet exemple. Ils y gagneraient un début de crédibilité qui leur fait totalement défaut aujourd'hui.

Signaler Répondre

avatar
Le M.A le 20/09/2010 à 13:06

Oui mais en sont ils capables ?????? Telle est la question ????

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.