Gérard Collomb s’inquiète du pare-feu sécuritaire

Gérard Collomb s’inquiète du pare-feu sécuritaire

Invité mardi soir sur Europe 1 par Claude Askolowitch et Nicolas Demorand, le maire de Lyon est revenu sur les grands sujets du moment. S’il attend toujours une gauche « capable de gouverner » en 2012, il s’étonne en revanche du tout-sécuritaire qui régit désormais l'action de l’exécutif national, parlant d’une « mauvaise séquence du président de la République. »

Toujours sur la même veine réformiste, Gérard Collomb est revenu, dans son interview, sur l’échéance des Présidentielles de 2012. Avec cet objectif de clarté auprès des Français. « Je fais le pari que si quelqu’un disait aujourd’hui la vérité aux Français, il serait entendu, car ils la connaissent déjà », insiste-t-il. Ne souhaitant pas réitérer les erreurs de 1981, où il était à l’époque « jeune député », le maire de Lyon se rappelle. « Le programme était superbe. En l’espace de six mois, nous avons été obligé de reculer, et de prendre le tournant de la rigueur. Je ne le ferai pas deux fois » assure-t-il. Alors, pour porter le programme réformiste, il n’y en a qu’un seul, Strauss-Kahn. Il aurait toutefois, selon Collomb, « un impératif moral » à revenir en France, eu égard à « l’état de tension » dans lequel se trouve la France.

Les questions sécuritaires, particulièrement celles concernant les menaces terroristes, font l’objet d’une mise au point. « Soit le gouvernement n’informe pas ses préfets, soit on accroit cette menace terroriste pour essayer de provoquer un sentiment d’unité nationale autour du président de la République et des gourvernants » s’interroge-t-il, malicieux. Le maire de Lyon, qui assure voir le préfet de Région « tous les deux jours », n’a pas été sollicité pour « prendre des mesures particulières. » « Je ne pense pas que le préfet me cache aujourd’hui quelque chose », rassure-t-il toutefois, tout en s’interrogeant sur le bien fondé de cette forme d’instrumentalisation de la menace terroriste. « Monsieur Estrosi disait que les maires en matière de sécurité avaient des responsabilités importantes. Si aujourd’hui on leur cache tout, où sont ces responsabilités ? » s’amuse Collomb, qui déplore à ce titre la réduction des effectifs de la Police nationale. « La Police municipale active supplée la diminution des effectifs de la Police nationale » insiste-t-il, redorant au passage le blason des maires : « il faut que les maires soient là et nous sommes là. »

Tags :

collomb

dsk

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
mouloud le 29/09/2010 à 16:42

la nouvelle blague de Collomb. Après les mecs des tcl sont bien payés le régime par répartition c'est fini le vla qu'il dit que le securité de sarko c'est trop.il a lui même doublé les effectifs voire triplé de policiers municipaux les cameras etc ....

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.