Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Modem : « Mettre de l’ordre dans la fédération du Rhône »

Marc Fesneau, secrétaire national du Modem, est revenu pour Lyon Mag sur la décision du parti orange de ne pas valider partie des candidats du Rhône présentés par la fédération départementale pour les Cantonales de mars. Et promet du changement dans la méthode de fonctionnement de l’antenne rhodanienne.

Dans le Rhône, le Modem voit triple. Il y a ceux qui ont versés à droite, comme Jean-Luc Da Passano au Conseil général et Christophe Geourjon, candidat rallié à la majorité départementale pour les Cantonales de mars. Il y a ceux qui ont rejoint la gauche, comme Anne-Sophie Condemine, Gilles Vesco et Thomas Rudigoz, transfuges de Collomb pour les Municipales de 2008. Le dernier cité réembraye même en mars sur la canton de Lyon V avec les socialistes. Il y a enfin les satellites, comme Richard Moralès ou Azouz Begag. Pour ces derniers, qui ont un temps défendu les couleurs oranges, ils sont soit à l’origine de leur propre association politique - Richard Morales avec l’Union Centriste des Démocrates (UCD) créée le 23 février 2009 - soit sans étiquette (Azouz Bégag se présente comme « candidat du quartier » dans le canton de Lyon VIII). Et au milieu coule la fédération départementale du Modem.

Dernier épisode : les instances nationales du Modem, réunies en conseil national samedi dernier, n’ont pas validé certains candidats présentés par la fédé du Rhône. Ces derniers avait pourtant été adoubés lors du comité départemental de novembre. « La validation en comité départemental était un peu précoce, explique Marc Fesneau. Nous avions alerté sur le fait qu’il faudrait remettre le métier sur l’ouvrage et qu’il était inutile de se précipiter. » Un point de réglement expliquerait cette défiance : « la fédération départementale doit nous faire un certain nombre de propositions et le national valide. » Certes, mais les règles du jeu ont changé en cours de route. Dans ses statuts originels de 2007, le Modem laissait les fédérations départementales désigner ses candidats pour les élections territoriales. Le changement statutaire a eu lieu en décembre... soit un mois après la désignation des premiers candidats dans le Rhône ! Incompréhensibles interférences dans la communication verticale.

François Bayrou, président du Modem, et Marc Fesneau, secrétaire nationalFrançois Bayrou, président du Modem, et Marc Fesneau, secrétaire national

Ce sont donc les cinq candidats lyonnais, plus celui présenté sur le canton nord de Villeurbanne, qui ont fait les frais du retoquage national. « Nous avons estimé qu’un certain nombre de candidatures nous paraissaient pertinente, à la fois du point de vue stratégique et sociologique du canton. D’autres l’étaient moins. » Dont celle d’Eric Lafond, pourtant vice-président de la fédération départementale, et candidat sur le canton de Lyon VIII. « Je rappelle que le président est celui qui a été élu à la majorité des voix des militants. Pour les vice-présidents, c’est autre chose : soit il ont été élus via des listes concurrentes ou via la liste majoritaire, recadre le secrétaire national. Dans ce dernier cas, ils sont avec le président. Dans l’autre, ils ont perdu dans le champ démocratique, mais restent présents à l’exécutif » explique Fesneau, dans une justification liant dissidence et condition statutaire. Et pourtant, Lafond avait bien été élu, en 2008, sur la liste du président fédéral Cyrille Isaac-Sybille.

La fédération Modem du Rhône réorganisée avant le 30 juin


Marc Fesneau le concède, « a chaque fois qu’il y a des élections, il y a des ébullitions à la fédération du Rhône. » Et reconnait aussi « la responsabilité des instances nationales » sur la question de la fédé rhodanienne. « Nous allons remettre un peu de méthode et d’ordre au sein du mouvement départemental du Rhône » promet-il. Cette glasnost promise passera aussi par un positionnement définitif sur la diaspora Modem, de gauche comme de droite. « Je ne suis pas dans une logique d’exclusion par nature » prévient-il immédiatement. « Ce qui me gène parfois dans le Rhône, confie-t-il, c’est l’exclusion systématique des personnes qui ont rejoint telle ou telle personne. C’est vrai, nous avons été dans la configuration la plus illisible dans certains cas. Certains sont partis avec Collomb, d’autres avec Mercier. Certains ont créé leur propre mouvement. Nous n’avons pas clarifié les choses » reconnait Fesneau. « Nous allons nous pencher sur les cas particuliers, sans oukaze, mais en étant clair, continue-t-il. On ne peut pas continuer dans le Rhône de cette manière. Et je comprends l’usure des militants. » Alors pour préserver la patience des militants déjà bien mise à l’épreuve, les instances nationales veulent faire sauter les vice-président, tout en préservant le Conseil départemental. « Un seul président permettra de clarifier » promet-il. Clap de fin pour Lafond à l’exécutif du Modem du Rhône ? « Nous allons en discuter avec eux, mais au plus tard le 30 juin les équipes seront mises en place » termine le secrétaire national.



Tags : Modem |

Commentaires 9

Déposé le 24/02/2011 à 19h12  
Par colargol Citer

Ce matin , en sortant la poubelle , le sac s est percé , le marc de café est tombé par terre.. et la j ai lu.... Francois tu as trop joué , tu as perdu , t aura pas les 500 signatures.... alors j ai ramassé le marc , jai nettoyé , et je me suis bien maré.. Moralité j en ai MARC de ce MODEM!!

Déposé le 24/02/2011 à 10h47  
Par Militant MoDem en colère Citer

Quel double discours de la part de Bayrou et du MoDem National : - d'un côté on est autonome, et c'est pour ça qu'on est "crédible" - de l'autre on disqualifie les seuls candidats MoDem autonomes de Lyon, en laissant faire ceux qui sont partis à droite et à gauche. Sans parler d'autres villes (Bordeaux, Marseille) où le MoDem est avec l'UMP ou les Verts ! Quelle image données aux électeurs ! On ne doute pas des vertus et des qualités de François Bayrou, mais comme meneur d'homme ou de parti, il est nul ! A méditer quand on veut diriger un pays ...

Déposé le 24/02/2011 à 10h42  
Par Stéphane Sacquepée Citer

1- Pour mémoire le score Modem sur le canton Lyon XII était de 8% 2- Les candidats concernés sont ceux qui sont le plus clairement identifiés comme étant indépendant du PS et de l'UMP. Le reste est littérature. 3- Eric Lafond et Regis Favier seront présents sur les deux cantons du 3° arrondissement. Les militants Modem et sympathisants honnêtes iront faire campagne pour eux. 4- Nombreux sont les indépendants modérés qui souhaitent simplement pouvoir se présenter aux élections de manière indépendante à toutes les élections ("on dit ce que l'on fait et l'on fait ce que l'on dit"), avec un programme clair (et pas la stratégie des coups de téléphone de l'ex-UDF), qui dans le Rhône ne sont ni favorable à Gérard Collomb (Les excès du Modèle Lyonnais) ni favorable à L'UMP du fait de ses options nationales. 5- Il est difficile de rester intègre, mais les militants lyonnais restent soudés (Ce n'est pas la première adversité rencontrée) et seront, je le pense, présents à l'avenir. De nombreux sont partis, de nombreux sont fatigués, mais le peuple des modérés indépendants à Lyon est toujours présents. Notamment électoralement, même s'il ne peut toujours s'exprimer. 6- Les petits arrangements entre vieux amis - Michel Mercier et François Bayrou- ne sont pas nouveaux. Ils sont cruels, nous souffrons et supposons que pour commettre un tel écart politique entre le discours d'indépendance et les actes sur le terrain, François doit souffrir également. N'est pas humaniste qui veut ;-) 7- Les électeurs comme les abstentionnistes ne sont pas idiots. 8- @ Bientôt !

Déposé le 20/02/2011 à 17h24  
Par JOJO Citer

Eric LAFOND est le seul vrai MODEM, qui n'a rien a voir avec les "vieux" UDF Ou est la caisse de l'ex UDF ? toujours entre les mains de MERCIER ?

Déposé le 19/02/2011 à 12h09  
Par vitale Citer

j'apprends que le modem marseillais va voter avec les vert et le ps les bras m'en tombent! bravo , il faut le faire pour des catho.

Déposé le 18/02/2011 à 21h25  
Par Modemologue Citer

Bayrou avant tout alliance doit démontrer qu'il contrôle le peu de troupe qu'il lui reste. Apres cela, restera le combat des CHEFS libérés des contingrnces démocratiques.

Déposé le 18/02/2011 à 20h05  
Par Ex Modem Citer

A quoi se plaindre de Sarko quand Bayrou et son MoDem sont encore pires ? Où est la démocratie du MoDem ? C'est dommage qui des gens comme Lafond ne se rendent pas encore en compte qu'ils n'auront aucun espoir de pouvoir dans le MoDem ! Et M. Cyrille, que préside t-il ? Par ailleurs, le MoDem nationale a évidement un secrétaire qui remplace l'autarcie de Mme de Sarnez : lui vienne pour communiquer, voir décider qui peux être ou non candidat dans cette « parti démocrate » … Heureusement aux ne nous gouverneront pas !

Déposé le 18/02/2011 à 19h44  
Par Totor Citer

la Gabegie décrite n'a pas grand chose à voir avec Bayrou ou l'ami Mercier : seulement l'incompétence crasse d'une équipe d'opportunistes qui s'est emparé à la hussarde de la fédération Modem du Rhône, méthode "Côte d'Ivoire"... du coup, les militants ont fondu comme neige à Yamoussoukro...

Déposé le 18/02/2011 à 16h42  
Par GAULOIS Citer

A l'évidence F Bayrou veut protéger son ami Michel Mercier. Incompréhensible au regard des dernièrs événements de Nantes qui démontrent que Mercier est devenu le petit soldat de Sarko. Monsieur Bayrou faire de la politique s'est arréter de favoriser ses amis au détriment des militants qui on pu croire sincérement à vous et à une vision indépendante.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.