Cantines : la Ville de Lyon ne veut plus revivre le cauchemar de 2010

Cantines : la Ville de Lyon ne veut plus revivre le cauchemar de 2010
Gérard Collomb et son adjoint à la Petite enfance Yves Fournel pour l'inauguration du self de l'école Philibert Delorme lundi. Il est un des onze nouveaux selfs construits par la Ville en 2011 - LyonMag

Dépassée lors de la rentrée 2010 par le nombre de demi-pensionnaires, qui avait augmenté de 18%, la Ville de Lyon semble avoir cette fois anticipé l’écueil, en ouvrant 11 nouveaux self-services en 2011. Si le nombre d’établissements dédiés à la restauration scolaire doit rassurer, certaines solutions pour nourrir tous les jeunes écoliers lyonnais ressemblent encore a du bricolage.

« Nous avions été soumis à une très forte hausse de la demande l’année dernière », concède Yves Fournel. Accompagné ce lundi par Gérard Collomb pour la rentrée des classes de l’école Philibert Delorme à Lyon (8e), l’adjoint à la Petite enfance de la Ville de Lyon savoure. Mis à mal l’année dernière par la saturation des établissements lyonnais de restauration scolaire, suivie d’une grève des personnels d’accompagnement, Yves Fournel sort les chiffres. « Nous nous sommes mis en situation de passer de 19 500 enfants à 23 000 enfants demi-pensionnaires », se réjouit l’élu.
La Ville de Lyon est en mesure d’accueillir 66% de son contingent d’écoliers, au nombre de 34 000 pour cette rentrée 2011.
Avec onze selfs-services ouverts cette année, l’offre se multiplie. Mieux, elle s’optimise. « Les selfs permettent d’accueillir au moins 25% d’enfants supplémentaires », précise Fournel. La lame de fond qui touche les 124 restaurants scolaires devrait continuer. Il est en effet prévu de porter l’offre existante de 30 selfs à 54 en fin de mandat.
12,2 millions ont été ainsi crédités depuis 2008 et jusqu’à 2014 au budget municipal pour faire aboutir ce projet.

Havard : « L’enfant n’est pas un simple pion que l’on déplace sur un échiquier »

Reste que cette offre, si elle est exhaustive dans les chiffres, impliquera quelques arrangements contraignants pour répondre à la demande. « Nous avons mobilisé toutes les solutions possibles d’accueil, explique Yves Fournel. Que ce soit dans des collèges voisins, des foyers de restaurants de personnes âgées, des écoles limitrophes, énumère-t-il. Nous organisons 24 délocalisations en attendant les campagnes de travaux. » Ce qui signifie dans les faits que tous les enfants ne mangeront pas dans leurs écoles. Alors, pourquoi la Ville de Lyon ne passe-t-elle pas la surmultipliée pour faire aboutir son projet de 54 self-services avant 2014? « On ne peut pas en faire plus d’une quinzaine chaque année. Quand vous avez des travaux, il faut pourvoir accueillir les enfants dans d’autres restaurants. On dépasserait alors les capacités d’accueil », justifie l’adjoint.
De quoi déjà gloser du côté de l’opposition municipale. Michel Havard est monté le premier au créneau par voie de communiqué lundi après-midi. « Gérard Collomb invente cette année le concept d’"enfant mobile" », raille le député UMP du Rhône, qui étaye. « Pas moins de 2 420 élèves devront chaque jour faire jusqu’à 8 km en car pour pouvoir déjeuner, assure-t-il. Par exemple, 120 élèves de l’école élémentaire Alix située à Perrache (2e) devront se rendre à l’école Mermoz (8e) par l’un des axes les plus fréquentés de Lyon », détaille le leader d’Ensemble pour Lyon, qui pointe tour à tour « le coût financier, l’impact sur la vie des Lyonnais et l’absence d’anticipation ». La rentrée municipale promet d’être musclée.

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Stop Collomb le 06/09/2011 à 12:04

Comment Collomb ose-t-il se vanter de son plan restauration scolaire ? Prend il vraiment les parents pour des cons ?

Signaler Répondre

avatar
n'importe quoi ! le 06/09/2011 à 12:00

Collomb ne gère plus rien à Lyon dont il se fout complètement !
Collomb n'a que pour seule ambition d'être ministre, c'est paur cela qu'il se place toujours aux côtés du plus en vue. Ségoliniste, puis DSkanien, puis... ca change en fonction des sondages. Mais Lyon, ses habitants, ses enfants: rien à faire

Signaler Répondre

avatar
Yvan, de Lyon. le 05/09/2011 à 16:41

La rentrée municipale sera musclée ?!

Il y a deux raisons à cela. Les présidentielles de 2012 et les municipales de 2014.

La majorité municipale et son "opposition", vont multiplier les petites phrases, pour exister devant les médias.

Visibilité rassurante pour les militants et sympathisants.

En revanche, il seront comme d'habitude d'accord, pour voter pour, telle ou telle proposition formée par la majorité municipale.

Les élu(e)s des deux camps qui, ne rentrent pas dans ce système de bouffonnerie, sont mis à l'écart.

Pendant ce temps, les autres sabrent le champagne pour fêter le retour du minable messie ou chougne sur l'état de santé d'un délinquant en col blanc !

www.yvandelyon.blogspot.com

Signaler Répondre

avatar
Défense des enfants lyonnais le 05/09/2011 à 16:30

Collomb prend nos vessies pour des lanternes !
Non je ne veux pas que ma gamine de 3 ans soit transportée en car entre midi et 2h pour être nourrie !
On voit que ce monsieur est âgé, qu'il est déconnecté !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.