Collomb dégaine en solo son plan B pour l’hôpital Edouard Herriot

Collomb dégaine en solo son plan B pour l’hôpital Edouard Herriot
De g. à d. : le Pr Claris, président de la communauté médicale des HCL, Gérard Collomb et François Mion, coordinateur de la communauté médicale de HEH

Le sénateur-maire de Lyon, président du Conseil de surveillance des HCL, a présenté jeudi depuis les salons de l’Hôtel de Ville un nouveau projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot (HEH) qui devrait coûter 270 millions d’euros.



« Si l’hôpital Edouard Herriot, qui est le coeur du système hospitalier lyonnais, venait demain à dépérir... » La phrase de Gérard Collomb n’est pas anodine. Et marque l’urgence à porter un projet cohérent pour HEH. Celui présenté en septembre coûtait certes bien mois cher (80 millions d’euros pour une livraison en 2016), mais essaimait encore un peu plus les activités du site. Deux pôles disctincts dédiés à l’imagerie et deux pôles opératoires différenciés entre les urgences et l’ordinaire. Une mauvaise piste pour le maire de Lyon, qui écarte arbitrairement ce premier projet par « manque de cohérence et de fonctionnalité. » « Cela tenait plus du rafistolage, assure Collomb. Nous ne serions pas arrivés à redonner son lustre et sa crédibilité à HEH. »

Le plan B sorti de la manche de la présidence du Conseil des HCL parait plus cohérent. Les urgences seront regroupées, avec un seul et unique plateau technique qu’enchâssera le futur pôle hospitalisation (voir schéma). Il est aussi beaucoup plus cher. 270 millions d’euros. Il sera également beaucoup plus long à livrer, à l’horizon 2025. Des travaux qui devraient suivre un phasage en deux temps. De 2012 à 2019, avec la livraison du plateau technique et des urgences, puis de 2020 à 2025 pour regrouper sur un site unique de 22 000 m2 les lits d’hospitalisation, dont le nombre devrait passer de 850 à 650, dont 500 en hospitalisation conventionnelle. Un amenuisement de l’offre s’expliquant par le développement souhaité de l’activité ambulatoire et du transfert de la compétence ORL sur le site du groupement hospitalier-Est. Les HCL ne devraient pas raboter leurs effectifs sur HEH au regard de cette réduction de l’offre. « On fonctionne déjà quasiment à flux tendu », rappelle Collomb.

La première phase de travaux coûtera 120 millions d’euros. Dans le cadre du plan hôpital 2012, l’Etat devrait pourvoir à hauteur de 20 millions d’euros. Les HCL prendraient à charge 60 millions d’euros. Reste 40 millions d’euros à trouver. Qu’il faudra aller débusquer du côté des collectivités locales. Collomb compte ainsi sur la magnanimité du Département et de la Région. « Si aucune de ces institutions ne pense qu’HEH ne mérite des financement, alors la Ville de Lyon et le Grand Lyon s’engageront », précise-t-il. Pas certain qu’en ces temps d’austérité budgétaire Queyranne et Mercier se montrent très dispendieux, malgré les appels du pied du maire de Lyon. La charge pourrait donc échoir directement à la Ville et la communauté urbaine.

Ce plan inattendu a été présenté sans le président des HCL Daniel Moinard. Surprenant. « On ne veut pas le mettre en difficulté », apaise Collomb. D’autant qu’avec un déficit de 45 millions d’euros sur 2011 et une dette stabilisée à près de 920 millions d’euros, les HCL ont une marge de manoeuvre réduite. Prochaine étape le 14 décembre lors du prochain conseil de surveillance des HCL. Il faudra également pour Collomb obtenir la validation de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Evoquant une dernière fois la participation de l’Etat au financement du projet, le maire de Lyon, un peu las, concède la possibilité d’un couac. « Dix années de gestion de la Ville de Lyon m’a appris qu’il ne fallait pas trop croire au Père Noël. » Tout rétropédalage ou ajournement du projet pourrait être fatal à HEH.

Tags :

HEH

HCL

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Canol le 27/11/2011 à 10:12

Peut-on avoir des noms, des faits ?

Signaler Répondre

avatar
Sonia le 26/11/2011 à 11:03
CitoyenLyonnais a écrit le 25/11/2011 à 08h45

Le plan B prévoit-il l'arrêt des associations satellitaires autour de l'HEH et l'arrêt d'embauche ou autres indemnités de proches d'élus financés par l'HEH qui coûtent aussi très cher à HEH ?

Ne serait-ce pas plutôt aux HCL ?

Signaler Répondre

avatar
lyonnais le 25/11/2011 à 16:27

ZZZZZzzzzzzzz ZZZZZZZzzzzzzz ZZZZZZZzzzzzz
hein... quoi ... qu'est-ce qu'il y a ?

Signaler Répondre

avatar
Michel le 25/11/2011 à 12:47

Chuuuttttt Citoyen Lyonnais...
Les lyonnais dorment...

Signaler Répondre

avatar
CitoyenLyonnais le 25/11/2011 à 08:45

Le plan B prévoit-il l'arrêt des associations satellitaires autour de l'HEH et l'arrêt d'embauche ou autres indemnités de proches d'élus financés par l'HEH qui coûtent aussi très cher à HEH ?

Signaler Répondre

avatar
jm le 24/11/2011 à 23:31

La seule chose à ne pas oublier quand on lit un article c'est : qui paye le journaliste et le journal.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.