Les HCL épinglés par la cour des comptes

Les HCL épinglés par la cour des comptes
© LyonMag

Selon le Progrès, le dernier rapport de la juridiction pointe du doigt quelques zones d'ombres dans la gestion des logements des Hospices Civils de Lyon.

Tout d'abord, les logements de fonction. Environ 80% des directeurs d'hôpitaux sont logés par les HCL en dehors des établissements hospitaliers. Alors qu'un logement de fonction est normalement fait, comme son nom l'indique, pour les employés dont la présence est obligatoirement constante sur son lieu de travail. La cour a donc demandé aux HCL de "mettre fin aux dérives de la politique de logement des établissements en réservant par exemple strictement les logements de fonction aux seuls agents dont la présence est indispensable".
La cour des comptes relève également qu'il n'existe aucune commission d'attribution des logements impliquant les ressources humaines. 15% des logements sont même occupés par des personnes qui ne sont pas salariés des HCL. Cette dernière révélation est expliquée par la direction des Hospices Civils par le fait que de nombreuses personnes en bénéficient suite à un legs ou à un don. Cette dernière a également précisée que depuis, les agents concernés payaient un loyer et qu'elle avait agi conformément à la réglementation. En 2009, le patrimoine immobilier des HCL était estimé à 620 millions d'euros.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
jm le 11/02/2012 à 23:16

Les poissons volants ne sont pas la loi du genre...

Signaler Répondre

avatar
veritas le 11/02/2012 à 23:08

La Chambre Régionale des Comptes avait également pointé en décembre 2010 les logements de fonction des officiers de sapeurs-pompiers du Rhône.
Et les pompiers ne sont pas sous le contrôle du régime Collomb mais sous la tutelle de Mercier!!

Signaler Répondre

avatar
jm le 11/02/2012 à 15:45

Les HCL sont un des organes sous contrôle du Régime Collomb, il ne manquerait plus qu'ils ne servent pas les fidèles.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.