Nathalie Arthaud de Lutte ouvrière a réuni les 500 signatures

Nathalie Arthaud de Lutte ouvrière a réuni les 500 signatures

La conseillère municipale de Vaulx-en-Velin Nathalie Arthaud, qui a succédé à Arlette Laguiller à la tête de Lutte ouvrière (LO), peut se lancer dans la campagne présidentielle. La candidate communiste originaire de Peyrins dans la Drôme a réussi à réunir les 500 signatures obligatoires. Elle les déposera au Conseil constitutionnel. Nathalie Arthaud a tenu à préciser que sa candidature était très différente de celle du Parti socialiste : "A chaque fois que le PS a été au pouvoir, explique la porte-parole de LO, cela a conduit à ce sentiment d'abandon, de trahison". Avant d'ajouter que "ce sera pareil avec François Hollande, car il ne s'opposera pas au patronnat".

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Y A BASTA ! le 07/03/2012 à 19:00

bravo Nathalie !

je voterai pour toi, car tu es quasiment la seule à représenter réellement le monde du travail.

On en a marre des politiciens de carrière, qui une fois élus tournent le dos à leurs promesses.

Signaler Répondre

avatar
Yvan, de Lyon. le 07/03/2012 à 15:12

Je suis content pour elle et ses électeurs !

"A chaque fois que le PS a été au pouvoir, explique la porte-parole de LO, cela a conduit à ce sentiment d'abandon, de trahison"

C'est l'évidence malheureusement.
Je ne vais pas faire l'historique de leurs trahisons, ce serait trop long et douloureux.

"ce sera pareil avec François Hollande, car il ne s'opposera pas au patronat".

Le double discours (ex: presse anglaise), les hésitations et promesses démagogiques (ex:75% d'imposition), laissent entrevoir la tromperie au programme.

Pour avoir une idée de ce qui pourrait se passer, au lendemain du second tour si Hollande est élu, il suffit de regarder ce qui se passe au niveau local.

Un pouvoir local, élu et réélu avec une étiquette "de gauche".
Sauf que dans la pratique, la politique menée est similaire à celle menée par monsieur 53% !

Une démocratie à géométrie variable, façon coupeur de têtes d'opposants.

Des dépenses publiques, en direction de structures privées, pour satisfaire les intérêts de sociétés privés.

Des phénomènes judiciaires, comme l'ouverture d'une enquête par le parquet, pour des faits présumés de corruption au Grand Lyon.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.