Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

L'entrée de l'hôpital Edouard Herriot - DR

Le Conseil général du Rhône au secours de l’Etat sur l’hôpital Edouard Herriot ?

L'entrée de l'hôpital Edouard Herriot - DR

L’horloge tourne pour la mise en place du projet de rénovation de l’hôpital Edouard Herriot. Alors que l’Etat attend toujours des garanties sur le projet médical, avant d’avaliser sa participation à hauteur de 20 millions d’euros, c’est finalement le Conseil général du Rhône qui pourrait apposer les rustines pour boucler le montage financier du projet.

"Si l’hôpital Edouard Herriot, qui est le cœur du système hospitalier lyonnais, venait demain à dépérir..." C’est avec cet avertissement que le président du conseil de surveillance des HCL débutait en novembre dernier sa conférence de presse présentant le projet de rénovation de l’hôpital Edouard Herriot. Prémonitoire ? Le premier projet de 80 millions d’euros présenté en septembre, "qui tenait plus du rafistolage", retoqué, le sénateur-maire de Lyon avait alors dégainé son plan B : 270 millions d’euros d’investissement pour redonner son lustre d’antan à l’hôpital lyonnais en repensant entièrement son fonctionnement. Un projet découpé en deux phases. La première courre jusqu’à 2019, pour un coût de 120 millions d’euros. SI les HCL prennent en charge la moitié de la somme, le reste est réparti équitablement entre le Grand Lyon, la Ville de Lyon et l’Etat, pour 20 millions d’euros chacun.

Seul hic, la participation de l’Etat n’a toujours pas été actée. Et le temps presse. Le sénateur-maire de Lyon voudrait que le ministère de la Santé s’engage avant le 22 mars, date à laquelle l’Etat ne signera plus de documents l’engageant sur le long terme, campagne présidentielle oblige. "Nous avons quelques feux verts officieux du ministère de la Santé, mais il ne faut pas attendre pour faire avancer l’avenir", confiait soucieux Gérard Collomb lors d’une conférence de presse mercredi. Une inquiétude légitime : sollicitée par LyonMag mercredi soir, la secrétaire d’Etat à la Santé Nora Berra a rappelé la position du ministère. "Le projet est en cours d'instruction, a précisé la Lyonnaise. Une réunion de travail avec les représentants des hospices civiles s'est d' ailleurs tenue il y a quelques jours au Ministère de la santé. Le projet médical n'est donc pas encore consolidé, ce dont Gérard Collomb ne semble pas tenir compte alors qu'il s'agit de l'élément central de la mise en œuvre de la rénovation de l'hôpital." Car l’Etat ne veut pas simplement participer à un projet immobilier sans garanties de contenu.

C’est donc un nouvel acteur institutionnel qui pourrait venir au renfort du projet d’Edouard Herriot. L’appel du pied de Gérard Collomb aux collectivités locales lors de la conférence de presse de présentation de novembre avait été plutôt contre-productif. "Gérard Collomb se voit peut être ministrable, mais ce n’est pas en faisant des effets d’annonces que l’on fait de la politique, avait alors répliqué très vertement le 1er vice-président du Conseil général du Rhône Michel Forissier. Je regrette, mais c’est très politicard." Depuis, les lignes ont bougées. Collomb assure que la région Rhône-Alpes pourrait monter au financement, en versant indirectement une subvention à la partie "recherches" du site hospitalier lyonnais. Mais c’est côté de l’Hôtel du Département que les négociations sont le plus avancées. "Bernard Fialaire été un bon avocat du projet auprès du Conseil général", explique Collomb.

Car le vice-président délégué à la Santé et l’Environnement du Département se penche sur le sujet depuis plusieurs mois. Bernard Fialaire, également membre du conseil de surveillance des HCL, joue les go-between entre les HCL et le Conseil général. Des réunions entre le président de la Commission Médicale d’Etablissement des HCL Olivier Claris et Bernard Fialaire, ont permis de faire avancer les choses. "Le projet présente un intérêt pour la santé des Rhodaniens et un accord de principe devrait être trouvé", nous a confié jeudi Bernard Fialaire. A quelle hauteur et sous quelle forme ? Si rien n’est fixé pour le moment, la fréquence des rencontres, une vendredi après-midi et une la semaine prochaine, laisse penser que le protocole devrait être fixé dans les jours à venir. Le Conseil général pourrait justifier son implication financière par sa compétence personnes âgées, en s’impliquant dans le projet "gériatrie" d’Edouard Herriot. Il l’a déjà fait au HFME de Bron, en proposant une consultation spécialisée "adoption", compétence également dans son giron. L’implication financière de ce nouvel acteur institutionnel permettra-t-elle dès lors d’amoindrir la part prise en charge par les collectivités locales ? Pas forcément. D’après nos informations, il viendrait plutôt en renfort de l’Etat, dont la participation financière pourrait être revue à la baisse.



Tags : HEH |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.