Les ZAPA ont-elles du plomb dans l'aile à Lyon?

Les ZAPA ont-elles du plomb dans l'aile à Lyon?
Photo DR

Sept agglomérations françaises, dont Lyon, ont demandé un délai supplémentaire pour mettre en place les Zones d'Actions Prioritaires pour l'Air (ZAPA), qui permettrraient selon la grouvernement de réduire la pollution dans les grandes villes.

Nice, qui était pourtant l'une des agglomérations candidates à cette expérimentation, s'est finalement retirée de la liste des inscrits. Le maire Christian Estrosi, juge le dispositif "très compliqué, peu efficace et incompris par une grande partie des gens qui le prenne comme une mesure discriminatoire à leur égard", selon des propos recueillis par le journal Aujourd'hui en France. Contacté par Lyonmag.com, le Grand Lyon précise qu'un dossier de finalisation aurait dû être déposé par les sept villes candidates au mois de juillet. Celles-ci ne devraient en fait qu'apporter un document d'étape, ce qui repousserait du même coup la mise en place de ces ZAPA de quelques mois.

X
3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
bm le 08/06/2012 à 13:28

Haha le fameux péage du centre ville, nouvelle discrimination contre tous ceux qui n'ont d'autre choix que de venir travailler en centre ville sans pour autant avoir les moyens d'y habiter, qui n'empêchera pas les lyonnais de circuler en voiture pour faire 2km.

L'impact carbone des tcl est très faible comparé à la voiture quand on le rapporte aux nombres de passagers transportés

Signaler Répondre

avatar
renardesneiges le 08/06/2012 à 12:33

La pollution lyonnaise est souvent bien au-dessus de la normale, même en centre-ville. Il peut vous arriver, lorsque vous vous y promener, que vous soyez soudain pris d'asphyxie. Vous sentez des particules envahir vos poumons entraînant des difficultés à respirer normalement.

Signaler Répondre

avatar
voireuil le 08/06/2012 à 12:11

Le problème dans Lyon c'est l'autoroute urbaine qui traverse la ville. Il existe pourtant un contournement.
Et si, on faisait payer l'accès à Lyon comme c'est le cas à Londres.
Un truc dissuasif pour les non-rhônalpins et une progressivité en fonction du lieu d'habitation: un peu moins cher pour les Rhodaniens, un peu moins cher pour les habitants du Grand Lyon et une gratuité pour les lyonnais, ainsi qu'un tarif entre-deux pour les communes de la première couronne.
Pour les pros, la multiplication de points de stockage nocturnes proche des commerces et des livraisons par véhicule électrique.

Je ne parle pas des TCL dont l'impact carbone est hallucinant... les bus électriques c'est pour les calendes grecques, certainement.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.