L'étudiante lyonnaise Sevil Sevimli a été libérée mais reste en Turquie

L'étudiante lyonnaise Sevil Sevimli a été libérée mais reste en Turquie
Sevil Sevimli - Photo DR

Sevil Sevimli, cette étudiante à l'université Lyon 2 en licence information et communication, était emprisonnée depuis le 9 mai dernier à Ankara.

Elle était soupçonnée par le régime turc d'appartenir à une organisation clandestine d'extrême-gauche, liée à un mouvement terroriste. La justice turque lui reprochait notamment d'avoir participé à un concert d'un groupe de gauche et d'avoir manifesté le 1er mai dernier, dans un rassemblement pourtant autorisé. La police est venue la chercher dans sa cellule lundi après-midi, avec trois autres prisonniers interpellés dans les mêmes conditions et pour les mêmes raisons. Son procès doit avoir lieu le 26 septembre prochain et elle n'a pas le droit de quitter le territoire turc jusqu'à cette date. Sa famille, qui réside à Belleville-sur-Saône, s'était mobilisée il y a quelques jours, en envoyant une lettre la ministre lyonnaise des Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem, accompagnée d'une pétition de soutien de 13000 signatures. Le président de son université, Jean-Luc Mayaud, avait également publié une lettre dans Le Monde, demandant sa libération "immédiate". Les conditions de détention de Sevil Sevimli étaient particulièrement suivies, puisqu'elle souffre d'hypothyroïdie et d'asthme.

X
0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.