Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le projet Icade - Photo DR

Région Rhône-Alpes : quel avenir pour l’ancien siège à Charbonnières ?

Le projet Icade - Photo DR

La Région a présenté mardi les 5 projets restant en lice pour la reconversion du site laissé vacant en 2011 au profit de l’Hôtel de Région de la Confluence (2e arrondissement de Lyon).

L’appel à candidature a été lancé le 13 janvier. Le 3 avril, 5 candidats ont été choisis par le comité de pilotage parmi les 10 candidats. Ils ont été auditionnés le 13 septembre. Le cahier des charges imposé par la Région était le suivant : prendre en compte l’ensemble du site pour créer un quartier incorporé au développement de l’Ouest lyonnais, réaliser un projet urbain ambitieux et exemplaire sur le plan du développement durable, réaliser une programme de constructions de logements dans le cadre du PLH, implanter des activités commerciales et tertiaires ainsi que des services dont bénéficieront tous les riverains, créer un centre de santé et de bien-être pour la Ville de Charbonnières, maintenir les activités hôtelière et conserver un rapport bâti/non-bâti de l’ordre de 70/30.
On retrouve donc pour le moment 5 équipes encore engagées : celle de Bouwfonds Marignan, celle de Bouygues Immobilier, celle de Financière Rive Gauche, celle d’Icade et Altrarea Cogedim, et celle de Nexity Ensemblier urbain. Le 15 octobre, le comité de pilotage a proposé de négocier prioritairement avec Bouygues, Financière Rive Gauche et Icade.

Le projet Bouwfonds Marignan s’étend sur 47 430 m². Il propose détruire le bâtiment administratif et le bâtiment nord et d’ouvrir le site sur la route de Paris par une grande prairie publique. Les nouvelles constructions seraient placées en recul de cette route et une école verrait le jour le long du chemin Beckensteiner. Ce projet comprend 30 000m² de logements, dont  9000 de logements sociaux,  3000 en accession sociale, 3000 en logement abordable et 15 000 en logement libre. Un centre de santé de 1 650m² sortirait de terre, auquel il faudrait ajouter 3 500m² de bureaux, 3 000m² pour une pépinière d’entreprises, une cité des savoirs durables de 3 350m² et 3 800m² de commerces avec une maison médicale.

Bouygues Immobilier propose quant à lui un projet de 51 075m². Il conserve lui tous les bâtiments déjà existants sauf l’amphitryon et la villa. Les programmes tertiaires y sont  implantés le long de la route de Paris. Une résidence pour seniors de 7 000m² occuperait la partie nord du site, jouxtée par un centre de santé de 1 900m². Les immeubles neufs n’excéderaient pas la hauteur de ceux déjà existants. Un restaurant panoramique serait installé sur le bâtiment des archives qui domine le site. En tout 29 625m² seraient dévolus aux logements (9 000 en logement social, 2 910 en individuel, 7160 en abordable, 10 555 en logement libre, le reste pour la résidence séniors). Concernant les activités, Bouygues envisage 6 500m² de bureaux, un centre de congrès (la salle d’assemblée existe déjà) de 3 000m² et des commerces sur 3 300m², dont une Halle de l’Ouest.

Le troisième  projet, celui de Bremond Financière Rive Gauche s’étend lui sur 52 147m². Il conserve tous les bâtiments mis à part le bâtiment administratif qui serait rasé et à la place duquel serait aménagée une vaste prairie centrale ouverte sur la route de Paris. Les habitations prendraient la forme de résidence au sein d’un parc. Le bâtiment de l’hôtel serait luire converti en résidence pour séniors de 3 000m². En  tout ce programme prévoit 29 912m² de logements (dont 9 057 en logement social, 4 367 en individuel, 3 215 en abordable et 13 273 en logement libre). Des bureaux seraient installés sur 5 691m², le centre de santé ferait 4 000m² contre 2 900 pour le centre de congrès dont là aussi la salle d’assemblée est conservée, des commerces disposeraient de 2 370m², un nouvel hôtel de 2 459m² serait bâti et un ensemble maison d’accueil, conciergerie, restaurant et salle de sport disposerait lui de 1 626m².

Chez Icade Altarea Cogedim, le projet comprend 49 030m². Il conserve uniquement le bâtiment nord, la villa et l’hôtel. L’esprit est celui d’une propriété dans un parc. Côté route de Paris, isolée du programme par une bande plantée,  un parvis verrait le jour. Les activités tertiaires et les commerces seraient implantés autour d’une place au nord du site. Des maisons jumelées encadreraient en îlots le chemin Beckensteiner. Les logements occuperaient ici 30 430m² (9 100 en logement social, 2 050 en logement individuel, 4 500 en abordable, 14 780 en logement libre, le reste étant occupé par une résidence séniors). 8 500m² seraient réservés à des bureaux, 2 000 pour un centre de santé, 3 500 pour des commerces, l’hôtel resterait avec sa superficie de 2 500m² et la maison médicale occuperait 1 500m². Là aussi un centre de congrès occupant la salle d’assemblée est prévu.

Le cinquième projet, présenté par Nexity SIER propose une surface de 47 980m². Tous les bâtiments seraient conservés sauf la villa et l’amphitryon. Le bâti tourne ici le dos à la route de Paris et une centralité intérieure est créée autour du centre de bien-être et d’un restaurant de 475m². Les logements seraient répartis sur l’ensemble du site, y compris donc dans le vallon et la combe. 30 740m² de logements sont prévus, dont 9 320 de logements sociaux, 18 parcelles de logements individuels, 3 120m² de logement abordable, 18 300m² de logement libre et 7 690m² pour une résidence séniors. Il faudrait également compter avec 2 610m² de bureaux, un centre de santé de 2 190m², une maison des usages de 190m², 1 425m² de commerces, l’hôtel conservé sur 2 280m² et une maison médicale de 1 500m².

Le comité de pilotage de cette reconversion va maintenant négocier avec chacun des 5 candidats. La Région percevra une contrepartie financière après avoir cédé le site à un opérateur unique. Le lauréat sera choisi le 13 janvier, la Région prendra dans la foulée une délibération puis le compromis de vente devrait être signé courant mars. Le PLU devra ensuite être modifié pour un permis de construire attendu au premier semestre 2014. Les premiers programmes commenceraient alors dans la deuxième moitié de 2014.



Tags : hotel de région | rhône-alpes | reconversion | charbonnières-les-bains |

Commentaires 5

Déposé le 14/11/2012 à 10h26  
Par galibri Citer

Bon Pompage du dossier de presse, Bravo! ça c'est du journalisme. Pour l'original, voici le lien:
http://www.rhonealpes.fr/include/viewFile.php?idtf=12765&path=da/WEB_CHEMIN_12765_1352820421.pdf

Déposé le 13/11/2012 à 16h59  
Par Socialiste Citer

Et dans quelque temps : que fait-on du stade de Gerland? Vinci a certainement des idées!

Déposé le 13/11/2012 à 16h41  
Par Elle est marrante NVB! Citer

Konsta a écrit le 13/11/2012 à 16h29

Le Palais Queyranne, le musée Mercier, les quartiers Collomb, ... Que de grands hommes à Lyon.

Vous croyez que Mme VALLAUD, Najat BELKACEM, va oser enquêter pour savoir si ces Grands Hommes sont de "vrais hétéros", "Homo", "Bi" ou "Trans", afin que nos chères têtes blondes puissent l'apprendre à l'Ecole dans leurs cours d'Histoire, plus tard ? LOL : - )))

Déposé le 13/11/2012 à 16h29  
Par Konsta Citer

Le Palais Queyranne, le musée Mercier, les quartiers Collomb, ... Que de grands hommes à Lyon.

Déposé le 13/11/2012 à 15h58  
Par jm Citer

Les lyonnais devaient vendre Charbonnières, pour payer le Palais de Qeyranne, finalement ils vont financer un Nième projet idéoclientéliste à la mode Collomb ; Stade, SACVL, Grolée, Hôtel Dieu etc etc etc

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.